• La biographie de Sogyal Rinpoché

    Sogyal Rinpoché, maître bouddhiste tibétain de renommée mondiale est aussi l’auteur du très célèbre Livre Tibétain de la Vie et de la Mort.

    Né au Kham, au Tibet oriental, Sogyal Rinpoché est reconnu très jeune comme l’incarnation d’un grand maître et saint visionnaire du XIXe siècle, Tertön Sogyal Lérab Lingpa (1856-1926), un maître du treizième Dalaï-Lama. Puis, Jamyang Khyentsé Tchökyi Lodrö, l’un des maîtres spirituels les plus révérés du XXe siècle, supervise son éducation traditionnelle de lama tibétain et l’élève comme son propre fils.

    Sogyal Rinpoché continue d’étudier avec de nombreux grands maîtres de toutes les écoles du bouddhisme tibétain, et plus particulièrement avec Kyabdjé Düdjom Rinpoché et Kyabdjé Dilgo Khyentsé Rinpoché. En 1971, il arrive en Angleterre où il étudie également les religions comparées à l’université de Cambridge.

    Sogyal Rinpoché voyage alors dans de nombreux pays, d’abord comme traducteur et assistant de ses maîtres vénérés, puis comme enseignant. Observant la réalité quotidienne des gens, il cherche comment traduire de façon appropriée les enseignements du bouddhisme tibétain aux hommes et femmes modernes de toute confession, tout en diffusant leur message universel, et sans qu’ils perdent leur authenticité, leur pureté et leur pouvoir.

    Ainsi émergent son style unique et sa capacité à adapter les enseignements à la vie moderne, si bien illustrés dans son livre novateur. Le livre est paru dans 80 pays, à plus de deux millions huit cent mille exemplaires, édités en 34 langues.

    Rinpoché est aussi le fondateur et le directeur spirituel de Rigpa, un réseau international de plus de centre-trente centres et groupes bouddhistes répartis dans quarante pays dans le monde. Il enseigne depuis plus de trente ans, et continue à voyager largement en Europe, en Amérique, en Australie et en Asie.

     

    Tertön Sogyal

    Au Tibet, la tradition veut que l'on reconnaisse les incarnations des grands maîtres qui sont décédés. Sogyal Rinpoché, fondateur et directeur spirituel de Rigpa, a été reconnu comme l'incarnation de Tertön Sogyal.





    Pin It

    votre commentaire



  • MYSTÉRIEUX PHÉNOMÈNES DANS LE CIEL

    Depuis des milliers d’années, on a relevé de nombreux témoignages faisant état de la présence, dans le ciel de notre Terre, d’étranges corps célestes aux trajectoires étonnantes.

    Certes, à l’époque on ne parlait pas encore de soucoupes volantes ou d’ovni, mais plutôt de disques brûlants, de roues de feu, de dragons ou de prodiges.

    En voici un florilège non exhaustif.


    Les fresques du désert du Tassili (Algérie)

    En plein Sahara, on a découvert des fresques datant de 8 000 ans et sur lesquelles figure un étrange personnage (haut de 6 mètres !) que certains assimilent à un « cosmonaute » moderne !

     

    Tassili.jpg

     

    Cercle de feu sous le règne de Thoutmosis III (1 500 avant J.C.)

    D'après un papyrus retrouvé dans les papiers d'un directeur du Musée égyptien du Vatican :

    « En l'an 22, au troisième mois de l'hiver et à la sixième heure du jour, les scribes de la Maison de Vie s'aperçurent qu'un cercle de feu apparaissait dans les cieux. Il n'avait pas de tête, le souffle de sa bouche avait mauvaise odeur. Son corps faisait environ 5 mètres de long. Il n'avait pas de voix ». Ayant entendu parler de l'événement, le pharaon médita sur le sujet, mais au bout de quelques jours, les choses dans le ciel devinrent plus nombreuses que jamais. Elles brillaient dans le ciel plus fort que l'éclat du soleil, et s'étendaient jusqu'aux limites des quatre colonnes supportant les cieux. L'armée du pharaon, et lui au milieu d'elle, observa cela. C'était après le dîner. Puis, ces cercles de feu montèrent plus haut dans les cieux, en direction du sud ».

    Thoutmosis III.jpg

    Sous l’Empire romain

    À Rome, les historiens parlaient de « clipei ardentes », de boucliers brûlants, aperçus dans le ciel.

    Dans son Historia Naturofis, Pline l'Ancien (23-79) affirme :

    « Une lumière dans le ciel nocturne, phénomène généralement appelé « soleil de minuit », fut observé sous le consulat de Gaius Caecilius et Gnaeus Papirius, ainsi qu'à de nombreuses autres occasions, créant en pleine nuit une lumière semblable à celle du jour. Sous le consulat de Lucius Valerius et de Garius Marius, un bouclier de feu semant des étincelles traversa le ciel d'est en ouest alors que se couchait le soleil ».

     

    Un étrange manuscrit de 1290

    Un passage surprenant a été découvert dans un manuscrit détenu dans l’abbaye d’Amplefort en Angleterre :

    « Comme l’abbé Henrys s’apprêtait à réciter le Benedicite, John l’un des frères vint annoncer qu’un grand prodige se montrait au-dehors. Tous sortirent alors et voici qu’une grande chose, argentée et ronde comme un disque, vola lentement au-dessus d’eux, provoquant la plus vive terreur ».

    1290.jpg

     

    Un dessin énigmatique dans une fresque au Kosovo

    Il figure dans une fresque intitulée « La crucifixion » datant de 1350 et peinte au-dessus de l'autel du monastère Visoki Decani au Kosovo (ex-Yougoslavie).

    Certains y décèlent un vaisseau spatial avec un pilote à son bord.

    1350.jpg

     

     

    Pluie de feu sur Nuremberg en 1561

    Le matin du 4 avril 1561, des boules bleues, noires et rouge-sang, ainsi que des disques et des croix rouge-sang sortant de deux immenses cylindres noirs se livrèrent bataille dans le ciel de Nuremberg, en Allemagne.

    À en juger par la gravure qu'en fit Hans Glaser à l'époque, certaines de ces sphères se seraient écrasées au sol, à l'extérieur de la ville.

     

     

    Nuremberg-1561.jpg

     

     

    Boules ardentes sur Bâle en 1566

    À l’aube du 7 août 1566, soit cinq ans plus tard que le phénomène survenu à Nuremberg, la population de Bâle (Suisse) est paniquée elle aussi par la présence de boules noires dans le ciel.

    « Beaucoup devinrent rouges et ardentes, finissant par se consumer et disparaître » écrivit Samuel Cottius, l'étudiant en « écritures sacrées et en arts libéraux » qui consigna les étranges événements de ce jour-là dans la gazette de la ville.

    Bale-1566.jpg


    La première soucoupe volante en 1878

    Le 25 janvier 1878, le Denison Daily News rapporta les faits sous le titre « Un étrange phénomène » :

    « John Martin, un fermier vivant à environ 8 km au nord de cette ville, remarqua, alors qu'il chassait, un objet sombre, haut dans le ciel, au nord. La forme singulière et la vitesse avec laquelle l'objet semblait se rapprocher captèrent son attention, et il s'usa les yeux à tenter de découvrir ses caractéristiques. Lorsqu'il le remarqua la première fois, il semblait être de la taille d'une orange, mais sa taille augmenta progressivement. Après l'avoir fixé durant quelque temps, Mr Martin ne vit plus rien en raison de son observation soutenue et détourna son regard afin de reposer ses yeux. Lorsqu'il reprit son observation, l'objet était presque au-dessus de lui et sa taille s'était considérablement accrue : il semblait traverser les airs à une allure prodigieuse. Lorsqu'il fut juste au-dessus de lui, l'objet était de la taille d'une grande soucoupe et... à une grande hauteur ».

    ovni-7950.jpg

     

     

    sources http://paranormal.blogspirit.com/archive/2010/12/15/mysterieux-phenomenes-dans-le-ciel.html

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires