•  

     

     

     

      

      

      

    Le radar embarqué à bord de la sonde spatiale européenne Mars Express vient d'apporter de nouveaux éléments laissant à penser que la planète Mars a connu un passé bien plus humide qu'aujourd'hui, avec un immense océan recouvrant une grande partie de son hémisphère Nord.

      

    Les dernières missions spatiales, de la Nasa comme de l'Agence spatiale européenne (ESA), ont toutes montré que de l'eau a coulé en abondance à la surface de Mars, avec notamment de nombreuses traces de ravinement et la présence de sédiments. Mais l'existence passée d'un ou plusieurs océans pendant des périodes de temps assez longues fait encore l'objet de débats.

      

    «La question de l'océan est assez primordiale, car s'il y a eu de l'eau en grande quantité et pendant longtemps, cela rend possible l'apparition de la vie», résume Olivier Witasse, responsable scientifique de la mission Mars Express à l'ESA.

      

    «Avant la couverture radar de la surface martienne, toutes les observations précédentes ne regardaient en fait que la surface visible de la planète, explique Wlodek Kofman, de l'institut de planétologie et d'astrophysique de Grenoble.»

      

    Ce chercheur travaille avec le radar Marsis, qui a participé aux dernières observations de la sonde Mars Express. «Le radar est unique, car il nous permet de sonder ce qu'il y a sous la surface, en profondeur», précise-t-il. Les grandes antennes de la sonde, d'une envergure totale de 40 mètres, envoient des ondes radio vers Mars et récupèrent celles qui sont réfléchies par la planète, certaines longueurs d'onde pénétrant jusqu'à des centaines de mètres de profondeur.

    Pour la présente étude, publiée en janvier 2012 dans la revue Geophysical Research Letters, l'engin a notamment caractérisé les propriétés des roches jusqu'à une profondeur d'une centaine de mètres.

      

    Les chercheurs en ont déduit que presque tout l'hémisphère Nord de la planète est aujourd'hui recouvert par ce qui semble être des sédiments contenant de grandes quantités de glace. Autrement dit des roches qui correspondent parfaitement à la signature d'anciennes grandes étendues d'eau.

      

    La différence est en tout cas très marquée avec l'hémisphère Sud, où le même signal n'est visible qu'autour du pôle Sud, là où il trahit la présence de glace comprise dans les roches de la calotte polaire.

      

    Vus de manière isolée, ces seuls signaux radar ne prouvent pas l'existence d'un ancien océan, mais ils se superposent presque parfaitement avec les contours des lignes de rivages repérés depuis des décennies sur des vues de Mars. «Le radar est un élément de plus qui vient renforcer l'hypothèse d'un océan ancien sur Mars, résume Wlodek Kofman. Mais pour en être absolument sûr, il faudra aller faire un forage sur Mars pour vérifier la nature des roches…»

    "Cette nouvelle étude est vraiment intéressante et apporte de nouveaux éléments au dossier des océans martiens", estime Nicolas Mangold, spécialiste de la géologie martienne au laboratoire de planétologie et géodynamique de Nantes.

      

    En revanche, et les auteurs le reconnaissent, ces mesures indiquent la présence d'un océan assez tardif, il y a plus de 3 milliards d'années, dont on sait parfaitement qu'il n'a pas pu durer très longtemps, en tout cas pas assez longtemps pour que la vie puisse apparaître.

      

    Les traces d'un océan plus ancien et plus durable, signe d'une planète Mars chaude et humide à l'époque géologique du noachien, il y a 4 milliards d'années, sont encore introuvables. Les roches qui pourraient en porter les traces ont depuis été recouvertes par une forte activité volcanique.

      

      

    Le Figaro

      

     

     

     sources

    http://www.rtflash.fr/ancien-ocean-martien-detecte-par-radar/article

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

      

     

     

    Le symbolisme de la Lune

     

      
    L’influence de la Lune. Son Symbolisme

     

    Le Soleil et la Lune sont les deux grands luminaires, astres du jour et de la nuit. Ils représentent les deux grandes forces à l’œuvre dans l’univers, le Yin et le Yang de la philosophie chinoise, le Tao.
    Ces deux forces se complètent mutuellement.
    En pratique l’influence de la Lune intervient dans divers domaines.

     

     

    Calendrier lunaire

      

    A la base du calendrier lunaire, on retrouve tous les symboles liés à la Lune qui sont présents dans la philosophie chinoise, le Tao.

    La Lune est l’astre de la nuit. C’est un astre en mouvement qui exprime une transformation incessante.
    Ce n’est pas un hasard si le calendrier lunaire est largement utilisé pour jardiner, augmenter les récoltes, pêcher ou se sentir mieux dans son corps.
    En effet, la Lune est le symbole des rythmes biologiques : pluie, végétation, fertilité et fécondation.

     

      

      

    La Lune est l’astre de la nuit.

    C’est un astre en mouvement.

    Elle croît, atteint son apogée et disparaît.
     

    La Lune exprime une transformation incessante.
     

    Très tôt, l’homme associa le principe féminin à la Lune.

    L’homme a projeté sa propre réalité dans celle de la Lune : comme elle, il naît, croît, meurt.

     

      

    La Lune. Tarot de Charles VI, fin du XVè siècle

    Mais, elle symbolise également pour l’homme l’espoir de la renaissance.

    En effet, elle renaît après trois jours de disparition durant lesquels le ciel n’est que ténèbres.
    Comme la Lune noire suivie de la jeune Lune, la mort sera suivie de la résurrection.

    Symbole des rythmes biologiques et du temps qui passe, la Lune régit les pluies, la végétation, la fertilité et la fécondité.

     

      

    La déesse Nout avalant le Soleil, nageant sur la barque d'Osiris, va franchir les douze portes qui le libéreront des ténèbres. (Détail de la stèle de Tapéret, musée du Louvre à Paris)

    En astrologie, la Lune symbolise l’humidité, le principe passif mais fécond. Elle est liée à l’inconscient, au rêve et à tout ce qui est fluctuant.

     

     

    L’influence de la Lune

    Sans la Lune, nos journées ne seraient que de 15 heures environ. En effet, l’attraction de la Lune ralentit la rotation de la Terre.

    On connaît bien l’influence de la Lune sur les marées. La Lune est l’astre le plus proche de la Terre. Sa taille (3 476 Km de diamètre) en fait l’astre qui influence le plus la vie sur Terre, après le Soleil.
    Du fait de l’attraction de la Lune, la Terre se déforme périodiquement. C’est sur les océans que l’effet est le plus visible.
    Ainsi, lorsque la Lune est au-dessus de l’océan, toutes les 12 heures environ, elle l’attire et il se gonfle, en se retirant des plages : c’est la marée basse.
    Le reste du temps, l’eau s’étale et remonte sur le littoral : c’est la marée haute.

     

      

    Nos anciens connaissaient bien l’influence de la Lune sur la pousse des plantes. Depuis plusieurs dizaines d’années, des agriculteurs effectuent des recherches sur l’influence de la Lune dans l’optimisation des cultures.
     

    De nombreuses associations françaises mettent en pratique l’agriculture biodynamique créée par Rudolf Steiner.
     

    Les résultats obtenus sont indiscutables : les choux-raves sont deux fois plus gros, les récoltes des arbres fruitiers vont du simple au triple.

     

     

      

    La Lune a également une influence sur les animaux qu’ils soient domestiques ou sauvages. Par exemple, le saumon se fait très discret à la Pleine Lune.
     

    Par contre, les poissons plus gros comme le Thon remontent à la Pleine Lune. D'une manière générale, les prises sont plus importantes par mauvais temps ou temps couvert.

    On a constaté que les insectes se montrent beaucoup moins les soirs de Pleine Lune.

    La Pleine Lune augmente les naissances chez les mammifères. Ce phénomène est également vrai pour les humains.

     

     

    Enfin, la Lune influence notre psychisme et donc notre santé. La Lune régit tout ce qui est liquide. Or, notre corps est en majorité composé d’eau.
     

    Certaines traditions faisaient le rapprochement entre la Lune et le sexe des nouveau-nés.

    En effet, certaines traditions recommandent de vérifier dans quelle constellation passe la Lune.

    Si la constellation est féminine, ce sera une fille et inversement pour un garçon.

    Constellations féminines = jours feuilles et racines; constellations masculines = jours fruits et fleurs.

    Si ce "truc" de sage-femme fonctionne, n'hésitez pas à m'en informer.

      

    Véronique Battaglia (03.2005)

     

     

    sources : http://www.dinosoria.com/calendrier_lunaire.htm

      

      

      

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Croyances, superstitions...  - Le cheval blanc  -
     

     

    Le mythe du cheval blanc est universel. Il est présent dans toutes les religions, à commencer par l’hindouisme.
    Lié au soleil et à la fécondité, le cheval blanc est vénéré par les Romains et les Grecs.
      
    Le blanc est associé à la fertilité ; le cheval et surtout la jument y sont pleinement associés.

     


    Parmi les purs-sangs, certains chevaux sont d’un blanc immaculé. On a baptisé le Camargue "
      
    « Le cheval blanc de la mer ». L’Albinos se caractérise également par sa robe blanche.

     

     

     


     

    Note importante sur l'albinisme chez le cheval: Un cheval à la robe blanche ou crème n'est pas albinos. Les races de chevaux à la robe crème ne sont pas plus fragiles que les autres, ni sujets à des maladies particulières.

     


     

    Il existe apparemment une controverse concernant l'albinisme chez le cheval. Selon les auteurs, on peut lire deux versions:

     


     

    • Le cheval albinos n'existe pas
    • Il existe une forme léthale d'albinisme chez le cheval, transmise génétiquement sur le mode dominant

     

     

     

    De plus, pour compliquer encore un peu plus, il faut savoir que chez les chevaux, il existe une forme mortelle d’albinisme, transmise par un gène dominant (un seul exemplaire du gène suffit à la manifestation de l’albinisme.

     

     

    Cheval : wallpaper, fond d'écran, photo, image, fond 


     

    Le cheval blanc en Inde

     

     

     


     

    Autrefois, en Inde, on sacrifiait un cheval blanc afin d’assurer la prospérité du royaume. On lâchait le plus beau coursier blanc du royaume en direction du nord-est.
    Le Prince héritier et quelques jeunes guerriers devaient alors le suivre dans tous ses déplacements pendant un an.

     


    Ils devaient préserver sa liberté et surtout l’empêcher de s’accoupler.

     

    Cheval blanc : wallpaper, fond d'écran, photo

     

    Incarnation du soleil, sa course était sacrée, et les territoires traversés appartenaient d’office au souverain.

     

     

     


     

     

    Le Camargue est un cheval aux origines très anciennes. Image Wolfang Staudt

     

     

     


     

    Lorsque le cheval revenait à son point de départ, poussé par les cavaliers, l’heure de sa fin approchait.

     


    Ce rite solaire était souvent pratiqué à la fin d’un règne, avec comme objectif pour le souverain de transmettre sa gloire à son fils aîné.

     


     

    Aujourd’hui encore, le cheval blanc est considéré comme l’ancêtre de nombreuses familles princières indiennes : il est également une idole que les villageois implorent pour fertiliser leurs terres.

     

    Cheval : wallpaper, fond d'écran, photo, image, fond 

     


     

    Le cheval blanc chez les Perses

     

     

     


     

    Au Vie siècle avant notre ère, les Perses attribuaient un important rôle religieux aux chevaux blancs.

     


    Les habitants de Cilicie devaient en donner un par jour de l’année au roi de Perse. Il était l’incarnation de Mithra, dieu de la Lumière et maître des vastes pâturages. Ce dernier conduisait un char tiré par quatre chevaux blancs immortels.

     


    Des chevaux blancs étaient sacrifiés à son culte.

     

    Chez les Grecs et les Romains, Ares, dieu de la guerre, précédait le soleil levant dans un char tiré par quatre chevaux blancs, symbole de pureté.

     

     

     


     

     

    Mars, Dieu romain de la guerre (peinture Le Pérugin entre 1496 et 1500)

     

     

     

     

    Le cheval blanc en Chine

     

     

     


     

    En Chine, on vénérait les juments blanches de Kubilay Khan, petit-fils de Gengis Khan et premier empereur chinois, fondateur de la dynastie des Yuan.

    Lors de la fête blanche du printemps, les proches du Khan rassemblaient mille juments et étalons d’une blancheur immaculée.
     

    Kubilay Khan, son faucon et son guépard, à la chasse (Extrait du livre des merveilles du monde de Marco Polo)
     

    Quand ces juments passaient à travers le pays, personne n’osait traverser la route. S’en approcher était considéré comme profanateur.
    Seul le « fils du ciel » et ses proches parents pouvaient boire le lait des juments sacrées.
     

    Le cheval blanc en Europe
     

    Environ 500 ans avant notre ère, les Celtes honoraient également les chevaux. A leur mort, ces derniers n’étaient jamais mangés, ni laissés en pâture aux charognards, mais soigneusement ensevelis.
    Les chevaux blancs étaient sacrés, en particulier les juments, symboles de fertilité.

    Les chefs participaient à des rites de fécondité avec des juments blanches afin d’apporter la prospérité à leur peuple.
     

    Le Shagya. En 1789, ce cheval a la couleur unie généralement blanche, a d'abord été élevé comme cheval d'armes pour la cavalerie hongroise. Image Sightsensr
     

    Vers cette époque, la silhouette d’un immense cheval blanc fut gravée dans la craie des falaises d’Uffington, au sud de l’Angleterre.

    Elle demeure une énigme archéologique, car son motif ne se révèle distinctement que vu du ciel.

    Le culte du cheval blanc continua à s’exercer tardivement en Europe. Au Moyen Age, les légendes abondent qui donnent au cheval blanc un rôle prééminent.
    Le cheval blanc est bien un mythe fédérateur qui unit toutes les cultures.
     
    Cheval : wallpaper, fond d'écran, photo, image, fond
    Les purs-sangs à robe blanche
     

     
    Le Camargue

    Le Camargue porte le même nom que sa région d'origine dans le delta du Rhône, au sud de la France. On dit que le Camargue est une race primitive. Ce cheval a un lien très étroit avec les chevaux représentés sur les peintures des grottes de Lascaux datant de 15.000 ans avant J.-C.
     

    Le camargue. Image Wolfang Staudt
     

    Au 19ème siècle, on a découvert des fossiles à Solutré, dont le Camargue pourrait être issu. Ce cheval vit dans les régions marécageuses de la Camargue depuis des centaines d'années. Les gardians l'utilisent pour rassembler les troupeaux de taureaux sauvages.
      
     
    Chevaux : wallpaper, fond d'écran, photo, image, fond
    L’Albinos

    Ce terme porte à confusion. Il s'agit bien d'une race: "american albino horse". Mais, cette race n'a aucun rapport avec l'albinisme.

    L'Albinos appartient au groupe des Western Horses. L'Albinos peut être issu d'un Quarter Horse, d'un Arabe ou d'un Standardbred. Ce cheval se caractérise par sa robe blanche, par sa peau rosée et par ses yeux bleu ardoise ou bleu brun.
     

    L'Albinos. Image Kayak The Rockies
     

    L'Albinos fait partie des races les plus dociles, les plus intelligentes et les plus équilibrées.
     

    Le Lippizan

    Le Lippizan doit son nom au haras slovène de Lipizza, fondé en 1580. Ce cheval est également élevé dans d'autres régions d'Europe de l'Est. La plupart des gens associent le Lippizan à l'Ecole d'Equitation Espagnole de Vienne.
     

    Le lippizan. Image Big Logie's Missus
     

    Seuls les meilleurs étalons blancs, âgés de cinq ans, sont admis au programme d'entraînement.
      
    Les meilleurs chevaux font finalement fonction d'étalons reproducteurs, dans le haras de Piber où on élève le Lippizan moderne.
      
    Les chevaux qui ne sont pas admis à l'école d'équitation, sont utilisés comme monture de chasse.
      
    Le Lippizan a démontré ses qualités dans le sport équestre ou dans le dressage international.
      
    L'Arabe, le Barbe et l'Andalou étaient des ancêtres du Lippizan.

     

     

     Cheval : wallpaper, fond d'écran, photo, image, fond

      

      

      

      

      

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

    Tragique fin du plus grand dirigeable du monde

     

     

     

    Le 4 octobre 1930, le R 101 qui est le plus grand dirigeable du monde, est prêt à décoller de Cardington en direction des Indes. A 2 h 10 du matin, l’effroyable catastrophe aérienne se produit au dessus de la Picardie.

    Cette tragédie aurait pu alourdir la longue liste des catastrophes. Cependant, une troublante manifestation paranormale ne va pas tarder à apparaître. Ces messages d’agonisants qui accusent les responsables du drame doivent-ils être versés au dossier de la

    « vie après la mort » ?

     

     

     Phénomènes inexpliqués - Catastrophe du R 101 -

    La construction du R 101

     

     

     

    Depuis la guerre de 1914-1918, on croit à l’avenir de la navigation aérienne. L’Atlantique a déjà été plusieurs fois traversé. Il y a notamment eu l’exploit, en 1927, de Charles Lindbergh qui a réussi cet exploit en solitaire sur Spirit of Saint Louis.

     

    Malgré tout, on ne croit pas encore à l’avion. Sur terre comme sur mer, la mode est aux trains de luxe et aux grands paquebots.

     

    On rêve donc d’un ballon dirigeable géant et somptueux. Le zeppelin a déjà fait ses preuves et sur de longues distances.

     

    En 1924, les Britanniques décident de mettre en chantier une véritable flotte de dirigeables. Normalement, les prototypes seront les plus grands dirigeables jamais construits, pouvant transporter une centaine de passagers, à la vitesse de 100 km/h.

     

    Le gouvernement travailliste, soumis à des pressions, commande deux dirigeables. L’un à une société privée (Vickers), l’autre à une entreprise d’Etat.

     

    L’équipe de Vickers s’installe dans le Yorkshire, tandis que l’équipe gouvernementale remet en état la base aérienne de Cardington.

     

    Les deux équipes ne tardent pas à entrer en compétition. Au lieu de travailler en commun, chacune garde ses petits « secrets » de fabrication.

     

    Au lieu de résoudre les problèmes ensemble, chaque équipe commet des erreurs et refuse de partager les solutions.

     

    Alors que le dirigeable de Vickers s’est montré opérationnel lors des essais, celui de l’équipe gouvernementale a vu son enveloppe s’ouvrir sur plus de 30 m.
    C’est humiliant et même menaçant pour le gouvernement. En effet, on a déjà annoncé que seul le plus performant serait retenu.

     

     

     

     

     

     

    Le R 101 lors d'un essai de vol

    (Mary Evans Picture Library)

     

     

     

    La première destination sera les Indes et l’on imagine déjà un voyage triomphal. D’autant plus que le ministre de l’Air, Lord Thomson, intrigue pour devenir vice-roi des Indes.
    Il doit impérativement être à Londres à la mi-octobre. Il est donc obligatoire que le dirigeable prenne l’air tout début octobre.

     

    L’engin est pourtant loin d’être opérationnel. Peu importe, le 4 octobre 1930, à 18 h 30, il est prêt à partir.
    Il s’arrache à grand-peine du mât d’amarrage et une heure et demi plus tard, il survole Londres.

     

    A 21 h 30, il pénètre dans l’espace aérien français. Personne, à bord, ne semble avoir remarqué la basse altitude de l’appareil. Quand il arrive près de Beauvais, il n’est qu’à 90 m du sol et le drame ne va pas tarder à arriver.

     

    Il n’y aura que 6 survivants. Lord Thomson est mort dans l’accident ainsi que tous les passagers.
    Les 6 survivants sont des membres de l’équipage dont le témoignage ne sera pas d’une grande utilité. Aucun ne saura expliquer les causes du drame.

      

      

       

     

    Le dernier voyage du plus grand dirigeable du monde

     

     

     

    Dans cette nuit du 5 octobre 1930, il pleut sur la région de Beauvais, dans le nord de la France. Un braconnier, qui est en train de poser des collets, entend soudain de curieux bruits dans le ciel.
    En levant la tête, il aperçoit un grand objet, brillamment éclairé, qui tombe lentement. L’objet se rapproche de lui, tandis qu’un vacarme de moteurs lui déchire les oreilles.

     

    Eugène Rabouille voit enfin le géant du ciel piquer du nez, tenter de se redresser et finir par percuter une colline.

     

    En un instant, la colline s’embrase et il est projeté au sol par l’explosion. Quand il se relève, il entend de sinistres hurlements à travers les flammes.
    Il voit des silhouettes se débattre pour tenter d’échapper au brasier.

     

     

     

     

     

     

    Des curieux devant les poutrelles calcinées du R 101 qui était long de 240 m ( Popperfoto)

     

     

     

    Le dirigeable britannique R 101 avec ses 48 passagers et hommes d’équipage, vient de disparaître.

     

    Cet accident fera perdre aux Anglais la foi dans l’avenir de ce mode de transport. Il sera également l’occasion de très curieuses manifestations paranormales.

     

    La commission d’enquête rendra les conclusions suivantes : »La cause exacte de l’accident serait une soudaine perte de gaz dans un des sacs avant. Le R 101 n’aurait pas dû entreprendre ce voyage vers les Indes et il ne l’a fait que pour des raisons politiques. »

     

    Mais, la commission a délibérément choisi d’ignorer un témoignage peu ordinaire. C’est le témoignage du capitaine du R 101, H. Carmichael Irwin, lui-même décédé dans l’accident.

     

     

     

    Les morts parlent

     

     

     

    Le lendemain de l’accident, quatre personnes se retrouvent pour une séance de spiritisme. L’organisateur et financeur est Harry Price, un riche chercheur passionné de phénomènes inexpliqués.
    Il a invité le célèbre médium Eileen Garret et un journaliste australien, Ian Coster ainsi qu’un ami.
    Une dactylographe assiste à la séance au cas où des esprits se manifesteraient.

     

    Harry Price a décidé d’entrer en relation avec Sir Arthur Conan Doyle, mort depuis quelques mois, et qu’il connaissait très bien.

     

    Seulement, la médium est en proie à une vive agitation et épelle un nom »Irving » ou « Irwin ».
    Le capitaine du R 101 commence alors à parler par l’intermédiaire du médium :

     

    « La masse totale du dirigeable était bien trop importante pour la capacité des moteurs. Les moteurs étaient trop lourds. »

     

    Un flot de vocabulaire technique sort de la bouche du médium :

     

    « La force ascensionnelle totale a été mal calculée. Il faut en informer le jury……Et cette idée de gouvernails nouveaux est complètement folle………Gouvernail enrayé. Conduites d’huile bouchées. Ce système extravagant de carbone et d’hydrogène est totalement stupide….. »

     

    « N’a jamais atteint l’altitude de croisière……Essais bien trop courts. Mauvaise injection du carburant. La pompe à air n’a pas tenu. Mauvais temps pour un long vol. L’eau stagne au-dessus. On penche vers l’avant. Impossible de redresser. Impossible de s’élever. On a failli toucher les toits à Achy. Plus tard, quand on fera une enquête, on s’apercevra que la structure supérieure de l’enveloppe n’avait pas d’élasticité.
    J’ai dû m’y reprendre à cinq fois pour partir. »

     

    Trois semaines après l’accident, à la veille du début des travaux de la commission d’enquête, cette étrange séance connaîtra une suite.

     

     

     

    Dialogue avec les morts

     

     

    Le major Villiers connaissait plusieurs des victimes. Un soir, dans sa chambre, il a l’impression qu’Irwin, est présent et cherche à lui parler.

     

    Le lendemain, il parle de son histoire à un ami, adepte du spiritisme, qui le met en relation avec Eileen Garett et Harry Price.

     

    De nombreuses séances vont avoir lieu et un dialogue, selon les témoins, va s’établir avec plusieurs victimes de la catastrophe.

     

    Villiers pose des questions au capitaine Irwin par l’intermédiaire du médium. En voici quelques extraits, pris en note par la dactylographe.

     

    _ Racontez-moi ce qui s’est passé samedi et dimanche.
    _ Le dirigeable était trop lourd. Plusieurs tonnes de trop. L’enveloppe et les poutrelles n’étaient pas assez solides.
    _ Commençons au début

    _ Avant le départ, je me suis aperçu qu’il y avait une fuite de gaz….Impossible de l’arrêter avant le départ. Les sacs à hydrogène étaient trop poreux. Le mouvement constant de ces sacs provoque une augmentation de la pression intérieure des gaz, ce qui entraîne des fuites… Je suis allé trouver l’ingénieur en chef et j’ai compris alors que nous étions condamnés. A cause des ennuis de gaz, nous savions que notre seule chance était de partir à l’heure prévue. Les prévisions météorologiques n’étaient pas bonnes.
    Nous avons décidé de traverser la Manche et de nous amarrer au Bourget avant l’arrivée du mauvais temps.

     

    Harry Price et le major Villiers décidèrent de soumettre leurs « preuves » à la commission d’enquête.
    Bien sûr, ni elle, ni le ministère de l’Air n’accepteront de les retenir au dossier.

     

      

    Quand les morts racontent.

      

    Deux jours après la catastrophe du R 101, soit le 7 octobre, dans le Laboratoire National de Recherche Psychique fondé quatre années auparavant, se tint une expérience de spiritisme.

     

    Harry Price, enquêteur psychique et adversaire du spiritisme, son secrétaire et le journaliste Ian Coster avaient arrangé une séance avec la jeune médium Eileen Garrett dans le but d’entrer en contact avec Sir Arthur Conan Doyle (créateur de Sherlock Holmes).
    Ce dernier, spirite convaincu, avait jurer d’entrer en contact avec Price après sa mort pour lui prouver le bien fondé de ses idées.

     

     Peu de temps après s’être installée dans la pièce (qui était parfaitement isolée de toute influence extérieure puisqu’il s’agissait d’une expérience scientifique), madame Garrett entra en transe.
    Cependant en lieu et place de l’écrivain célèbre que tout le monde attendait, la voix qui s’exprima par l’intermédiaire
     du médium se présenta comme étant le lieutenant de l’Air 
    H. Carmichael. Irwin.
    D’une voix angoissée, il déclara alors : « Je dois faire quelque chose pour tout ce qui s’est passé … Tout le volume du dirigeable était complètement et absolument trop lourd pour la capacité des moteurs. Les moteurs aussi étaient trop lourds. C’est ce qui m’a obligé en 5 occasions à atterrir d’urgence (le capitaine avait du écourter à 5 reprises les essais car le dirigeable était trop lourd. Ceci n’avait jamais été divulguer à la presse du fait de la concurrence avec le R 100. De plus, c’était une question d’honneur pour le gouvernement : tout allait bien)
    . La poussée ascensionnelle utile était trop faible. La poussée ascensionnelle totale était mal calculée par les contrôles de la cabine. Et cette idée de nouveaux gouvernails, totalement absurde. Gouvernail bloqué. Conduites d’huile bouchées. Volons à trop basse altitude et n’avons jamais pu nous élever. Poussée ascensionnelle disponible impossible à utiliser. Poids trop important pour un long voyage. Mauvaise vitesse de croisière et le dirigeable oscille dangereusement. Tension élevée sur l’enveloppe qui frottait (sur la structure). Mauvais moteurs - trop lourds - ne parvenons pas à nous élever. Jamais atteint la vitesse de croisière - même pendant les essais. Essais trop courts. Personne ne connaissait le dirigeable correctement. Mauvais temps pour un long vol. Enveloppe imbibée d’eau et le dirigeable pique du nez. Impossible de redresser. Avons frôlé les toits à Achy. On suit le chemin de fer ».


    Carmichael rajoute encore : « la section centrale était une erreur … trop lourde, trop de surcharge pour la capacité des moteurs … Equipage insuffisant. Mauvaise injection de carburant et pompe à air en panne. Mauvais système de refroidissement. En plusieurs occasions, j’ai constaté que la capacité de poussée ascensionnelle était inadéquate pour une structure d’un tel volume. Je l’ai dit et répété à l’ingénieur sans qu’il soit capable d’augmenter la capacité des moteurs diesel. Mauvaise alimentation en carburant – risque de retour de flamme. Ce système extravaguant de carbone et hydrogène est totalement stupide ».

     


     

     

    Quand le paranormal se heurte à la politique

     

     

    Les « preuves » issues du paranormal étaient suffisamment détaillées pour aider la commission à mieux comprendre cette catastrophe et à établir avec certitude les responsabilités.

     

    Mais, peut-être ne tenait-on pas justement à ce que toute la lumière soit faite.

     

    D’une certaine manière, peut importe comment Price et Villiers ont obtenu les détails de la tragédie. Ce qui est important c’est que l’on aurait pu juger les responsables. Or, la commission n’a rendu aucune conclusion incriminant qui que ce soit.
    « Le dirigeable n’aurait pas dû entreprendre ce vol ». C’est plutôt vague. Les conclusions de cette commission sont pleines de réserves et d’incertitudes.
    On sait à l’époque qu’il y a trop d’intérêts en jeu et trop de réputations à préserver.

     

    Les messages reçus de « l’esprit » du capitaine Irwin donnent des informations étonnantes. Mais, peut-on vraiment les considérer comme des messages venus de l’au-delà ?

     

    Il y a-t-il eu fraude de la part d’Eileen Garret, le médium ? Bien sûr, on peut s’étonner qu’une femme, surtout à l’époque, ait de telles connaissances en aéronautique.
    Il y a-t-il alors complicité avec Harry Price ? Lui non plus n’était pas spécialiste en mécanique aéronautique ou en pilotage de dirigeable.

     

    Et comment auraient-il pu connaître certains détails que seul Irwin connaissait ? Par exemple, le médium a donné une information sur l’incapacité de l’engin à atteindre sa vitesse et son altitude de croisière. « La structure était entièrement imbibée d’eau et le nez de l’appareil pointait vers le bas ».

     

     

     

    Enquête sur l’affaire du R 101

     

     

     

    Il y a eut une littérature abondante sur cette tragédie et surtout les phénomènes paranormaux s’y rattachant.

    Certains ont prétendu que ces messages pouvaient être le fruit de perceptions télépathiques.

     

    Il faut également souligner que la transcription des « messages » d’Irwin a été déclarée conforme aux rapports écrits par le capitaine.
    Seulement l’ingénieur qui a fait cette déclaration était un spirite convaincu et non un véritable expert ce qui rend ses conclusions plus douteuses.

     

     

     

     

     

     

    Les restes calcinés du R 101 (Syndication International)

     

     

     

    Au cours des années 60, deux experts, des vrais cette fois, accepteront de se pencher sur cette histoire. Il s’agit du commandant Booth, un des pilotes du R 100 (le rival heureux du R 101), et le commandant Cave-Brown-Cave, associé de près à la construction du R 101.

     

    Les conclusions des deux hommes sont formelles : ces messages ne peuvent en aucune manière provenir d’Irwin.

     

      

    Pourquoi ?

     

     

     

    Booth fait remarquer plusieurs incohérences :

     

     

    * L’ »esprit » d’Irwin remet en cause le dispositif de régulation des gaz, qui lui aurait indiqué qu’il y avait des fuites. Or, il n’existait rien de tel à bord du R 101

     

    * Les dispositions d’esprit des officiers du R 101 avant le départ. Comment des navigateurs de cette valeur auraient accepté de prendre le départ en sachant que l’appareil n’était qu’une mauvaise ferraille, mettant ainsi en péril la vie de leurs passagers ?

     

    * « Irwin » parle de s’amarrer au Bourget. A l’époque, il n’existait que quatre aéroports pouvant accueillir un dirigeable de cette importance. Le Bourget n’en faisait pas partie.

     

    Il existe de nombreuses autres incohérences.

     

    On pourrait également faire remarquer que ce médium s’intéressait beaucoup aux accidents d’avion. 10 jours avant le drame, elle avait eu la vision d’une catastrophe imminente.
    Au cours des mois qui ont précédé le drame, la presse a abondamment commenté tous les détails de l’opération, en donnant de nombreuses informations techniques.
    Tout cela a très bien pu s’imprimer dans l’inconscient du médium.

     

    On peut donc se demander si ces « messages » ne proviennent pas en réalité du subconscient d’Eileen Garret.

     

    Le mystère de la tragédie du R 101 n’a jamais été vraiment résolu et les manifestations paranormales n’ont fait que brouiller les pistes.

     

    Même si la participation d’un « esprit » peut laisser sceptique, une chose est certaine : il s’est bien passé quelque chose et des responsabilités n’ont pas été établies.

      

     

    Comment les survivants s’en sont ils sortis ?

     

     

     

     J.H. Leech : assis dans le salon fumeur au moment de l’impact, il fut sauvé lorsque le plafond s’effondra et fut retenu par un des canapé. Il s’échappa en se frayant un chemin à travers les cloisons en bois endommagées du salon jusqu’à la structure et ensuite à travers l’enveloppe extérieure.

     

     

     

     A.V. Bell, J.H. Blinks, A.J. Cook et V. Savory: se trouvaient respectivement dans leur cabine moteur qui étaient situées à l’extérieur de la coque. Lorsque le R 101 atterrit, ils purent ainsi sortir par la fenêtre de la cabine et s’éloigner de la carcasse.

     

     

     

     M.G. Radcliffe : a survécu au crash et a pu sortir de l’épave. Il décéda malheureusement peu de temps après à l’hôpital de ses blessures.

     

     

     

     A. Disley : dormait dans ses quartiers lorsqu’il fut réveillé par l’inclinaison de sa couchette lors du premier plongeon. Au même moment Hunt, qui passait par là, mit les membres d’équipage au courant de la situation puis continua son chemin.
    A ce moment-là, Disley entendit le télégraphe sonner. Le tableau à fusibles se trouvait à portée de main et il se leva pour couper le courant dans le dirigeable.
    Il y avait deux séries de fusibles et Disley se rappelle en avoir basculé une.
     Il savait que lors d’une catastrophe aérienne il y avait toujours des risques d’incendie dû à des court-circuits.
    Pendant qu’il coupait cette première série de fusibles, le
    R 101 effectua son deuxième plongeon, moins accentué que le premier ce qui permit à Disley de rester debout.
    Lorsque le dirigeable toucha le sol, il était juste occupé à couper la seconde série de fusibles et les lumières s’éteignirent.
    Disley se rappelle que l’impact ne fut pas suffisamment fort pour le faire tomber. Dans les secondes qui suivirent, tout comme Leech, il se fraya un chemin à travers la structure et l’enveloppe.

     

     

     

     S. Church : pu lui aussi s’échapper de la carcasse mais décéda 3 jours plus tard de ses blessures à l’hôpital.
    Il donna néanmoins une interview durant ce temps : « Je trouvais que le vol était plutôt cahoteux mais pas de manière exagérée. Le second quart de veille venait de s’achever et je m’en allais lorsque l’appareil a effectué un plongeon assez raide. A ce moment j’ai reçu l’ordre de vider le ballast d’urgence situé à l’avant (soit ½ tonne d’eau) mais avant que je puisse y parvenir le crash est survenu ».

     

    Alors qu’ils s’éloignaient du R 101,

     

    Disley et Cook remarquèrent quelques détails intéressants.
    Disley constata que même si l’enveloppe extérieure brûlait, il n’y avait presque plus d’enveloppe du côté gauche, à l’arrière des charpentes 10 et 11, sur le sommet du dirigeable. Le dirigeable ressemblait à un squelette.
    Cook, quant à lui, observa que le côté inférieur du gouvernail était toujours recouvert de son enveloppe et se trouvait toujours en position de remontée.
    Ceci démontre que le pilote essaya jusqu’à l’ultime seconde de garder le nez de l’appareil vers le haut.

     

    L’enquête montrera que le nombre de tours du tambour du treuil auxiliaire (chargé de manœuvrer le gouvernail) confirme cette hypothèse.

     

     

     


      

     

     

     

     

     

      

      

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    En voici quelques exemples :

    Une description remontant au règne du pharaon Thoutmôsis III vers 1450 av. J.-C., fait état de multiples « cercles de feu plus brillants que le Soleil » d'environ 5 mètres d'envergure qui seraient apparus durant de nombreux jours.

     

    Ils ont finalement disparu après « être montés haut dans le ciel ».
    L'auteur romain Julius Obsequens écrit, en 99 av. J.-C., « dans Tarquinia pendant le coucher du soleil, un objet rond, comme un globe, a pris son chemin dans le ciel d'ouest en est ».

     

     

     

    Préhistoire et Antiquité

    Des récits de phénomènes aériens non identifiés existent depuis très longtemps.

      

    D'après certains ufologues, des représentations étranges visibles dans quelques

      

      

    grottes ornées, telles celle d'Altamira en Espagne ou celle de Cougnac en France,

    pourraient être des représentations d'ovnis .

      

      

      

      

    De plus, des statuettes ou des peintures (comme les fresques du t étrangement à certaines ssili, en Algérie) d'extraterrestres du XXe siècle, preuve, selon une partie de la communauté ufologique, de l'ancienneté du phénomène.

    Certaines de ces apparitions étranges peuvent avoir été des phénomènes astronomiques comme des comètes ou des météores brillants, ou des phénomènes optiques atmosphériques. L'analyse de ces faits passés est dénommée couramment rétro-ufologie. 

     

     

     

    On a retrouvé des dessins à des époques très reculées dans toutes les parties du monde, représentant de manière non ambiguë des êtres et des engins troublants. Il ne faut pas oublier que les artistes préhistoriques dessinaient ce qu'ils avaient l'habitude d'observer.

     

     

                                                                                     figure casquée - Mexique

     

                                                               

     

                                                                        Wondjinas d'Australie

     

    Peintures rupestres d'Aborigène trouvées dans des grottes à Kimberley en Australie. Probablement réalisées il y a plus 5000 ans.

     

    Les aborigènes adoraient, et adorent toujours un dieu, du nom de Wandijna, et qui serait à l'origine de la création de la Terre.Les traditions aborigènes racontent également que la Cité de la Lune, dans la terre d'Arnhem, a été le lieu d'une bataille entre le dieu du ciel venu sur son vaisseau et celui de la Terre, ce dernier ayant été vaincu par l'assaut d'une chaleur dévastatrice..étrange.

     

     

    Peintures rupestres d'Aborigène " les frères brillants ". Vous remarquerez les auréoles autour de leur tête, qui couronnent en général nos anges et nos saints...

     

     

     

    Wondjina Serpents Australia

     

     

     

    Les frères brillants Tjabuinji et Jagtjadbulla-Victoria, Australie

     

     

     

     

     

     

     

    Il y a plus de 15 000 ans avant J.C., dans les grottes du sud-ouest de la France, des hommes préhistoriques ont dessiné tellement d'objets curieux, que les paléontologues ont dû dresser un catalogue des représentations au moment de leur découverte. Mais depuis que l'hypothèse d'une liaison avec la vision d'OVNI a été faite, plus personne n'en parle, sujet tabou !

     

    Ces représentations peuvent être vues dans les grottes de Cougnac et de Pech Merle dans le Lot, des Combarelles en Dordogne.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Voici des peintures rupestres datant de 10000 avant JC. décrivant de bien curieux personnages en combinaison et scaphandre et d'étranges objets dans le ciel dans une grotte italienne non loin de Val Camonica en Italie du sud.

     

     

     

     

     

    Grotte Altamira, Espagne

     

     

     

    Grotte de Los Casares, Espagne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

     

     

     

    Ouzbékistan                                                                                                                                                       

     

     

     

     

     

    Fresque de Tassili, Algérie

     

    Les peintures rupestres du Sahara sont des œuvres néolithiques, peintes et gravées à même la pierre dans le désert du Sahara. Il s'agit de peintures représentant la vie des hommes néolithiques et principalement la faune qui les entoure. Leur datation est difficile, mais les préhistoriens estiment que leur création date d'une période comprise entre 5 000 et 1 000 ans avant J.-C. Le contraste entre la luxuriance de la faune figurée sur ces peintures et l'aridité actuelle du désert du Sahara renforce encore leur attrait historique et artistique.

     

     

     

     

     

    Fresque de Jabbaren, dans le massif de Tassili en Algérie, au sud du Hoggar. Haut de 6m, ce personnage massif est remarquable par sa tête ronde, décorée de motifs divers. La silhouette est épaisse et tout fait penser à un scaphandrier surgi du fond des temps. Cette impression est encore accentuée par la présence de plis horizontaux à la hauteur du cou et d'autres, verticaux, sur la poitrine. Des détails qui évoquent un vêtement enveloppant. Notons au passage qu'un personnage très ressemblant peut être vu dans la grotte de Cabro (Var).

     

    S'il n'est pas le seul dans son genre, le «Grand Dieu des martiens» comme on l'appelle un peu par plaisanterie, est le plus impressionnant de ce que Jacques Gossart, de la revue belge Kadath, appelle les Têtes Rondes. Des Têtes Rondes que l'on retrouve sur un autre site du Tassili, à Séfar. Mais cette fois, elles sont beaucoup plus petites et lèvent les bras vers un être gigantesque, à l'aspect nettement non humain. En plusieurs endroits, on peut voir d'autres Têtes Rondes dessinées comme pour suggérer qu'elles sont en train de planer en l'air.

     

    La roche est un grès d'âge cambro-ordovicien possédant tout un réseau de cassures, fissures verticales à subverticales.

     

    L'élargissement de ces zones de moindre résistance explique la présence actuelle d'un réseau de couloirs où se sont développés des abris-sous-roche.

     

    Parmi les peintures rupestres du Sahara, on peut citer le style dit de Tazina, bien connu dans le sud marocain, foyer possible d'une paléoculture néolithique, que l'on retrouve aussi dans l'Atlas algérien. Les gravures et peintures rupestres qui abondent dans le Sahara correspondent à différentes phases chronoculturelles de ce désert. Elles sont d'une grande fragilité.

     

     

     

     

     

     

     

    Saucers Rock Art, Arkansas, usa

     

     

    Dans l'Exode Elohim parle à Moïse :

    Citation:
    " L'Ange de Iahvé lui apparut dans une flamme de feu, du milieu d'un buisson (...) le buisson était embrasé par le feu, mais il n'était pas dévoré !". (Exode, III-2)

     

    Tableau de Bert de Gelder réalisé en 1710 qui représente

    le baptême de Jésus dans le Jourdan.

    En-dessous, un dessin d'Ovni identique selon un témoignage...257 ans après!



    L'Exode :

    Citation:
    dans le tourbillon". (Il Rois, II-11)



    C'est le décollage d'un engin volant et le feu des tuyères fait que le narrateur parle de chevaux de feu. Si aujourd'hui vous prenez des primitifs d'Amérique du Sud ou d'Afrique noire et que vous les faites assister au décollage d'une fusée, ils parlent de char de feu et de chevaux de feu en revenant dans leurs tribus, incapables de comprendre, même en gros, les phénomènes scientifiques d'une façon rationnelle et voyant en cela du surnaturel, du mystique et du Divin.

    Citation:

     

     

    " Il m'emmena (...) et me déposa sur une très haute montagne sur laquelle il y avait comme les constructions d'une ville, au midi (...) (il y avait) un homme dont l'aspect était comme l'aspect de l'airain". (Ezéchiel, XL, 2-3)

    " Et voici que la gloire du Dieu d'Israël vint de la direction de l'Orient avec un bruit comme le bruit des grandes eaux et la terre resplendit de sa gloire". (Ezéchiel, xLfii-2)

      

     

     

     

    Moyen Âge et Renaissance


    À cette époque, il est surtout question de phénomènes occultes, chez des théoriciens comme Agrippa ou Paracelse. L'influence de la religion est réelle puisque les phénomènes célestes sont considérés comme des avertissements divins ou comme des expressions maléfiques dont sont responsables sorciers et sorcières.

     

     

    Tapisserie de BAYEUX  France NORMANDIE



    Au Japon, dans la nuit du 24 septembre 1235, le général Yoritsume et son armée observent près de Kyoto des sphères de lumière non identifiées, aux mouvements erratiques. Ses conseillers lui disent « de ne pas s'inquiéter car c'était simplement le vent qui faisait osciller les étoiles .

    Gravure sur bois de Hans Glaser.Gravure sur bois par Hans Glaser (1566), Nuremberg.

      

      

    Le 14 avril 1561, l'Allemagne est parcourue par une multitude d'objets apparemment engagés dans une bataille aérienne. On rapporte que de petits globes et disques sortaient de grands cylindres.
     

      

      

      

    Ces observations sont alors interprétées comme des prodiges surnaturels, des anges et autres présages religieux.

    Certains enquêteurs contemporains considèrent ces témoignages comme étant l'équivalent ancien de rapports d'ovnis modernes.

      

      

      

    Il est en effet possible que des apparitions d'ovnis aient été transposées dans des œuvres d'art mais, pour les cas les plus souvent cités, une explication simple est fournie par les historiens de l'art.

     

      

      

    Ainsi :

    les cosmonautes de la fresque du monastère de Detjani au Kosovo (1350) sont des représentations symboliques du Soleil et de la Lune comme on en trouve dans l'art byzantin religieux de cette époque ;

     

     

     

    Projet d'engin volant par Léonard de Vinci

     


    l'ovni du tableau de Mainardi (Madonna col Bambino e San Giovannino), qui traverse les cieux en pleine nativité, est en réalité la représentation symbolique de l'archange Gabriel ;

     

     


    l'objet en forme de soucoupe volante sur le tableau de Paolo Uccello, la Tébaïde, est un chapeau du cardinal ;
     

     

      

    Pièce de 1608 MARSEILLE

      

      

    la fameuse pièce de 1608 censée commémorer un passage d'ovni au-dessus du ciel de France, est en fait un jeton de jeu sur lequel est dessinée une roue de la fortune.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Peintures et représentations du moyen-âge et plus.

     

    La plupart des grandes peintures du moyen âge ont eu pour thème la religion.

    C'était là l'occasion de représenter aussi des objets exceptionnels qu'ils ne pouvaient interpréter que comme étant des envoyés de "Dieu" et qui trouvaient donc leur place parmi ces toiles. Tout ce qu'on ne comprend pas et que l'on observe n'est-il attribuable qu'à Dieu? (à vous de trouver la réponse).

     

     

     

     

     

    Les textes bibliques parlent d'elles-mêmes...

    Quelques citations parmi pleins d'autres :

    Dans la Genèse, XXVIII

    Citation:

      

    " Une échelle était dressée par terre, sa tête touchant aux cieux, et voici que des Anges d'Elohim montaient et descendaient sur elle".

    (Genèse, XXVIII-12)

     

     



    Dans l'Exode Elohim parle à Moïse :

    Citation:

     

    " L'Ange de Iahvé lui apparut n'était pas dévoré !". (Exode, III-2)

     

     

    Comment expliqueriez-vous ce sarcophage Maya ?

     

      

     

     

     Tableau du XIV eme siècle :

     

     

    Extrait d'une toile de Dechani qui est actuellement conservée

    sur une fresque de la crucifixion du Christ, dans l'ancienne Yougoslavie.

     
     

     

    On a retrouvé des dessins à des époques très reculées dans toutes les parties du
    monde, et représentant de manière non ambiguë des êtres et des engins que nous
    pourrons sans problème qualifier d'extra-terrestres. Il ne faut pas oublier que
    les artistes préhistoriques dessinaient ce qu'ils avaient l'habitude d'observer:
    peut-on en conclure qu'à une époque où la Terre était complètement
    sous-développée, l'activité extra-terrestre se faisait au grand jour?
    Possible!

    En tout cas, supposer que des extra-terrestres nous ont
    découvert subitement, il y a seulement 50 ans, c'est tout bonnement manquer de
    bon sens, étant donné que les civilisations extra-terrestres n'ont aucune raison
    de s'être développées en même temps que nous ni toutes à la même vitesse.

      

    Statistiquement, ils devraient nous avoir découverts il y a des dizaines de
    milliers d'années, voire des millions d'années, et d'autres devaient continuer
    de nous découvrir au cours des milliers d'années qui s'écoulèrent et
    continueront à nous découvrir.

    Il existe aussi des récits du moyen âge
    décrivant des boules lumineuses, des soucoupes et autres Ovnis, bien sûr en
    termes du moyen âge (mais à nouveau sans ambiguïté), ainsi que quelques gravures
    accompagnant ces récits. Certaines peintures sont aussi très éloquentes! Je
    crois que tout ceci est cohérent: les extra-terrestres nous visitent depuis des
    centaines de milliers d'années et continuent à le faire; et manifestement, ils
    ne sont pas belliqueux, sans quoi nous ne serions plus là depuis longtemps pour
    nous poser cette question.

    A l'époque où l'ancien testament a été écrit,
    on observait des "colonnes de nuées et de feu", et récemment, un témoin d'Ovni a
    vu le phénomène sous forme de colonne de feu. Il y a quelques années, un témoin
    a observé un Ovni de forme très bizarre qui n'avait pas été répertoriée et dont
    la forme particulière figurait très exactement parmi des gravures rupestres
    anciennes.

      

    Ceux qui pensent que les "soucoupes volantes" sont sorties droit de
    l'imagination de nos contemporains devraient s'intéresser un peu plus à ce type
    d'information.

    Quant à ceux qui mettent en avant la très grande
    diversité des formes d'Ovnis pour en discréditer la réalité, ils feraient bien
    d'y repenser à deux fois. A mon avis, la technologie de déplacement des
    civilisations extra-terrestres est au point depuis des temps immémorables, et
    ils n'en changent plus les formes, mais par contre il existe tant de
    civilisations nous visitant, et tant de "modèles" d'engins volant par
    civilisation, que nous ne sommes pas près d'arriver au bout de nos peines (par
    analogie, il suffit de considérer tous les modèles de voiture existant sur Terre
    pour essayer de se donner une idée, et de multiplier par le nombre de
    civilisations extra-terrestres pouvant nous visiter).

    Un autre élément à
    ajouter est que certains Ovnis semblent pouvoir prendre la forme extérieure
    qu'ils veulent (peut-être des projections holographiques?) si ils le désirent,
    comme ces Ovnis qui essaient d'imiter les Sky-Tracers (la revue "Lumières dans
    la Nuit" en a beaucoup parlé).

      

    Jacques Vallée a lui aussi beaucoup étudié la
    question dans ses livres, et il a pu trouver trace d'"Ovnis" prenant la forme de
    dirigeables au 19ème siècle. Il semble que les technologies extra-terrestres
    soient diverses, et que leurs intentions sont de révéler doucement leur présence
    sans choquer. Pour quelle raison? Là aussi, il est possible d'obtenir quelques
    réponses.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

     



    Peinture rupestre d'une grotte néolithique du sud-ouest de la France représentant une foule d'animaux sauvages de toutes tailles...survolées par des objets ronds et plats évoquant des ovnis. Trois de ces engins évoluent autour d'un petit personnage humanoïde doté d'une queue bizarre .

    Les experts sont incapables de donner un sens à cette peinture.

     

      

    Des témoignages de gens prétendant avoir fait une rencontre de troisième type (oui je sais je pars dans le HS mais c'est plus fort que moi comme Sega...) se comptent par dixaine de milliers  !

    Et y en a pour toutes les sauces allant du petit gris que l'on connais bien à des gens quasiment identiques à nous de taille moyenne de 2,50m à 3m. 

     

     

     

     

     

     NASCA

     

     

     

       

     

     

     

     1520 1523

     

     

     

    illustrration from gulliver's travels 1732

      

      

      

      

      

      

      

      

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

      

      

      

    FR - Témoins militaires d'OVNI sur des sites nucléaires

    - National Press Club (27-09-10) VOSTFR

      

      

    Pour apprécier les vidéos...

    cliquer sur le logo central de RADIONOMY -

    colonne de gauche...

    en bas - le fond musical du BLOG Sera supprimé...

    pour toutes les vidéos ...

      

      

      

      

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

     

    Pour apprécier les vidéos... cliquer sur le logo central de radionomy-

    colonne de gauche...en bas - le fond musical du BLOG

    Sera supprimé... pour toutes les vidéos ...

      

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •   

      

      

      

    Pour apprécier les vidéos... cliquer sur le logo central de MIXPOD -

    colonne de gauche...en bas - le fond musical du BLOG Sera supprimé...

    pour toutes les vidéos ...

     

     

     

     

     Dossiers Ovni 01 - Dreamland Zone 51 1/7

     

     

     

     

      

      

    Dossiers Ovni 01 - Dreamland Zone 51 2/7

      

     

     

     

     

     

     

    Dossiers Ovni 01 - Dreamland Zone 51 3/7

     

     

     

     

    Dossiers Ovni 01 - Dreamland Zone 51 4/7

     

     

     

      

     

     Dossiers Ovni 01 - Dreamland Zone 51 5/7

     

     

     

     

     

     Dossiers Ovni 01 - Dreamland Zone 51 6/7

     

     

     

     

     

     

    Dossiers Ovni 01 - Dreamland Zone 51 7/7

      

     

     

     

     

    Pour apprécier les vidéos... cliquer sur le logo central de MIXPOD -

    colonne de gauche...en bas - le fond musical du BLOG Sera supprimé...

    pour toutes les vidéos ...

      

      

      

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

    La réincarnation



    Qu'est-ce que la réincarnation ?

      

    La réincarnation est le retour du principe spirituel dans une nouvelle enveloppe charnelle. Pour un être humain, cette enveloppe est toujours un corps humain. Mais on peut se réincarner soit sur la même planète où l'on a vécu sa dernière existence, soit sur une autre planète.

    On ne peut fixer un temps précédant le retour dans un corps matériel, pas plus qu'on ne peut fixer un temps pour la vie terrestre.

      

    Des êtres humains passent trois ans sur terre, et d'autres y vivent quatre-vingt-dix ans. Si l'on disait que l'homme vit sur terre trente ans, on parierait comme un amateur de statistique, mais pas comme un observateur des lois réelles.

    L'esprit doit entrer dans un nouveau corps, mais cela se fait petit à petit et n'est achevé qu'à la naissance. Mais certains esprits changent d'avis après coup et craignent tellement la renaissance que cela aboutit parfois à une fausse-couche ou à un enfant mort-né.

    En général, les jeunes enfants de deux à trois ans ont très souvent des réminiscences de leurs vies antérieures.

      

    Les souvenirs s'estompent vers sept ou huit ans, lorsque l'enfant est mieux intégré dans la vie terrestre.

    Certaines de nos aptitudes peuvent disparaître d'une vie à l'autre, être comme en sommeil, lorsque l'esprit désire en acquérir d'autres. Mais les premières ne disparaissent qu'en apparence et peuvent s'épanouir davantage dans une vie ultérieure.

      

    Un esprit attardé peut avoir choisi une famille évoluée dans le but de s'améliorer - ceci constitue une épreuve pour la famille choisie - alors qu'un esprit évolué peut s'incarner dans un cadre déplaisant, même dans un corps infirme, pour subir une épreuve nécessaire et développer des qualités qui lui manquent.

    Disons tout de suite qu'avant de venir se réincarner dans une planète, l'être spirituel se prête à la perte de la mémoire des existences antérieures.

      

    La réincarnation a, en effet, été enseignée comme un mystère ésotérique dans toutes les initiations de l'Antiquité.



    La réincarnation et les religions



    Depuis le début de toutes les religions, la réincarnation a été considérée comme une alternative à la mort.Les premiers à en avoir parlé, sont les égyptiens, quoique cela ne soit pas reconnu par l'Egyptologie officielle, mais dans plusieurs passages du Livre des Morts, il en est fait mention.

      

    Plus connus sont le Bouddhisme et l'Hindouisme, qui ont perpétué l'idée de réincarnation jusqu'à nos jours.

      

    Au Tibet, quand on parle de réincarnation, on ne peut s'empêcher penser au Dalaï-lama dont tout le monde a retenu qu'il est l'incarnation actuelle du premier Dalaï-lama.

    En Grèce au 7ème et 6ème siècle avant Jésus Christ, l'orphisme, doctrine théologique admettaient l'immortalité de l'âme. L'âme impure était soumise à des réincarnations successives. Dans les évangiles, le Christ a fait plusieurs fois référence à des vies antérieures :

    " Jésus dit alors: Je vous le dis, en vérité, parmi les enfants des hommes, il ne s'en est pas levé de plus grand que Jean, le Baptiste. Si vous voulez le comprendre, lui-même est Elie qui devait revenir, que celui-là entende, qui a des oreilles pour entendre " (Saint Mathieu, XI, 11-15).

    " En vérité, je te le dis : nul, s'il ne naît à nouveau, ne peut voir le royaume de Dieu "(Saint Jean III,3)


    Au sujet d'un aveugle de naissance, Jésus, qu'on interrogeait sur les raisons cette cécité, :

    "Ce n'est pas lui ni ses parents qui ont pêché…." (Saint Jean, IX-3).

    Rappelons-nous que jusqu'en l'an 553 de notre ère, la réincarnation faisait partie de la religion chrétienne, mais a été mis à l'index après le concile de Constantinople, simplement parce que, dit-on, le concept de la réincarnation gênait l'impératrice Théodora (qui avait beaucoup à se reprocher !) et ne voulait pas accepter qu'elle puisse être d'un rang inférieur dans une vie future.

      

    Cette croyance fut donc éliminée, mais non totalement interdite, et elle ne fut jamais déclarée anathème.

    Dans le Zohar : " Toutes les âmes sont soumises aux épreuves de la transmigration ".

    La Kabbale affirme que les renaissances permettent aux hommes de se purifier. Plus près de nous, au 13e siècle, les cathares disaient :

      

    "Nous sommes venus trop tôt ; nous reviendrons dans 700 ans".



    Le concept de la réincarnation



    Il est intéressant de par son idée de justice immanente. Il permet aussi de comprendre et d'accepter les pires épreuves.

      

    Mais malgré les preuves qui s'accumulent, la Réincarnation a beaucoup d'adversaires, car, depuis des siècles, on nous a répété qu'on ne disposait que d'une seule vie pour gagner le Paradis, sinon l'Enfer vous ouvrait toutes grandes ses portes. Mais comment parvenir à la perfection en une seule existence ?

      

    A ce compte, bien des gens ne pourraient être sauvés. Pourquoi ne pas admettre d'autres vies, d'autres épreuves pour ceux qui ne sont pas encore parfaits, afin de les faire réfléchir davantage, de reconnaître leurs erreurs passées et de leur donner la chance de les corriger ?

      

    La nouvelle incarnation d'une âme sur terre dépend du degré d'évolution acquis dans les vies passées.

     

                    

     

     

    RÉINCARNATION ; Signification du mot

     

     

      

    La croyance en la réincarnation peut être assimilée à une doctrine selon laquelle un certain principe immatériel (« esprit », « âme », « conscience individuelle ») s'accomplit au travers de vies successives dans différents corps (humains, animaux ou végétaux selon les croyances). Dans cette doctrine, à la mort du corps physique, l'« esprit » quitte ce dernier pour habiter, après une nouvelle naissance, un autre corps, ce qui permettrait à l'individualité de poursuivre ses expériences de vie et son évolution spirituelle ou morale.

      

    La réincarnation est une forme de la transmigration des âmes, proche des concepts de métempsycose, palingénésie, et l'Éternel retour. On retrouve la croyance en la réincarnation à différentes époques et en divers lieux (bien que le terme soit récent, traduisant une conception occidentale de type sociale apparaissant vers la fin du XIXe siècle, de sorte que la question de savoir si le terme "réincarnation" est réellement approprié pour désigner les concepts hindou et bouddhiste fait actuellement débat comme en témoigne, par exemple, la page de discussion de cet article), notamment dans la pensée grecque et en Extrême-Orient, où elle est au cœur de l'hindouisme, du jaïnisme et du bouddhisme, et du sikhisme

      

     

    Même si certains veulent voir des allusions codées dans les textes sacrés, elle est généralement récusée par les trois religions monothéistes, qui lui préfèrent la doctrine du Jugement dernier et de la résurrection de la chair.

     

     

     

    Aujourd'hui, la réincarnation est une croyance religieuse partagée par plus d'un milliard d'hommes (les hindous, les bouddhistes, les jaïns, les sikhs, les adeptes des religions tribales africaines auxquels s'ajoutent différents groupes spiritualistes).

    Les indos-aryens ont emprunté la théorie des renaissances successives au contact des aborigènes non-aryens de l'Inde. Par la suite, le Jaïnisme et le bouddhisme ont adopté la doctrine également comme article de foi.<CHALOUX>

    L'idée de la réincarnation n'est donc pas issue de l'âge védique mais quand les brahmanes se la sont appropriée, ils en ont fait une doctrine secrète. Le Jaïnisme l'a développée très tôt et les premières Upanishads se sont inspirées de ces développements. Cette idée de la réincarnation dominait la vie spirituelle à l'époque Dravidienne, puis se dissipa quelques temps, pour réapparaître ensuite.

     

    Le premier théoricien de la réincarnation, en Inde, arrive assez tard, après le védisme, dans l'hindouisme du VIe siècle av. J.-C.. Il s'agit de Yâjñavalkya, auteur de la Brihad-âranyaka-Upanishad et du Shatapatha-Brâhmana.

    "Yajnavalkya, poursuivit Artabhaga, lorsque l'organe de la parole du mourant se fond dans le feu, son souffle dans l'air, sa vue dans la lumière solaire, son mental dans la lumière lunaire, son ouïe dans les directions de l'espace, son corps physique dans la terre, l'Akasha de son cœur dans l'Akasha de l'espace externe, les poils de son corps dans le tapis végétal de la terre et ses cheveux dans les arbres, son sang et sa semence dans l'eau, où donc se trouve alors cet homme ? »

    « Tends-moi la main, cher Artabhaga, répliqua Yajnavalkya, et nous irons décider de cela entre nous, ce qui est impossible au milieu d'une telle foule. » Ils se mirent à l'écart et débattirent longuement la question ; ce dont ils parlèrent fut essentiellement le karma, le domaine de l'action, et ce qu'ils déterminèrent comme louable fut aussi le karma. Car c'est par l'action juste que l'on devient bon, et par l'action erronée que l'on devient mauvais. Finalement, Artabhaga, de la lignée de Jaratkaru, demeura silencieux." (Brihad-âranyaka-Upanishad, III.2.13) .

    Cela laisse entendre plusieurs idées :

    1. Le karman joue dans la vie présente comme dans la vie future.
    2. La notion de karman comme "acte moral et résultat de l'acte" entre ici en jeu.
    3. Puis la notion de rétribution des âmes intervient. Selon le Shatapatha-Brâhmana, ceux qui n'accomplissent pas correctement les rites renaissent après la mort et deviennent "toujours à nouveau la nourriture de la mort" ; l'immortalité acquise par les rites est de durée limitée ; la crémation produit une nouvelle naissance.

     

     

    4. Puis arrive la notion de renaissance.

    Ainsi, l'homme se dissout à la mort, mais son karman est cause d'une naissance nouvelle qui héritera des actes bons ou mauvais de l'existence antérieure.(isslich lapoche)

    C'est vers la fin du XIXe siècle que la réincarnation fait un grand retour en Occident, sous la double influence d'un regain d'intérêt pour l'occultisme et de l'étude plus systématique des religions venues d'Inde (hindouisme et bouddhisme) par les anthropologues et philosophes occidentaux (notamment Schopenhauer).

    Plusieurs groupes "ésotériques" placent la réincarnation (ou en tout cas une version occidentale de la réincarnation) au cœur de leurs enseignements. Parmi ceux-ci, on peut citer la Théosophie, fondée par Helena Blavatsky en 1875.

    Par ailleurs, la doctrine spirite, codifiée Allan Kardec dans Le livre des Esprits en 1857, est en partie fondée sur la croyance en la réincarnation.

    Aujourd'hui, la continuation de cette tradition se retrouve dans le mouvement dit New Age.

     

      

      

      

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     Les prémonitions du Titanic

      

      

      
      
      
      
    Plusieurs livres furent écrit a propos des prémonitions faite sur le naufrage du titanic le 15 avril 1912. Ainsi de nombreuses personnes auraient refusé d'acheter leurs billets car ils auraient présenti une catstrophe.
      
    Un homme d'affaire américain à ainsi annulé au dernier moment son voyage car il dit avoir revé du naufrage du titanic. Mais l'histoire la plus troublante est celle du roman de Morgan Robertson intitulé « futility » écrit en 1898 donc 4 ans avant le naufrage.
      
    Dans ce roman il raconte qu'un grand et luxieux paquebot nommé Titan ( titan = titanic ?) heurta un iceberg et coula comme le titanic. De plus dans le texte le paquebot à sombré au meme endroit que le titanic (dans l'atlantique nord).
      
    Comme pour le Titanic les pertes du Titans sont élevées à cause du manque de canots de sauvetage. En outre Robertson décrit dans le moindre detail le titan et cette description est semblable a celle du Titanic ( systeme telephonique interne, étanchéité des cloisons, salle de bal....).
      
      
    Le comble : le journaliste W.t Stead qui à fait la critique du livre est mort dans le naufrage du titanic.
      
    Alors simples coincidences ?
      
      
      
      
      
      
     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Le Grand Sphinx





    L'histoire du lion éternel et de son fameux nez…Battu par les vents, menacé de chaque côté par les sables mouvants, le Grand Sphinx garde majestueusement les pyramides royales de Gizeh depuis presque 5 000 ans. Ce monument colossal a, cependant, été enseveli dans le sable pendant presque toute son existence ; il a subi les attaques et le vandalisme des hommes et de la nature. Sa survivance tient du miracle.

    Le lion humain



    Le sort du Grand Sphinx a longtemps été lié à celui de pharaons égyptiens. Dés les débuts de la période historique, il est courant de représenter le roi comme un lion, afin de symboliser sa force et sa puissance. Le concept du souverain à la fois homme et animal aboutit à la création du sphinx, créature hybride au corps de Lion et à la tête humaine. Le pharaon étant à la fois humain et divin, le Sphinx est considéré, à son tour, comme supra-humain.

    On a érigé de nombreux sphinx en Égypte, mais celui de Gizeh est le premier à avoir été dressé. Il date du règne de Khephren, au XXVIe Siècle avant J.-C. ; il est situé au sud de la Grande Pyramide.

    Impressionnant avec ses 20 m de haut et 70 de long, il garde la route sacrée qui mène à la seconde pyramide, également érigée pendant le règne de  Khephren


    Les origines du Sphinx sont tombées dans l'oubli au Nouvel Empire ( vers 1750 avant J.-C.). Les prêtres pensent qu'il s'agit d'une incarnation de Rê, dieu du Soleil, et l'adorent en tant que tel. A l'époque, en outre, son corps est enfoui dans le sable : seule sa majestueuse tête reste visible.

    Selon la légende, Thoutmosis, jeune fils du pharaon Aménophis II, chassant sur le plateau de Gizeh, se repose à l'ombre du Sphinx. Il rêve que Rê lui parle et se plaint que le sable l'empêche de respirer.

      

    Si le prince veut bien faire enlever le sable, le dieu lui promet qu'il héritera du royaume. Thoutmosis obéit et, naturellement, monte sur le trône d'Égypte. Afin de prévenir de futurs ensablements, il fait construire une série de murs en briques de terre autour du monument et graver l'histoire du songe sur une plaque de granit. Elle se trouve toujours entre les pieds du Sphinx.

    Le sort de celui-ci commence à s'améliorer. Centre du culte du dieu Soleil, Rê, il attire les visiteurs et les pèlerins de toute l'Antiquité, qui lui laissent de nombreuses offrandes.

      

    Certaines d'entre elles sont des tablettes d'argile, qui portent des prières. Lors de la domination romaine, de nombreux voyageurs vont admirer le Sphinx ;on peut encore voir leurs graffiti.



    Jusqu'au cou


    Au cours des siècles suivants, le Sphinx redevient la proie des sables du désert, qui s'amoncellent le long de ses flancs et l'enfouissent entièrement, sauf la tête. Le vent érode ses parties exposées et des vandales en arrachent des morceaux.

    La légende veut que Napoléon fasse pointer ses canons contre le Sphinx parce qu'il pensait que son sourire se moquait de lui.

    La vérité est plus prosaïque. Le visage du Sphinx a été défiguré et son nez brisé à la fin du VIVe siècle par Saim-el-Dhar, un religieux fanatique qui considérait la présence de la statue comme païenne et idolâtre.

    Ce n'est qu'à la fin du XIXe siècle que le Sphinx est à nouveau libéré de sa gangue de sable. Les archéologues entreprennent alors de fouilles pénibles et s'intéressent à son histoire et à sa signification.

      

    Pendant les années 1920, le gigantesque monument est enfin dégagé et l'on érige des supports de ciment pour maintenir la tête.

    Le Sphinx a maintenant été restauré dans presque toute sa gloire de gardien des pyramides.

     

     

     

     

     

     

     

             

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    La pyramide de Khéops

     




    Le monde abonde en lieux, en régions, en construction propres à exciter l'imagination sur leurs origines. Certains, comme l'Atlantide, sont invisibles et n'ont peut-être qu'une existence fictive; d'autres sont éminemment visibles, mais défient également la raison. La grande pyramide de Khéops à Gizeh, par exemple, est le tombeau d'un pharaon déifié, mais, éventuellement, bien autre chose encore.

    Depuis l'antiquité grecque, l'humanité n'a cessé de se poser des questions sur cette unique survivante des sept merveilles du monde. À quelle fin fut-elle construite? Si c'est un tombeau, pourquoi n'y a-t-on jamais trouvé ni symboles, ni attributs royaux, ni surtout une momie royale? Et comment fut-elle édifiée?

      

    Étant donné les techniques des bâtisseurs de l'époque, comment expliquer l'admirable précision de sa construction, son orientation presque parfaite par rapport aux quatre points cardinaux?

    Si, dans sa conception même, la Grande pyramide matérialise des notions mathématiques et astronomiques complexes, comment ses constructeurs ont-ils acquis ces connaissances tellement en avance sur les autres civilisations?

    Ce monument posséderait-il des pouvoirs surnaturels, au-delà de la science?


    Si les archéologues s'intéressent à cet édifice d'un strict point de vue historique, les autres chercheurs peuvent généralement se classer en trois écoles de pensées. La première, et la plus répandue, affirme que la pyramide de Khéops représente un système universel de mesures et que ses dimensions mêmes immortalisent des archétypes d'unités de longueur, voire du temps. La deuxième école considère la pyramide essentiellement comme un gigantesque cadran solaire et comme un observatoire astronomique. Enfin, la troisième école, plus aventureuse, spécule que la forme pyramidale pourrait mystérieusement contribuer à la croissance des plantes, prolonger la conservation des aliments et même affûter les lames de rasoir usées.

    Énigmatique et majestueuse, la pyramide de Khéops surgit du plateau de Gizeh, à une quinzaine de kilomètre du Caire. Les chiffres ne peuvent donner qu'une faible idée de sa taille gigantesque: 5 ha de surface à la base, 2,3 millions de blocs de calcaire, en moyenne de 2,5 tonnes chacun. La Grande pyramide et les autres qui se dressent à proximité sur le plateau furent construites au cours de la période égyptienne dite de la IVe Dynastie, entre 2613 et 2494 avant notre ère.

    Le premier à avoir étudié la pyramide fut l'historien grec Hérodote. Il se rendit à Gizeh, au Ve siècle avant notre ère, la pyramide avait alors déjà deux mille ans, et il décrivit la construction d'après ses entretiens, sur place, avec des égyptiens. Il ne put pénétrer à l'intérieur (l'entrée était cachée). Ce n'est qu'en l'an 820 qu'un Arabe, Al-Mamum, trouva l'entrée de la pyramide.

      

    Après avoir pénétré la pyramide, lui et son équipe furent arrêté par des blocs de granite. Ils percèrent les blocs voisins de calcaire plus tendre. Ils se trouvèrent dans un couloir montant et fort bas, que coupait, en haut, un passage horizontal. Après avoir visité la pyramide, ils ne trouvèrent qu'un sarcophage vide dans la chambre du Roi.

      

    Ou bien ce sarcophage vide était tout ce que cette chambre eût jamais contenu, ou bien des voleurs l'avaient pillée depuis longtemps. Mais, s'ils s'étaient introduits aussi avant dans la pyramide, comment avaient-ils fait pour franchir les blocs de granite?



    Pour conclure sur la pyramide, il serait intéressant de parler de la malédiction de Toutankhamon. En novembre 1922, après quinze ans de fouilles dans la Vallée des Rois, au sud du Caire, l'égyptologue Howard Carter, accompagné de son commanditaire George Edward Herbert, compte de Carnavon, descella l'entrée d'un tombeau souterrain et mit au jour un admirable ensemble de vases, de chars, de trônes et de bijoux: le trésor funéraire du pharaon Toutankhamon.

      

    Mais le triomphe des fouilleurs n'alla pas sans difficultés. Des hiéroglyphes, disait-on, menaçait de vengeance les profanateurs. Un cobra, symbole égyptien de royauté, dévora le canari de Carter. Les fouilles se poursuivirent néanmoins toute l'année suivante, jusqu'à ce qu'on découvrit la chambre renfermant le sarcophage même de Toutankhamon. Mais lord Carnavon n'était plus là pour le voir: il avait succombé, quelques mois plus tôt, à un empoisonnement du sang.

      

    Certains ne manquèrent pas d'affirmer qu'il avait été, en fait, victime de la malédiction du pharaon.


             

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

      

      

     

                   
      
    Selon les prophètes, l'an 2000 a ouvert une ère d'obscurité et de destruction.
      
    Faut-il accorder un crédit à ces prédictions catastrophiques sont-elles seulement le reflet d'une peur millénariste?

    Michel et Nostredame, bien plus connu sous le nom latin de Nostradamus, passait souvent ses soirées seul, à contempler un bol d'eau - comme les gitanes leur boule de crystal - jusqu'à entrer en état de transe et entrevoir l'avenir.
      
    C"est au cours de l'une de ces soirées que Nostradamus entrevit sa propre mort. Il mourut deux semaines plus tard, le 2 juillet 1566, à la date précise qu'il avait annoncée.
      
    Sur les quelque neuf cent prédictions faites par Nostradamus, nombreuses sont celles ayant trait à des catastrophes devant s'abattre sur la fin du 20ième siècle.
      
    C'est bien entendu parce qu'il a prédit sa mort de façon si troublante que l'on ne peut prendre à la légère ses prophéties, et ce d'autant moins que d'autres prophètes ont annoncé de semblables scénario.
      
    Les prédictions de Nostradamus sont issues d'un mélange d'astrologie et d'alchimie.
      
      
    Elles sont rédigées sous forme de versets codés en français et en latin, et ont été publiées dans son ouvrage intitulé Centuries astrologiques.
      
    À prémière vue, ces versets ne révèlent pas grand-chose, mais des études approfondies successivement réalisées par de nombreux érudits ont permis de mieux comprendre leur signification... même s'il s'agit invariablement d'interprétations postérieures aux évènements cités.

     
      
    Une période troublée

    Nostradamus entrevoyait la fin du siècle de façon très sombre. 1999 verrait le règne d'un "Grand Roi de la terreur".
      
    "Le sang et la peste rougiront deux fleuves" et "La peste, la guerre et la famine s'abattront sur la terre".
      
     D'après lui, ces évènements connaîtraient leur apogée en l'an 2000, année de la venue du Christ (parousie).
      
      
    "Le millénium", écrivit Nostradamus à son fils, "sera la fin de tout".
      
    Chose certaine rien de tout cela ne s'est produit, mais voyait-il vraiment l'avenir?
      
    La clé de ses prophéties ne réside pas uniquement dans leur traduction, mais également dans leur interprétation, qui peut varier du tout au tout d'un analyste à l'autre.
      
    À titre d'exemple, les avis sont partagés sur le verset suivant :

     
    De fez le règne parviendra à ceux de l'Europe,
    Feu leur cité, et lame tranchera
    Le grand d'Asie terre et mer à grand troupe,
    Que bleux, pers, croix à mort déchassera

     
    Suivant l'avis de Peter Lorie, astrologue et psychanalyste, ce quatrain annonce la naissance d'une nouvelle religion à Fez, au Maroc, qui provoquera le déclin et la chute de la chrétienté en Europe.
      
    En revanche, pour l'astrologue A. T. Mann, Nostradamus prédit ici l'invasion de l'Europe - non pas spirituelle mais militaire - par une nouvelle puissance arabe, apportant guerre violence et chaos.
      
    On le voit, le flou parfois extrême des versets de Nostradamus permet aux chercheurs d'y trouver de quoi conforter leurs propres interprétations.
      
      
      
    Souvent, la signigication peut dépendre d'un seul mot - comme ici, l'utilisation du mot "feu", qui pourrait être compris de plusieurs façons, doit dans le sens de destruction par un incendie, soit dans celui de l'inspiration, en particulier de l'inspiration religieuse.
      
    De même, dans un autre verset, la formule "La loi Morisque on verra déffaillir", est traduite comme signifiant que "La loi de Maure déclinera". Pour l'astrologue Erika Cheetham, il ne peut s'agir que la loi du Maroc, c'est-à-dire celle des Maures.
      
      
    Elle interprète donc ce verset comme l'annonce de la fin de la foi islamique. Lorie produit quant à lui une interprétation tout à fait originale de ce verset qu'il considère annoncer la chut de l'idéologie communiste.

     
      
    Prophète parapsychique

    D'autres prophètes sont plus explicites que Nostradamus dans leurs prédictions. Parmi les contemporains les plus célèbres, on retiendra le guérisseur parapsychique américain Edgar Cayce (1877-1945). De même que Nostradamus, Edgar Cayce utilisait l'état de transe comme moyen de prédiction du futur.
      
    Sa vision pessimiste du millénaire transparaît dans ses prédictions concernant une série de catastrophes naturelles consécutives à une éruption de l'Etna, en Silice.
      
      
    Ce volcan est effectivement entré en éruption, en 1991, suivi peu après d'un regain d'activité volcanique aux Philippines.
      
    Edgar Cayce avait également fait état de destructions massives à San Francisco et des incendies ont embrasé Los Angeles deux années plus tard.
      
    Pour l'heure, seule l'île de Manhattan a échappé au désastre annoncé.

    Selon Cayce, ces catastrophes cesseront avec une inversion des pôles magnétiques, le Nord devenant le Sud et vice versa. Ce phénomène, provoquant raz de marée et tremblement de terre, ravagera notre planète.
      
      
    Néanmoins, Cayce avait prédit pour l'an 2000 la deuxième venue du Christ et une nouvelle ère de paix.
      
    Cette dernière prédiction rappelle les prophéties du Nouveau Testament, tirées du Livre de l'Apocalypse, et en particulier des versets suivant :
      
      
    "Et il y eut un grand tremblement de terre... et les étoiles du ciel tombèrent sur la Terre... et toutes les montagnes et îles furent déplacées". (Apocalypse, chapitre VI, versets 12, 13 et 14).
      
    Edgar Cayce était reconnu comme un homme profondément religieux et il est probable que les prophéties apocalyptiques de la Bible aient eu quelque influence sur ses visions.
      
    Mais les prédictions qu'il fit en 1934 à propos de "bouleversements dans l'Arctique" à la suite desquels "les climats glacés ou semi-tropicaux deviendront plus tropicaux, et la mousse et les fougères croîtrons", sont extrêmement troublantes.
      
      
    Les préoccupations actuelle concernant la fonte des calottes glacières des pôles, consécutive au réchauffement de la Terre par effet de serre, projettent un éclairage saisissant sur ces prophéties.

    Un grand nombre d'autres prophéties faites par Cayces se sont vérifiées. En 1939, par exemple, il prédit que deux présidents des États-Unis allaient mourir au cours de leur mandat, dans un contexte de violence ou de troubles raciaux. Toutefois,
      
    Cayce n'est pas allé jusqu'à préciser les dates. Selon ses adeptes, il faisait allusion à Franklin D. Roosevelt, décédé en 1945 - la dernière année d'une guerre mondiale qui se doubla d'un gigantesque génocide - et à John F. Kennedy, assassiné en 1963, période très critique de la question raciale aux États-Unis.
      
      
     Les sceptiques répondent que la prophéties de Cayce était imprécise et qu'il a pu voir juste par hasard. Rares sont en effet les périodes de l'histoire américaine ne comptant pas de violences armées ou d'émeutes raciales.
      
    En outre, l'Histoire montre toujours que, tôt ou tard, un président en fonction doit mourir au cours de son mandat...

    Lorsque le Nord devient Sud

    La prédiction d'Edgar Cayce selon laquelle les pôles magnétiques basculeront dans les années 2000 entre dans le domaine du possible. ( CELA EST MAINTENANT PROUVÉ SCIENTIFIQUEMENT)

    D'après les scientifiques, l'inversion des pôles intervient en moyenne tous les 500 000 ans. Étant donné que la dernière es intervenue il y a plus de 780 000 ans, il y a longtemps que le phénomène aurait dû se renouveler.
      
    Pascale Ultré-Guérard et José Achache, de l'Institut de Géophysique de Paris, estiment que des tempêtes magnétiques solaires d'une grande violence, plus longues que celles que nous connaissons - qui ne durent habituellement que quelques jours - peuvent provoquer le basculement des pôles.
      
      
    Mais quand? Le centre aérospatial américain de Boulder, dans le Colorado, prévoit des tempêtes solaires violentes au début des années 2000. Les communications par satellite, l'alimentation en énergie et les systèmes radar seront gravement affectés par ces tempêtes.
      
      
    Quant à Joseph Krischvink, de l'institut de Technologie de Californie, à Pasadena, il estime que 90% des effectifs de certaines espèces animales pourraient mourir "au bout d'un an ou deux".
      
     Autant d'éléments qui accréditent scientifiquement la prédiction de Cayce.

    Compte à rebours des catastrophes annoncées

    2003 : Nostradamus a annoncé une guerre terrible, à la fin de laquelle régnerait un nouveau Roi. (LE NOUVEAU MONARQUE DE SES QUATRAINS)

    2006 : Selon le Code de la Bible, se serait l'année ou une troisième guerre éclaterait! (OÙ SE PRODUIRA UN RENOUVELLEMENT SPIRITUELLE D'UNE GRANDE AMPLEUR)

    2008 : Nostradamus a annoncé que la mort viendrait pour un roi du Moyen Orient (PEUT-ETRE SADAM HUSSEIN)

    2010 : Selon un code de la Bible, Los Angeles sera frappé par le plus violent tremblement de terre de l'histoire.

    2012 : Selon les Mayas, cette date correspond à la fin du cinquième et dernier cycle de la Terre, ce qui aboutirait à la destruction du monde.(LA DESTRUCTION D'UN MONDE.ALLER LIRE MON ARTICLE SUR LES MAYAS ET LA FIN DU MONDE 2012)

    2012 : Selon un code de la Bible, la Terre sera détruite par une comète. (L'ARMAGGEDON FINAL)

    *Ce qui est en lettres majuscules sont mes notes personnelles !!!!

     
      
      
      
      
      
      
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     Révélation d'un ancien astronaute américain

      

     

                                   
      
    Le 25 juillet 2008 , Edgar Mitchel , ancien astronaute et 6em homme à avoir marché sur la lune fit d'étranges déclarations en direct sur la radio britannique kerrang radio.
      
    L'interview qui portait au départ sur sa mission lunaire prit un tournant inattendu, Mitchel déclara qu'il croyait en l'existence d'une vie extraterrestre, que les OVNIs sont réels et qu'ils sont d'origine extraterrestre.
      
    Il ajoute ensuite que que ces visites font l'objet de couverture de la part du gouvernement...
      
    Il dit que des aliens ont contacté les humains plusieurs fois mais que des agences gouvernementales cache la vérité depuis 60 ans.
      
    Il déclare "J'ai fréquenté des milieux militaires et de renseignement qui savent que, sous la surface de ce que l'on sait publiquement, nous avons bien été visités.
      
    En lisant les journaux récents, on voit que cela semble arriver assez souvent ».
      
    Il déclare en plus que le crash de roswell en 1947à bien eu lieu :
      
    l'armée américaine aurait récupérées les restes d'un vaisseau spatial et les cadavres de ses occupants.
      
    D'une manière peu rassurante, il a affirmé que notre technologie est « loin d'être aussi sophistiquée que la leur », et il a souligné que « s'ils avaient été hostiles, nous aurions déjà disparu aujourd'hui ».
     
      
    Mais selon lui : : « Les choses commencent vraiment à s'ouvrir. Je pense que nous allons vers une vraie divulgation, et quelques organismes sérieux vont dans cette direction ».
      
    Il ne sait pas si cette divulgation aura lieu cette année mais il constate que le public est relativement disposé à accepter la réalité.Cependant, des officiels de la NASA sont intervenus rapidement pour réduire la portée de ces propos. Un porte-parole a fait cette déclaration :
      
    « La NASA ne suit pas les ovnis à la trace.
      
    La NASA n'est impliquée dans aucune sorte de politique du secret concernant une vie alien sur cette planète ou ailleurs dans l'univers.
     
    « Le Dr Mitchell est un grand Américain, mais nous ne partageons pas ses opinons sur ce sujet ».

     
      
      
      
      
      
     
     
     
     
     

    Pour apprécier les vidéos... cliquer sur le logo central de RADIONOMY -

    colonne de gauche...en bas - le fond musical du BLOG Sera supprimé... pour toutes les vidéos ...

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    MISSION APPOLO 11

     

                                   
      
      
      
      
      
    Selon l'astronaute Neil Armstrong (Commandant d'Apollo 11 et premier homme à avoir foulé le sol sélène, Neil Armstrong souligne l'importance des équipes au sol et souhaite un nouvel élan de l'exploration spatiale) les étrangers ont une base sur la lune et nous ont dit dans des termes pas tres claires de ne pas rester sur la lune et de partir.
      
    Selon des rapports jusqu'ici non confirmés, Neil Armstrong et Edwin "Buzz"' aldrin ont vu des ovni peu de temps après cet atterrissage historique sur la lune dans Apollo 11,le 21 juillet 1969.

    On peut entendre un des astronautes se rapporter à une " lumière " dans ou sur un cratère pendant la transmission de la télévision, suivi d'une demande de commande de mission pour de plus amples informations. Rien de plus n'a été entendu.

    Ci-contre : L'équipage d'Apollo 11.
      
      
    De gauche à droite : Neil Armstrong, Michael Collins et Buzz Aldrin.©
    Photo Nasa

     
    Selon une ancienne reliure d'Otto des employés de la NASA, les "jambons" avec leur propre recepteurs capterent des conversations, ainsi que des radio amatateurs canadiens:

    - La NASA : Qu'y a-t-il? Commande de mission appelle Apollo 11...
    - Apollo11 : Ces " bébés " sont énormes, monsieur! Énorme! OH MON DIEU! Vous ne le croiriez pas! Je vous dis qu'il y a l'autre vaisseau spatial dehors là, Aligné du côté lointain du bord de cratère! Ils sont sur la lune nous observant!

     
    Plus tard, un professeur (qui a souhaité rester anonyme), a été engagé dans une discussion avec Neil Armstrong pendant un colloque de la NASA :

    - Professeur : Que s'est il vraiment produit dehors avec Apollo 11?
    - Armstrong : C'était incroyable, naturellement nous avions toujours su il y avait une possibilité, le fait est, nous étions averti ( par les aliens).
      
    Il n'y avait jamais eu de question alors 'une station spatiale ou une ville de lune.
     
    - Professeur : Due voulez vous dire par " avertir"?
     
    - Armstrong : Je ne peux pas entrer dans des détails, excepté pour dire que leur vaisseaux étaient de loin supérieurs au nôtre en taille et en technologie.

    Selon un Dr. Vladimir Azhazha:" Neil Armstrong a transmis par relais le message à la commande de mission que deux grands, objets mystérieux les observaient ayant ensuite débarqué près du module lunaire. Mais ce message n'a été jamais entendu par le public -- parce que la NASA l'a censuré. "
      
    Selon le Dr. Aleksandr Kasantsev, Aldrine a pris un film couleur de l'ovni de l'intérieur du module, et le film a continué après que lui et Armstrong soient allés dehors. Armstrong a confirmé que l'histoire était vraie mais refuse d'entrer dans d'avantage de détail, au delà d'admettre que la C.I.A était derrière ca.

     
      
     
     
     
     
     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Fantôme au chateau de Veauce

      

     

                                   
      
    Qui se souvient de l'émission Mystères se rappelle certainement du reportage sur le Château de Veauce (1) ! Surplombant les plaines de l'Allier, en Auvergne, cette forteresse du 9ème siècle est devenue célèbre, dans les années 1980, grâce à son propriétaire d'alors, Ephraïm Tagori de la Tour, qui prétendait être visité chaque nuit par un fantôme prénommé Lucie.

    Intrigués par cette rumeur, les médias se sont emparés de l'affaire, à commencer par France Inter.
      
    Dans la nuit du 4 août 1984, l'équipe du journaliste Jean-Yves Casgha, spécialiste des reportages sur l'étrange, assistés d'un médium et de sa petite-fille, auraient été témoins de l'apparition de la dame blanche dans les hauteurs du château. Ils auraient même gardé des traces tangibles de leur rencontre avec Lucie : "Dans cette tour fut, pour la première fois au monde, photographié et enregistré un fantôme" .
     
      
    Décriées par des zététiciens , ces "preuves" ont alors contribué à médiatiser le château et son excentrique propriétaire. Invité des plateaux de télévision, il s'est amusé à raconter son histoire, multipliant les anecdotes, avec émotion, jusqu'à sa mort.

    Que reste-t-il de cette expérience ?

    La légende du fantôme est-elle toujours d'actualité au château de Veauce ?

    Mardi 30 mai 2006. Nous avons rendez-vous à 15h avec le guide du château. C'est jour de fermeture au public (4). Bloqués devant les grilles cadenassées de l'entrée des visiteurs, nous passons un coup de fil pour avertir de notre présence. Aucune réponse. Je tombe systématiquement sur le répondeur.
      
    Y aurait-il eu un quiproquo sur la date du rendez-vous ? Alors que je cherche à pénétrer dans l'enceinte du parc par un autre chemin, une habitante de Veauce m'interpelle et m'indique une entrée conduisant directement à la cour d'honneur du château. Une fois à l'intérieur, toujours aucun signe de vie

    Je commence à m'inquiéter, frappe aux portes et aux fenêtres, sonne la cloche et appelle, en vain, les habitants du château de Veauce. Une voiture, portière ouverte, est garée devant la porte d'entrée. Deux paons montent la garde. Séduit par le charme de cette vieille demeure, je constate que l'âme des pierres n'a pas pris une ride, même si l'une des tours s'est écroulée et que plusieurs bâtiments, en mauvais état, ont l'air condamnés.
      
    Alors que nous allions rebrousser chemin, bredouilles de toute histoire de fantôme, une femme se manifeste à une fenêtre. Elle est anglaise. S'excusant de s'être assoupie, Elisabeth Mincer, nouvelle propriétaire du château de Veauce, nous rejoint. Son adjoint Kevin, l'esprit encore embrumé, lui emboite le pas. Fatigués par l'organisation d'une semaine d'événements artistiques (5) qui s'est achevée la veille, tard dans la nuit, ils avaient complètement oublié notre visite...


    Après les présentations d'usage, Kevin Costello, victime collatérale d'un "excès de table", nous remet un document et nous invite à déambuler à notre guise dans les couloirs du château. Il ne semble pas en état de pérorer sur douze siècles d'histoire. Nous voilà donc livrés à nous-mêmes et aux caprices des mystères de Veauce...


    Douze siècles nous contemplent...


    Construit vraisemblablement en 808 par Charlemagne (6) pour son fils, Louis Le Débonnaire, le vaste château, aujourd'hui classé Monument Historique, fut complété au fil des siècles par de nombreux éléments architecturaux jusqu'à devenir baronnie en 1400, comme l'atteste des armoiries surmontant une grille de style gothique flamboyant. L'édifice est flanqué de cinq tours : la tour carrée, la plus ancienne, le donjon avec sa tour de guet, la tour crénelée où se situaient les prisons, la tour de l'horloge dont le mécanisme – encore en activité ! – date de 1795 et la tour hexagonale.
     
      
    A l'origine propriété d'un sire de Veauce, qui possédait le droit de justice sur les terres avoisinantes, la seigneurie de Veauce fut érigée en baronnie, au début du 15ème siècle, par le Roi Louis II de Bourbon en faveur du chevalier Robert Dauphin, seigneur de Royne et de Veauce. près la mort de Charles de Bourbon, Connétable de France, le château de Veauce releva directement de la Couronne. Dès lors, plusieurs familles illustres s'y sont succédées.
      
    En très mauvais état au milieu du 19ème siècle, Charles Eugène de Cadier, Baron de Veauce, a conduit, entre 1841 et 1846, les importants travaux de rénovation qui lui donnèrent son aspect actuel. En 1973, le Baron Eugène de Cadier céda le château à Monsieur Ephraïm Tagori de la Tour, premier porte-parole de la hantise.

    Lucie

    Dans les couloirs silencieux du château, on peut admirer plusieurs représentations du fantôme de Lucie, la Dame Blanche de Veauce. Dans la galerie des peintres, au 1er étage, la grande toile de Marcel Hasquin, titrée "Les mystères du château de Veauce", immortalise la légende de Lucie dans un mouvement tourbillonnant. A l'entrée de la galerie des vitraux, une peinture sur soie de Daniel de Chaumant met en scène le fantôme s'évadant de sa prison.

    Enfin, je reste pensif devant cet autre tableau de Marcel Hasquin, accroché au bout du couloir, avant le petit escalier qui mène aux parties les plus anciennes de la forteresse. On peut y voir une femme ligotée qui, aidée d'une chouette, se libère de ses liens. J'imagine qu'il s'agit à nouveau de Lucie en compagnie de ce mystérieux oiseau de nuit, symbole de sagesse et guide vers... l'au-delà !
      
    On raconte qu'une chouette aurait passé sa vie à tourner autour de la tour de l'horloge avant d'y être retrouvée morte. Sa mystérieuse activité aurait-elle trouvé un lien avec Lucie, sous la plume du peintre ?

    D'après les témoignages de M. Tagori de la Tour, le fantôme de Lucie hanterait le chemin de ronde et la salle des pendus depuis le 16ème siècle.

    ers 1560, la belle et jeune domestique au château, Lucie, fut courtisée par le Baron de l'époque, Guy de Daillon, bien que marié. Alors qu'il était parti guerroyer, la Baronne, jalouse, en profita pour jeter Lucie dans la prison de la tour dite "mal coiffée", où elle mourut de faim, de froid et de peur. Depuis, elle revient certaines nuits honorer la mémoire de son funeste sort.

    Depuis 2002, date à laquelle elle a acquis le château, Elisabeth Mincer n'a jamais croisé le fantôme de Lucie. Mais elle avoue que certains hôtes qui ont séjourné à Veauce l'ont l'aperçu pendant la nuit, dans leur chambre. Témoignage digne de foi ou bluff marketing ? En tous cas, l'affaire du fantôme de Veauce n'a pas manqué d'intéresser le zététicien Erick Maillot, il y a une dizaine d'années.

    La nuit des tous les mystères


    Sceptique confirmé, Erick Maillot s'est évertué à décrédibiliser les "preuves" des journalistes de France Inter, en montrant qu'il était possible de les attribuer à des phénomènes bien réels. Est-il parvenu à tuer la légende ? Revenons sur les circonstances de l'enquête.

    Août 1984, Jean-Yves Casgha, journaliste qui "a du mal à croire aux fantômes", organise une veillée nocturne pour obtenir des traces de l'existence du fantôme. Avec l'accord de M. Tagori de la Tour, il fait installer des micros dans le chemin de ronde et dans la salle des pendus, où doit, selon les dires du propriétaire, se manifester Lucie. En compagnie de ses collaborateurs, du parapsychologue Raymond Réant (7) et de sa petite-fille Aurore, Jean-Yves Casgha attend le mystérieux phénomène.
      
    A minuit, Aurore aperçoit une lueur fantomatique près d'une fenêtre.
      
    Alors qu'elle se précise, la fillette tente d'entrer en communication avec la silhouette lumineuse. Le médium prend des photos. La lueur sort de la salle et emprunte le chemin de ronde. C'est alors que le technicien radio, en régie dans une autre salle, perçoit un bruit strident qui le pousse à enlever son casque et rejoindre précipitamment le groupe.

    Casgha est convaincu que le sifflement enregistré a été provoqué par le passage de Lucie. En outre, l'une des photos du médium a révélé une forme lumineuse, ovoïde et floue. Une authentique manifestation spectrale a-t-elle été photographiée et enregistrée cette nuit-là ? Le zététicien en doute.

    D'après lui, l'anomalie sonore pourrait s'expliquer par la condensation, fréquente les nuits d'été, dans les vieux châteaux, et suffisante pour "provoquer la fuite du courant à fort voltage d'un condensateur de microphone". Il regrette aussi que le matériel photographique utilisé, notamment la pellicule du médium, n'ait pas été analysé pour garantir l'authenticité de la "photo de Lucie".

    Erick Maillot se lance alors dans une démarche zététique, souvent controversée, qui consiste à singer des phénomènes mystérieux par des reconstitutions scientifiques pour prouver que l'inexplicable peut toujours s'expliquer. Les zététiciens pensent en effet que si un phénomène paranormal peut être reproduit artificiellement, il cesse automatiquement d'être paranormal. Curieuse méthode car même si on peut imiter à la perfection les signes d'un mystère, cela n'empêche pas qu'il puisse avoir une cause inconnue !
      
    Il recrée alors les caractéristiques d'une photo de fantôme et attribue celle du médium à un effet de la Lune. Selon lui, tout est affaire de lumière jusqu'au nom lui-même du fantôme, Lucie (du latin lux, lumière) !

    La mort du fantôme ?


    Dans une émission de Tina Kieffer consacrée aux fantômes, Paul-Eric Blanrue, un autre zététicien, s'est amusé à abuser de la crédulité de M. Tagori de la Tour avec des photos truquées. Auteur d'un réquisitoire contre le fantôme, il a visé à démonter l'opération commerciale derrière la légende, ne trouvant aucune donnée sur la présence de Lucie à Veauce au 16ème siècle.

    Même les habitants du village n'auraient jamais entendu parler de cette hantise avant l'arrivée de M. Tagori de la Tour, un "faux baron", d'après P.-E. Blanrue.

    En toute logique, le vieux briscard refusa d'ouvrir son château au Cercle Zététique.
      
    Il est mort à la fin des années 1990, laissant à sa famille le soin d'éconduire une dernière fois les zététiciens. Avaient-ils cassé le rêve d'immortalité d'un vieillard qui, luttant contre la solitude et l'insomnie, s'était attaché tendrement à son revenant ?
      
    Qui du châtelain ou de France Inter a mis le feu aux poudres en premier ? Cobaye, malgré elle, de la méthode expérimentale, Lucie n'aurait jamais dû passer à la télévision !
      
    La trop forte médiatisation de cette légende, qu'elle soit authentique ou inventée, aura donc fait deux victimes : Lucie et son vieux châtelain au cœur d'artichaut !

    http://www.maison-hantee.com/files/auvergne/veauce050606.htm
     
     
     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

      

     

                                   
      
    Voici un cliché très connu des amateurs de fantômes.

    Lorsque les membres de l'escadron de la R.A.F pendant la 2eme guerre mondiale s'étaient réunis pour une photo de groupe personne n'avait rien remarqué, mais au développement la surprise fut grande quand on s'aperçu qu'un intrus s'y était invité!
      
    Il s'avère que cette personne qui donne un coup d'œil par-dessus l'épaule d'un collègue n'est autre qu'un mécanicien de l'escadron, qui fut tué 2 jours plus tôt...
      
    Voici la photo et l'agrandissement du visage.
      
    Vous l'avez trouvé?

    C'est le 2ème en haut à gauche.

     
      
      
      
      
      
     
     
     
     
     
     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     Les Roches vivantes

      

     

      
    Jamais personne n'a vu ces pierres bouger et pourtant...

      
      
    Les pierres bougent.
      
    Et personne ne les voit bouger.
      
    Pourtant, des milliers de personnes ont pu voir les sillons qu'elles creusent en roulant dans les Lits des anciens lacs, dans les montagnes de la sierra Nevada, à l'Ouest des Etats-Unis.


     
      
      
    Très haut dans les montagnes de la sierra Nevada, dans les régions reculées qui bordent d'un côté la Californie et de l'autre le Nevada, on s'est aperçu qu'à certains endroits les pierres se déplacent au cours de la nuit.
      
    Il est même arrivé qu'un groupe de pionniers se soit trouvé bloqué dans ces collines au terrain accidenté, creusé de sillons multiples et profonds, ou dans les lits de ces pas, puisqu'ils se dirigeaient vers des terres plus hospitalières pour prospecter ou s'y installer.
      
    Ces lieux font maintenant partie du Parc national de la où les pierres mouvantes attirent des milliers de touristes.
     
      
    Le plus célèbre de ces lacs asséchés, ou Playas est sans doute le Racetrack Playa : large d'environ 2 km et long de 5 km, le lac se trouve à 1200 m environ au-dessus du niveau de la mer
      
    L'œil du visiteur est immédiatement attiré par ces énormes cailloux et blocs de pierre qui jonchent cette plaine de boue sèche et craquelée.
      
    La qualité de la lumière et l'altitude ajoute à l'effet surréel produit.
      
    Ces roches aux sillons profonds qui serpentent loin derrière eux donnent l'impression d'être à la fois immobile et en mouvement.
     
     
      
    Jamais personne n'a vu ces pierres bouger, et pourtant elles bougent ! ...
      
    On a pu constater au cours des dernières années que ces rochers n'avaient pas roulés seuls mais avaient été poussés, laissant derrière eux un sillon de leur largeur.
      
    En 1955, un géologue, George M. Stanley, écrivit dans le bulletin de la société américaine de géologie (G.S.A.) qu'il croyait à une conjuration des effets mécaniques de la glace et du vent.
      
      
    Ce qui intrigua Stanley, c'est les rochers semblaient se déplacer souvent ensemble. Il conclut que des couches de glace s'étaient formées autour de ces blocs de pierre et que le vent soulevant une couche entière propulsait le rocher vers l'avant.

     
      
      
      
      
      
      
     
     
     
     
     
     
     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     Pharaons en Amérique

     

     Akhénaton le pharaon hérétique (documentaire France 5)

     
                                   
      
      
    Des traces de nicotine et de cocaïne dans des momies égyptiennes
      
    Nous sommes en 1992, au Musée égyptien de Munich. Svetla Balabanova, toxicologue et médecin légiste, examine la momie de Henoubtaoui, une prêtresse de la XXIème dynastie
    (1085-950 avant J.C.).
      
    Avec stupéfaction, elle constate que l'examen révèle des traces de nicotine et de cocaïne. Or, ces deux substances ne seront connues dans l'Ancien monde qu'après l'expédition de Christophe Colomb, soit plus de 2500 ans plus tard !
      
    Leur présence dans une momie égyptienne est donc totalement impossible.
      
    Afin d'en avoir le cœur net, elle refait une série d'analyses qui, contre toute attente, confirment la première :
      
    il s'agit bien de nicotine et de cocaïne.
      
    Persuadée qu'il s'agit d'une erreur de manipulation, Svetla Balabanova envoie des échantillons à d'autres laboratoires.
      
    Les nouvelles analyses corroborent les siennes.
      
      
      
      
      
      
    Cette fois, le doute n'est plus permis :
      
    la momie de Henoubtaoui recèle les traces de deux substances qui n'apparaîtront en Égypte que vingt cinq siècles plus tard, au moins !

    Afin de faire part de sa surprenante découverte, Svetla Balabanova publie un article, qui relance aussitôt la polémique.
      
      
    La réaction ne se fait pas attendre.
      
    Elle reçoit quantité de lettres de menaces, voire d'injures.
      
    On l'accuse d'avoir falsifié les tests.
      
    Pour les archéologues et les historiens, les voyages vers l'Amérique avant Christophe Colomb constituent une impossibilité totale.
      
    De nouveaux examens confirment la présence de la nicotine et de la cocaïne Svetla Balabanova envisage alors une autre possibilité.
      
    Peut-être la momie a-t-elle subi une contamination extérieure.
      
    Prudente, la toxicologue effectue un nouveau type d'examen.
      
    Elle a travaillé pour la police en tant que médecin légiste.
      
    Une méthode infaillible permet de déterminer si un défunt a réellement absorbé de la drogue. Il suffit pour cela d'analyser la gangue des cheveux.
      
      
    Celle-ci conserve les traces des molécules correspondantes pendant des mois, ou indéfiniment en cas de décès.
      
    Ce procédé, qui a déjà permis de confondre des criminels, est reconnu par les tribunaux. Une fois encore, l'incroyable résultat s'impose :
    la gangue des cheveux d'Henoubtaoui contient nicotine et cocaïne.
      
    L'hypothèse d'une contamination extérieure ne tient donc pas.

     
      
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     Lampes électriques en Égypte ancienne ?

      

     

      
      
      
    Comment les égyptiens s'éclairaient-ils ?

    Dans la vie courante, on sait qu'ils employaient des lampes à huile ou des torches, qui laissaient de nombreux résidus gras de combustion sur les murs et les plafonds.

    Mais dans les tombeaux de la vallée des rois, par exemple dans celui de Seti II, creusé dans la montagne sur plus de 100 mètres, on ne trouve aucune trace de suie sur les murs ou les plafonds qui sont tous peints et gravés dans la roche.

    Les artistes ont travaillé sans la lumière du jour, et sans lampes à huile ni torches.

    Des scientifiques ont émis l'hypothèse qu'ils s'étaient simplement servis de miroirs pour réfléchir la lumière du soleil à l'intérieur des couloirs et des salles.

    N'en déplaise à ceux qui pensent que l'Egypte n'a aucun mystère pour les savants du XXe siècle, ça ne marche pas !

    Les miroirs d'argent des égyptiens ne pouvaient refléter au mieux que 40% de la lumière, ce qui fait qu'après l'utilisation de quelques miroirs seulement, l'obscurité reprend sa place.

      
    Le mystère reste entier...

    On a cependant trouvé dans la chambre intérieure du temple d'Hator à Denderah, des bas-reliefs, vieux de 4200 ans, surprenants, qui ne pouvaient avoir qu'une interprétation cultuelle au XIXe siècle, mais qui nous rappellent étrangement des ampoules électriques !!!

    Les égyptologues nous racontent que ces bas-reliefs sont voués au culte du serpent...

    La description des lampes éternelles remonte à la plus haute antiquité.


    Ces lampes ailleurs

    Le satiriste grec, Lucian ( 120-180 ), vit au cours de l'un de ses voyages à Heirapolis, en Syrie, sur le front d'une statue d'Hera un bijoux brillant, qui la nuit illuminait tout le temple.

    Dans un autre temple, à Baalbek, dédié à Jupiter, il existait une autre pierre incandescente-luminescente.

    Numa Pompilius, le second roi de Rome, outre sa capacité à maîtriser la foudre, possédait également une lampe éternelle dans le dôme de son temple.

    Plutarque rapporte qu'à l'entrée d'un temple dédié à Jupiter-Ammon, une lampe brûlait, selon les prêtres depuis la plus haute antiquité.

    Le naturaliste romain, Pliny, ( Ie siècle ), théorisait sur le fait qu'une lampe remplie de l'huile la plus pure avec une mèche en amiante, pourrait brûler pour toujours.

    Pausanius, ( IIe siècle ), dans son "Atticus", décrit une magnifique lampe dorée dans le temple de Minerve Polias à Athènes, fabriquée par Callimachus, qui pouvait brûler pendant plus d'un an.

    L'autel du temple d'Apollon Carneus et le grand temple d'Aberdain en Arménie ( rapporté par Saïd Ebn Batric ), en possédaient de semblables.

    St Augustin, ( 354-430 ), nous a laissé la description d'une lampe merveilleuse d'un temple dédié à Isis, en Egypte, que, ni le vent ni la pluie ne pouvaient éteindre.

    Durant le règne de Justinien de Byzance, en 527, en rénovant un vieux bâtiment à Edessa, en Syrie, on trouva dans une niche dissimulée et scellée, un crucifix et une lampe qui aurait brûlé pendant 500 ans.

    En l'an 600, sur l'île volcanique de Nesis près de Naples, on trouva dans une tombe en marbre, un vase contenant une lampe dont la flamme brillait dans une ampoule en verre ; celle-ci s'éteignit lorsque le verre fut brisé. La tombe datait de l'ère pré-chrétienne.

    Vers 1300, Marcus Grecus, écrivait dans son "Liber Ignium" (livre sur le feu), que l'on pouvait faire une lampe inépuisable avec une pâte à base de vers luisants.

    Près de Rome, en 1401, on trouva le sépulcre de Pallas, fils du roi troyen Evandre, illuminé par une lanterne perpétuelle. Pour l'éteindre il fallut se résoudre à la briser, ou, suivant les versions, à renverser toute la "liqueur" de la lampe qui était restée allumée pendant 2600 ans.

    L'évêque de Vérone, Ermalao Barbaro ( 1410-1471 ), connu pour ses traductions des fables d'Esope, a également décrit plusieurs découvertes de lampes et notamment celle faite en 1450 par un paysan près de Padoue ( Italie ), qui en labourant son champ, trouva une grosse urne en terre cuite avec deux petits vases métalliques, l'un en or, l'autre en argent.

    Dans ces derniers se trouvait un fluide clair, de composition inconnue, qualifié de "liqueur alchimique", tandis qu'à l'intérieur de l'urne, il y avait un second vase en terre cuite, dans lequel une lampe brûlait.

    Cette lampe fut récupérée par Franciscus Maturantius, qui l'a décrite dans une lettre à son ami Alphenus.

    Sur l'urne, des inscriptions en latin, exhortaient les voleurs éventuels à respecter l'offrande de Maximus Olybius à Pluton.

    Sur la voie Appienne, près de Rome, en avril 1485, on ouvrit la tombe de Tullia, fille de Cicéron, décédée en 44 av. J.C..

    Une lampe qui brûlait faiblement surprit les découvreurs qui la brisèrent. Elle avait brûlé pendant plus de 1500 ans.

    Le sarcophage était rempli d'un liquide sombre qui avait parfaitement préservé le corps qui fut exposé à Rome et vu par 20 000 personnes.

    Ludovicius Vives, en 1610, dans ses notes sur St Augustin, dit que du temps de son père, en 1580, une lampe fut trouvée dans une tombe. Elle se brisa lorsqu'on essaya de la prendre. Une inscription révéla qu'elle était vieille de 1500 ans.

    L'historien anglais Cambden, dans sa description du Yorkshire, en 1586, parle d'une lampe éternelle, trouvée dans la tombe de Constantius Chlorus, père de l'empereur Constantin le Grand, décédé en 306, en Angleterre.

    Cambden rapporte la découverte d'autres lampes trouvées à la même époque, après la dissolution de l'église catholique et des grands monastères, en 1539, par Henri VIII. Les biens de l'église furent systématiquement pillés, et ces lampes méprisées en tant que reliques de la papauté.

    Le père jésuite Kirscher, dans son "Oedipus Aegyptiacus", en 1652, fait référence à de nombreuses découvertes de lampes perpétuelles trouvées dans des caveaux souterrains à Memphis, par ses contemporains.

    En 1681, prés de Grenoble, un mercenaire suisse nommé Du Praz, trouva une étrange lampe en verre qui brûlait dans une tombe scellée.

    La lampe, toujours incandescente, fut ramenée dans un monastère proche où elle continua à brûler pendant plusieurs mois, jusqu'au jour où un moine âgé la brisa.

    On trouva une autre lampe, dans une ancienne tombe romaine découverte en Espagne, près de Cordoue, en 1846.

    Le père Evariste-Régis Huc ( 1813-1860 ), qui a beaucoup voyagé en Asie, a laissé la description d'une lampe perpétuelle qu'il a pu voir au Tibet.

    De nombreux auteurs, religieux, alchimistes et autres curieux, se sont intéressés à ces lampes impossibles.

    Pour les uns, elles étaient l'oeuvre du diable, même si des religieux eux-mêmes n'y voyaient que des lampes aux propriétés étonnantes, mystérieuses mais non magiques.


     
      
      
      
      
      
      
     
     
     
     
     
     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    Pile électrique de Bagdad

     

                                   
      
    D'étranges objets datant du IIIe siècle sont retrouvés en Irak dans les années 1930. Après la perplexité des archéologues et les nombreuses expérimentations, les premières hypothèses sont formulées : et si c'était des piles électriques ?

    C'est un certain Whilhelm König qui est à l'origine de cette découverte. Dans les années 1930, il trouve dans recoin oublié d'une réserve du musée de Bagdad en Irak, des petites poteries hautes de 15 à 20 centimètres. Il ne parvient pas vraiment à déterminer la fonction de cet objet qui, plus de 70 ans après, reste un mystère.

     
    Un objet inédit
     
    C'est un vase en céramique fermé par un bouchon de bitume, matière très abondante en Irak et excellent isolant naturel. En y regardant de plus près, on voit une tige en fer dépasser. En réalité, elle est elle-même enfermée dans un tube en cuivre. Mais l'assemblage est précis. La tige de fer ne touche pas le cuivre, elle repose sur un petit tampon de bitume posé au fond du tube de cuivre qui est soudé au bouchon de bitume par un alliage de plomb et d'étain.

    Le montage est donc assez sophistiqué. Sa fabrication remonte au IIIe siècle, et il ne s'agit pas d'un objet isolé, d'autres semblables ont été retrouvés en Irak. Mais à quoi peut-il bien servir ? Au début les idées n'abondent pas tant il est difficile d'attribuer une fonction à ce vase étrange. Mais avec un peu de temps et beaucoup d'imagination, certains pensent qu'il s'agit de l'ancêtre de la pile électrique.

     
    Véritablement des piles ?
     
    Comment en arrive-t-on à penser que ce sont des piles ? Tout simplement en observant bien l'objet et en le comparant à une pile moderne. Il faut un récipient non conducteur, la vase en terre cuite en est un excellent. Ensuite pour conduire l'électricité, il faut une anode et une cathode. Là encore, les éléments sont présents : la tige en fer pour l'anode et le tube de cuivre pour la cathode. Pour finir, il est nécessaire que tout cet assemblage soit bien isolé, ce qui est le cas avec le bouchon de bitume.
      
    La seule différence avec une batterie actuelle c'est que l'objet ne contient pas d'acide, mais cela n'est pas bien difficile à trouver à l'époque. Traditionnellement, l'invention de la première pile électrique est attribuée à Alessandro Volta et datée de 1800.
      
    Alors l'hypothèse d'une proto-pile électrique est-elle farfelue ? Pour en avoir le cœur net, des scientifiques ont recréé le mystérieux vase et l'ont testé. Certains d'entre eux ont réussi l'exploit : polariser la pile en utilisant du jus de raisin comme électrolyte, c'est-à-dire comme conducteur et obtenir un courant électrique d'une moyenne de 1 volt.

     
    Des piles mais pour quoi faire ?
     
    L'hypothèse n'est donc pas si folle. Mais le mystère n'est pas entièrement résolu. A quoi servent de tels objets au IIIe siècle de notre ère ? Doit-on s'attendre à trouver des ampoules ou des baladeurs dans les sols irakiens anciens ? Non, bien entendu. L'explication se trouve du côté des vases en argent, ou plutôt des vases en plaqué argent.
      
    Il est possible de plaquer une fine couche d'argent sur un métal bien moins noble simplement par martelage et chauffe. Mais cela ne vaut pas la galvanoplastie : une technique de plaquage d'argent qui utilise un courant électrique. Une patine bleue caractéristique de cette technique est présente sur les tubes de cuivre, c'est pourquoi aujourd'hui on pense que les piles de Bagdad sont des outils propres aux joailliers de l'époque.
      
    Mais pourquoi un simple outil de travail est-il autant entouré de mystère ?
      
    Aucun texte ne témoigne de sa fonction et peu d'exemplaires sont retrouvés. Peut-être ces piles ont davantage servi les faussaires qui vendaient des métaux courants au prix de l'argent.


    Wikipedia
      
      
     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    Le triangle des Bermudes

                                   
      
    Des centaines, peut-être des milliers de navires et d'avions auraient disparu dans la région de l'Atlantique que l'on ne désigne plus aujourd'hui que sous le nom de "Triangle des Bermudes".

    On ne compte plus le nombre de livres, de films ou de documentaires qui traitent du mystère du Triangle des Bermudes. Dans cette zone de l'Atlantique qui aurait plus ou moins la forme d'un triangle reliant les Bermudes, Porto Rico et la côte de Floride, avions et bateaux disparaîtraient sans laisser de traces. Beaucoup croient que des forces mystérieuses sont à l'origine de ces disparitions. Base de Fort Lauterdale, en Floride. C'est là que les cinq bombardiers de l'escadrille 19 ont décolé vers leur terrible destin. La mauvaise réputation des Bermudes ne date pas d'aujourd'hui.
      
    C'est Juan de Bermudez qui découvrit ces trois cents îles minuscules en 1515.
      
    Le climat était agréable, il y avait de l'eau potable et de la nourriture en abondance. La position était idéale pour en faire un refuge ou une base d'approvisionnement. Pourtant, malgré tous ces avantages évidents, les Européens les dédaignèrent pendant près d'un siècle. Les marins de la reine Elisabeth les évitaient même délibérément. Ils les disaient hantées par les démons.

    L'histoire moderne du Triangle des Bermudes commence avec la disparition du Pickering, un bateau américain, vers 1800. En 1854, on perd la trace du Bella un navire britannique qui faisait voile vers la Jamaïque.

    Le cyclopes, charbonnier disparu en 1918 avec 300 marins.
    Puis la fréquence des disparitions s'accélère :
     
      
    En l866, le Lotta un trois-mâts suédois.
    Deux ans plus tard, le Viego, un navire marchand espagnol.
    En 1880, l'Atalanta, un navire-école britannique avec ses 290 élèves officiers et tout son équipage.
     
      
    En 1884, le Miramon, une goélette italienne.
     
      
    On peut citer aussi:
     
      
    En 1972, la Mary Celeste, bien qu'elle n'ait pas été retrouvée dans le Triangle, mais entre les Açores et Gibraltar.
    En1902 le trois-mâts allemand la Freya subit, semble-t-il, un sort semblable à celui de la Mary Celeste. Abandonné par son équipage, il errait à la dérive. Des dégâts laissèrent supposer qu'il avait été pris dans une violente tempête. Pourtant, rien de la sorte n'avait été signalé dans la région.
     
      
    En 1918, c'était le tour du Cyclops, un navire charbonnier de bonne taille. Aucun S.O.S. n'avait été envoyé. Pourtant, il y avait une radio à bord.
    Mais il y a plus étrange encore:
    les messages qui restent indéchiffrables.
      
    Comment comprendre, en effet, le message suivant envoyé en 1925 par le Raifuku Maru un cargo japonais :
     
    " Danger like dagger now. Corne quick ! (Danger poignard. Au secours. Vite !) ? Qu'a voulu dire l'opérateur radio ?
     
      
    Treize ans plus tard:
    En 1938, le vapeur l'Anglo Australien signala : " Temps idéal. Tout va bien ", avant de pénétrer dans la zone fatale. On ne l'a jamais revu.

     
      
    Un des faits les connus est la disparition en 1945 de cinq bombardiers américains. Cette région de l'Atlantique Nord acquit alors une réputation internationale. Quelques années plus tard, l'écrivain Vincent Gaddis inventait le terme "Triangle des Bermudes". On lui connaît aussi d'autres noms : le "Triangle du Diable" ou "Limbo of the Lost" cles Limbes des perdus. Les avions, eux aussi, disparaissent...
      
    Le Star Tiger était un appareil britannique qui assurait la liaison Açores-Bermudes.
      
    Il disparut un jour de janvier 1948, après avoir envoyé le message suivant : "Conditions météo excellentes. Arriverons à l'heure prévue. Au cours de cette même année, en décembre 1948, un Doublas DC 3 disparut entre Porto Rico et la Floride. Le pilote aurait transmis les informations suivantes : " Nous approchons de l'aéroport... Nous ne sommes plus qu'à 80 km au sud...
      
    Nous apercevons les lumières de Miami... Tout va bien. Attendons les instructions pour l'atterrissage.
      
     La tour de contrôle de Miami répondit en vain. On ne retrouva jamais le DC 3, bien qu'il eût disparu près des côtes, là où la profondeur de l'eau n'atteint pas plus de 6 mètres.

    En juin 1950, par une mer calme, un cargo costaricain disparut avec son équipage de 28 hommes. "Que s'est-il passé ? " demande Adi Kent Thomas Jeffrey. Personne n'en a la moindre idée. Le mystère s'épaissit lorsque le professeur Wayne Meshejian déclara que le satellite météorologique de la National Océanographique Administration tombait systématiquement en panne chaque fois qu'il passait au-dessus du Triangle des Bermudes : "Une force que nous ne connaissons pas, précisa-t-il, empêche le passage des informations.
      
      
    Richard Winer fait remarquer, en effet, que, dans le Triangle, l'aiguille de la boussole n'indique pas le pôle Nord magnétique mais le pôle Nord réel. Le Triangle des Bermudes est sans nul doute un endroit mystérieux. Des centaines d'avions et de bateaux pourraient avoir inexplicablement disparu sans laisser de traces et sans envoyer de message de détresse.

    Entre 1950 et 1954, neuf cargos auraient disparu dans cette zone mystérieuse. Le gouvernement japonais aurait, en 1955, chargé une équipe de savants de résoudre ce mystère. Conclusion : le navire expérimental Kaiyo Maru aurai disparut à son tour. En fait, il ne s'agit pas de neuf cargos, mais de neuf bateaux de pêche, de 62 à 192 t, dont on a perdu la trace entre 1949 et 1953'.
      
      
    Quant au Kaiyo Maru n° 5, il ne disparut pas en 1955. mais en 1952. Il y avait bien des chercheurs à bord, mais ils étudiaient la naissance d'un îlot volcanique. Enfin, les autorités japonaises n'ont jamais interdit l'accès de cette zone... Les tentatives d'explication du mystère du Triangle des Bermudes ne manquent pas : ovnis, certainement la plus populaire mini "trous noirs" ou passages dans d'autres dimensions. Une machine ou une arme inconnue, dernier vestige des prouesses technologiques atlantes, fonctionnerait encore quelque part au fond de la mer et désintégrerait parfois bateaux et avions.

    http://toutsurleparanormal.skynetblogs.be/tag/2/mystere


    J'aimerais mettre ma propre supposition concernant cette histoire.

    Dans le secteur des Bermudes(voir pages précédentes de mon blog),des plongeurs ont trouvé sous l'eau des rues,des murs et même ce qui semblerait être un temple..
    Et si ces vestiges étaient ceux de l'Atlantide.Comme nous le savons,les Atlantes utilisaient l'énergie du cristal dans leur quotidien.
      
    Si le sol sous-marin du secteur du triangle des Bermudes était tapissé de cristal,si une énergie spécial était émise dans ce secteur????
      
    Ceci expliquerait pourquoi les cadrans des avions et bateau se dérèglent.....
      
    tuant ainsi les équipages...
    Ceci serai à mon avis une bonne explication..
      
      
    sources / SUPERBE BLOG.
      
     
      
     
    Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires