•  

     

     

     

    Le calendrier Maya

    Les Mayas attribuaient l’origine de leurs connaissances en Astronomie à leurs aïeux qui les tenaient des premiers hommes.
    En fait, on ne peut être que perplexe devant les évidentes disparités qui existent entre les réalisations assez médiocres des Mayas et leurs connaissances en astronomie.

    A part en architecture, la culture Maya est assez primitive. Alors, comment ont-ils pu cartographier l’univers alors qu’ils ne connaissaient pas le principe de la roue ?
    Comment ont-ils pu compter en millions d’années et n’avoir jamais réussi à peser un sac de maïs ?

    Copan

    Cité maya de Copán. By Adal-Honduras

      

    Peu de scientifiques contestent le fait que les Mayas tenaient leur calendrier d’une autre civilisation, les Olmèques.
    Au IIe siècle avant notre ère, ces derniers utilisaient le même système de calcul du temps. Mais de qui les Olmèques tenaient-ils ce calendrier ?

    Il faut se rendre à l’évidence que le calendrier Maya est d’une stupéfiante précision.

    L’année solaire compte 365,2420 jours soit une erreur de seulement 0,0002 jour. Le calendrier Maya se révèle donc encore plus précis que le calendrier grégorien (365,2425) introduit en Europe en 1582.
    Nous savons aujourd’hui que le chiffre exact est de 365,2422 jours.

    Les Mayas utilisaient leur propre système de notation qu’ils tenaient des Olmèques.

    Le système est une combinaison :

    • De points (correspondant au chiffre 1 ou à des multiples de 20)
    • De barres (chiffre 5 ou des multiples de 5 fois 20)
    • De glyphes en forme de coquillages (le zéro)

    Comment les Mayas comptaient-ils le temps ?

    Le temps était compté de la manière suivante :

    • En jours (kin)
    • En périodes de 20 jours (uinal)
    • En année de calcul de 360 jours (tun)
    • En périodes de 20 tuns (katun)
    • En périodes de 20 katuns (bactun)
    • Il y avait aussi des périodes de 8 000 kuns (pictun) et de 160 000 tuns (calabtun)

    Le calendrier Maya, par sa précision, n’a rien à envier à nos ordinateurs modernes.

    Sur une stèle à Quirigua, au Guatemala, une date nous renvoie en arrière de plus de 300 millions d’années.

    Des inscriptions glyphiques découvertes sur une stèle de Copán en Honduras indiquent une date mystérieuse correspondant au 26 juillet 736.

    Stele de Copan

    Une des stèles de Copán. By 10b travelling

      

    Rapportées à notre système de datation, les énigmatiques inscriptions Mayas livrent un message plutôt inquiétant : le cinquième soleil prendrait fin le 4 Ahau 3 Kankin soit le 21 décembre 2012.

    Il existe un véritable souci obsessionnel de la civilisation Maya, et de toutes les anciennes cultures de l’Amérique Centrale, à calculer la fin du monde.
    Ce calendrier semble avoir été créé pour prédire une catastrophe cosmique ou géologique.

    Mais, contrairement à ce qui est souvent dit sur Internet, le calendrier Maya ne s'arrête pas au 21 décembre 2012. En effet, les Mayas mentionnent d'autres dates correspondant à d'autres cycles. Ils n'ont donc jamais envisagé la fin du monde mais simplement une succession de cycles. Le 5e soleil est un cycle parmi d'autres.

    V.Battaglia (11.2004)

      

      

    Site de Xultun. Le calendrier maya ne s'arrête pas en 2012

    Calendrier Maya et science actuelle . 2012: la fin du monde. Mythe ou réalité ? . 2012: Analyse du 5e cycle ou 5e Soleil . Vidéo stèle Maya

      

      

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

      

     

     

     

    La civilisation Maya a établi l’une des cultures les plus sophistiquées de son époque dans les jungles du Mexique et de l’Amérique Centrale.
    Célèbres pour leurs cités, les Mayas nous ont également laissé un calendrier énigmatique. Il ne reste malheureusement du calendrier Maya que quelques extraits.

     

    1. Calendrier Maya
    2. Calendrier Maya et science actuelle
    3. 2012: la fin du monde. Mythe ou réalité ?
    4. 2012: Analyse du 5e cycle ou 5e Soleil
    5. 2012 le film
    6. La réponse de la NASA au film 2012 de R. Emmerich

     

      

    Le calendrier Aztèque

    Les peuples et cultures qui se sont succédées au Mexique, dont notamment les Aztèques et les Mayas, croyaient que le temps était divisé en cinq grands cycles (ou soleils).
    Les prêtres disaient que quatre cycles s’étaient déjà écoulés depuis la création de la race humaine.
    A l’époque de la conquête espagnole, l’humanité était déjà entrée dans le cinquième soleil, soit notre époque.
    Ces cycles étaient marqués par des créations et des destructions successives. Le dernier cycle aurait commencé le 4 Ahau 8 Lumku c’est-à-dire le 13 août 3 114 avant notre ère.

    Bien après les Mayas, les Aztèques reprirent ce calendrier dont l’origine s’était perdue dans la nuit des temps.
    On a pu en déchiffrer une partie grâce à des manuscrits aztèques connus sous le nom de Codex du Vatican.

    Codex aztèque

    Codex aztèque. By william.neuheisel . Licence

    " Le premier soleil, Matlactli Atl : durée 4 008 années. A cette époque vivaient des géants. Le premier soleil fut détruit par l’eau.
    On lui a donné le nom d’Apachiohualiztli (inondation, déluge). Les hommes furent transformés en poissons. Un seul couple survécut et repeupla la Terre. D'autres disent que sept couples se cachèrent dans une grotte en attendant la fin du déluge. Ils repeuplèrent la Terre et furent adorés comme des Dieux par leurs nations ..."

    " Le second soleil, Ehecoatl : durée 4 010 années. Ce soleil fut détruit par Ehecoatl (le Serpent du Vent) et les hommes furent changés en singes.
    Un homme et une femme furent sauvés de la destruction..."

    " Le troisième soleil, Tleyquiyahuillo : durée 4 081 années. Ce soleil fut détruit par le feu. Les hommes qui descendaient du couple rescapé du second soleil, mangeaient un fruit appelé tzincoacoc ..."

    " Le quatrième soleil, Tzontlilic : durée 5 026 années. Les hommes moururent de faim après un déluge de sang et de feu..."

    Teotihuacan, détail du palais de Quetzalpapalotl

    Teotihuacan, détail du palais de Quetzalpapalotl, qui présente
    le symbole du calendrier relatif à l'année en cours. By kudumomo. Licence

    On retrouve ce calendrier aztèque sur un énorme monolithe « la Pierre du Soleil » à Axayacatl. Cet énorme monolithe a été taillé dans le basalte en l'an 1479 de notre ère. Il pèse plus de 80 tonnes. Comme dans le Codex, les formulent inscrites disent que le monde a déjà traversé quatre époques ou soleils.

    Pierre du Soleil Azteque

    « la Pierre du Soleil » à Axayacatl . By gripso_banana_prune . Licence

    Le premier soleil est représenté par Ocelotonatiuh, le "dieu-jaguar". Le deuxxième est représenté par la tête du serpent Ehecoatl, le dieu de l'Air. Le troisième est symbolisé par une tête faite de pluie et de feu céleste. Le quatrième est symbolisé par la tête de la déesse de l'Eau Chlachiuhtlicue.

    Codex azteque

    Codex aztèque. By william.neuheisel . Licence

    Quand prendra fin le cinquième soleil ? Les Aztèques avaient déjà oublié la méthode pour calculer cette date d’anéantissement final.

    Mais les Mayas qui les avaient précédés avaient, eux, calculé le moment exact où le grand changement mettrait un terme à ce cinquième et dernier cycle.

    Le symbole du cinquième soleil est le visage de Tonatiuh, le dieu-soleil. Sa langue fait voracement saillie, symbolisant la soif de sang et la faim de coeurs humains du dieu. Il apparaît à l'intérieur du symbole Ollin qui signifie "mouvement".

    Pourquoi le soleil du mouvement ? Parce que selon les inscriptions: " au cours du cinquième soleil, la Terre se mettra en mouvement et nous périrons tous".

    Vestiges de l’écriture et des connaissances Mayas

    Les mayas ont laissé derrière eux une profusion de décomptes calendaires. Aujourd’hui, il ne subsiste que quatre codex (manuscrits enroulés) de la folie destructrice des missionnaires espagnols.

    Codex Maya

    Codex Maya. By Whirling Phoenix . Licence

    Ces manuscrits sont essentiellement des calendriers remplis d’indications astrologiques. Il est évident que les scribes qui rédigèrent ces calendriers étaient experts en astronomie.

    A l’aide de calculs mathématiques sophistiqués, ils déterminaient les mouvements du ciel nocturne des milliers d’années dans le passé et dans le futur.

    Ils savaient également prédire les éclipses du soleil. De même, ils savaient en combien de temps la Lune tourne autour de la Terre.

    Glyphe maya

    Glyphe maya. By Adal-Honduras . Licence

    Ils maniaient parfaitement le concept du zéro sans lequel tout un arsenal mathématique n’existerait pas. Rappelons que ni les Grecs, ni les Romains n’en avaient la moindre idée.

    Si les manuscrits ont été irrémédiablement détruits, heureusement pour nous, les Mayas ont gravé sur des stèles les évènements importants survenus dans la vie de leurs dirigeants.

    Video stèle Maya

    Le grand escalier hiéroglyphique de Copan est la plus longue inscription gravée du Nouveau Monde.
    Il s’agit de véritables archives historiques d’un peuple disparu. Nous ne sommes, actuellement, capables d’en lire que des fragments car les premiers archéologues l’ont reconstitué d’une façon désordonnée.

    Escalier de Copan

    Le grand escalier hiéroglyphique de Copan . By Adal-Honduras . Licence

    Actuellement, on ne peut traduire que la moitié des glyphes Mayas. Des stèles qui reprennent le principe du calendrier sont arrivées jusqu'à nous.

      

     

    Le calendrier Maya

    Les Mayas attribuaient l’origine de leurs connaissances en Astronomie à leurs aïeux qui les tenaient des premiers hommes.
    En fait, on ne peut être que perplexe devant les évidentes disparités qui existent entre les réalisations assez médiocres des Mayas et leurs connaissances en astronomie.

    A part en architecture, la culture Maya est assez primitive. Alors, comment ont-ils pu cartographier l’univers alors qu’ils ne connaissaient pas le principe de la roue ?
    Comment ont-ils pu compter en millions d’années et n’avoir jamais réussi à peser un sac de maïs ?

    Copan

    Cité maya de Copan. By Adal-Honduras . Licence

    Peu de scientifiques contestent le fait que les Mayas tenaient leur calendrier d’une autre civilisation, les Olmèques.
    Au IIe siècle avant notre ère, ces derniers utilisaient le même système de calcul du temps. Mais de qui les Olmèques tenaient-ils ce calendrier ?

    Il faut se rendre à l’évidence que le calendrier Maya est d’une stupéfiante précision.

    L’année solaire compte 365,2420 jours soit une erreur de seulement 0,0002 jour. Le calendrier Maya se révèle donc encore plus précis que le calendrier grégorien (365,2425) introduit en Europe en 1582.
    Nous savons aujourd’hui que le chiffre exact est de 365,2422 jours.

    Les Mayas utilisaient leur propre système de notation qu’ils tenaient des Olmèques.

    Le système est une combinaison :

    • De points (correspondant au chiffre 1 ou à des multiples de 20)
    • De barres (chiffre 5 ou des multiples de 5 fois 20)
    • De glyphes en forme de coquillages (le zéro)

    Comment les Mayas comptaient-ils le temps ?

    Le temps était compté de la manière suivante :

    • En jours (kin)
    • En périodes de 20 jours (uinal)
    • En année de calcul de 360 jours (tun)
    • En périodes de 20 tuns (katun)
    • En périodes de 20 katuns (bactun)
    • Il y avait aussi des périodes de 8 000 kuns (pictun) et de 160 000 tuns (calabtun)

    Le calendrier Maya, par sa précision, n’a rien à envier à nos ordinateurs modernes.

    Sur une stèle à Quirigua, au Guatemala, une date nous renvoie en arrière de plus de 300 millions d’années.

    Des inscriptions glyphiques découvertes sur une stèle de Copan au Honduras indiquent une date mystérieuse correspondant au 26 juillet 736.

    Stele de Copan

    Une des stèles de Copan. By 10b travelling. Licence

    Rapportées à notre système de datation, les énigmatiques inscriptions Mayas livrent un message plutôt inquiétant : le cinquième soleil prendrait fin le 4 Ahau 3 Kankin soit le 21 décembre 2012.

    Il existe un véritable souci obsessionnel de la civilisation Maya, et de toutes les anciennes cultures de l’Amérique Centrale, à calculer la fin du monde.
    Ce calendrier semble avoir été créé pour prédire une catastrophe cosmique ou géologique.

    Mais, contrairement à ce qui est souvent dit sur Internet, le calendrier Maya ne s'arrête pas au 21 décembre 2012. En effet, les Mayas mentionnent d'autres dates correspondant à d'autres cycles. Ils n'ont donc jamais envisagé la fin du monde mais simplement une succession de cycles. Le 5e soleil est un cycle parmi d'autres.

      

    sources : http://www.dinosoria.com/calendrier_maya.htm

      

     

    La conception du monde selon les Mayas

    Le calendrier Maya est directement lié au mythe de la création du monde. Le Popol Vuh, ou livre du conseil, renferme les anciens mythes relatant la création du monde des Quiché Mayas des hautes terres du Guatemala.

    Chichen Itza . Caracol

    El Caracol, édifice, probablement destiné aux observations astronomiques, de l'ancienne cité maya de Chichén Itzá, au Mexique (Yucatán). Époque postclassique, 950-1500 de notre ère. By Mulf . Licence

    Le mythe de la création du monde est le suivant :

    Les dieux Gugumatz et Huracan modèlent la Terre puis créent le monde des animaux. Mais, ces créatures sont incapables de parler, ni de célébrer leurs dieux.
    Les dieux, très déçus, créent un deuxième monde.
    Ils modèlent des hommes en argile. Mais, ces derniers sont trop fragiles et se dissolvent dans l’eau.
    Pour leur troisième création, les dieux sculptent les hommes dans le bois. Ils parlent et semblent réels. Cependant, ce sont des marionnettes sans mémoire qui ont oublié qui étaient leurs créateurs.
    Les dieux se vengent et anéantissent ces hommes en bois.
    Pour leur quatrième et ultime tentative, les dieux comprennent qu’ils doivent utiliser du maïs pour façonner des hommes de chair et de sang.
    Les quatre premiers hommes sont les fondateurs mythiques des quatre lignées des Quiché Mayas.

    Dieu Maya de la pluie

    Tlaloc, dieu de la pluie. By Derek Vinyard . Licence

    Les hommes en maïs sont parfaits et vénèrent les dieux. Gugumatz et Huracan deviennent jaloux et craignent que leur création devienne leur égal.
    Ils créent alors les femmes qui peuvent procréer. Surtout, ils limitent les possibilités des hommes en brouillant leur vue afin qu’ils ne puissent voir que ce qui est près d’eux.
    Ainsi est née la civilisation des Quiché Mayas.

    Les mythes de la création sont marqués sur la pierre calendaire découverte près du temple aztèque de Mexico.
    Il s’agit plus d’une vision du monde que d’un véritable calendrier bien que des dates soient indiquées.

    Pierre calendaire maya

    Pierre calendaire maya. By Derek Vinyard . Licence

    Ce qui est important dans ce mythe est la vision très sombre qu’avaient les Mayas de la création du monde et des relations qu’entretenaient les hommes avec leurs dieux.
    On peut également souligner les fameux cycles toujours omniprésents : fin du monde et nouveau monde.
    On retrouve ces cycles dans le calendrier Maya.

    Toutes les civilisations amérindiennes se référaient aux mythes pour essayer de concrétiser les prophéties.
    Le temps cyclique est un thème majeur du mythe méso-américain.

    Calcul du calendrier Maya

    Il est plus juste de parler de calendriers mayas car le système comprenait deux calendriers séparés mais interconnectés.

    Ces calendriers regroupaient les aspects de la vie, de la religion et des rituels. Ils sont totalement imprégnés de la mythologie Maya.

    Glyphes mayas

    Les Mayas utilisaient un système complexe de glyphes. By Derek Vinyard . Licence

    Le calendrier solaire ou Haab ou année vague comptait 18 mois de 20 jours auxquels s’ajoutaient 5 jours de malchance ou périlleux car les Mayas n’avaient pas d’année bissextile.
    Ce calendrier de 365 jours ne correspondait pas à l’année réelle de 365,2422 jours.

    En parallèle, les Mayas utilisaient un autre calendrier : le calendrier sacré ou Tzolkin qui comptait 260 jours répartis en 20 semaines de 13 jours.
    Chacune des semaines était présidée par une ou plusieurs divinité et chaque jour avait son dieu ou sa déesse.

    L’interaction de ces deux calendriers est appelée « roue calendaire » ou « cycle calendaire » de 52 années.

    Codex maya

    Codex maya. By Derek Vinyard . Licence

    Il est important de comprendre que pour les Mayas le temps et le destin des individus ainsi que de la société étaient cycliques.
    Nul ne pouvait aller à l’encontre de son destin en grande partie déterminé par le jour de naissance.

    Les Mayas considéraient le temps comme circulaire et non linéaire. De ce fait, le passé pouvait prédire l’avenir.
    Ils se servaient des calendriers pour prévoir les dates de cérémonies rituelles mais également pour prédire l’avenir.

    Compte court et compte long

    Les Mayas utilisaient également deux autres cycles : un compte court et un compte long.

    La création du monde était datée au 13 août 3114 avant notre ère. Le cycle long partait de cette date pour finir le 21 décembre 2012.

    Mais, les calculs sont en réalité beaucoup plus complexes et sujets à erreur. Je vous donne ci-dessous quelques calculs :

    • Une année du compte long = 360 jours ou tuns
    • Un k’atun = 19,7 ans ou 7 200 jours
    • Un k’atun = 20 tuns

    Le compte court est une sorte de date abrégée. Les Mayas notaient le nom du jour de la roue calendaire.
    Le cycle se basait sur 13 k’atun.

    Tikal

    Tikal, au Guatemala, était l'une des plus grandes citées des Mayas. By Clint JCL . Licence

    Pour simplifier l’ensemble, il est surtout important de comprendre que cette prophétie de 2012 se réfère au cycle de 13 Bak’un soit 5 128,5 années.

    Supposons que le monde soit né le 13 août 3114 avant notre ère.

    • 3 114 + 5 128,5 ans = 2014 après notre ère.

    La date d’arrivée avec quelques ajustements est approximativement le 21 décembre 2012 ou le 23 décembre 2012 ou courant 2013. Tous les auteurs ne sont pas d'accord sur la date.

    Palenque

    Palenque. Cité maya de l'État de Chiapas (Mexique), qui s'est épanouie au classique récent (600-950 de notre ère). By Mexicanwave . Licence

    A chaque fin et début de cycle de 5 128,5 ans correspond la fin ou le début du monde. 2012 pourrait donc être, pour les Mayas, soit la fin du cycle actuel, soit le début d’un nouveau cycle.
    Selon les interprétations, on peut donc parler de fin du monde ou de renaissance du monde.

    Il est très important de souligner que les Mayas mentionnent d'autres dates correspondant à d'autres cycles qui sont postérieurs à cette fameuse date de 2012. Ils n'ont donc jamais envisagé la fin du monde mais simplement une succession de cycles. Le 5e soleil est un cycle parmi d'autres.

    2012 : la fin du monde ?

    A quoi correspond l’année zéro c’est-à-dire 3 114 avant notre ère, soit environ 1000 ans avant les premiers peuplements mayas ?
    Car si on nous prédit aujourd’hui la fin du monde en 2012, c’est en se basant sur cette date de départ.

    En 3 114 avant notre ère, nous sommes en plein Néolithique. Cette période correspond à la naissance des premières civilisations urbaines en Mésopotamie, au Proche-Orient et en Egypte.
    C’est également une période pendant laquelle l’écriture a connu une évolution décisive avec le passage au phonétisme.

    Uxmal

    Uxmal. Ancienne ville maya du nord du Yucatan (Mexique), construite vers 600-950 de notre ère. By Esparta . Licence

    En Amérique du Sud, cette période ne correspond à aucun fait marquant de l’Histoire. Par contre, C’est à cette date que la planète Vénus est apparue pour la première fois au-dessus de l’horizon terrestre, marquant la naissance du cosmos actuel.

    Les Mayas se préoccupaient beaucoup des infimes variations qui créent un décalage entre le plan de rotation de Vénus et l’axe de rotation de la Terre elle-même.

    Toutes les dates de leur calendrier font référence au "Grand cycle de Vénus".

    Chichen itza

    Chichén Itza . Le temple des Guerriers. Cité maya du Yucatan (Mexique), conquise par des guerriers d'origine toltèque entre 900 et 1000 de notre ère. By Jimg 944 . Licence

    Admettre qu’une prophétie se réalisera est admettre que « tout est écrit » et que notre liberté d’action est inexistante.
    Personnellement, je me refuse à croire que nous n’avons aucun pouvoir décisionnel sur notre destinée.

    Si vous êtes amateur de jeux vidéo, vous savez qu’il existe deux types de joueurs : ceux qui relèvent les challenges les plus difficiles avec persévérance et ceux qui cherchent les codes de triche à la moindre difficulté.

    Tikal

    Tikal. Occupée dès 600 avant notre ère. Nombreuses stèles gravées, dont l'une, datée de 292, constitue la plus ancienne date retrouvée de l'histoire maya. By Jdlasica . Licence

    La vie est comme un jeu qui nous offre des opportunités à saisir et des obstacles à vaincre.
    Renoncer à la lutte au nom du destin n’est qu’une échappatoire qui permet de nier ses responsabilités.
    C’est certes beaucoup plus facile mais également bien plus frustrant.

    Réponse aux internautes (Septembre 2009)

    Pour répondre à ceux qui m'ont fait remarquer que j'étais bien timorée sur ce sujet, ce qui n'est pas dans mes habitudes, je vais être franche et répondre à la question qui m'est souvent posée: "Y croyez-vous vraiment à cette prédiction ?"

    Je pense effectivement qu'il se passera quelque chose à partir de fin 2012 mais je doute fort par contre que cela aura un rapport avec ce calendrier.

    Le doute qui peut s'insinuer en nous ne trouve t-il pas sa source dans nos difficultés actuelles et futures ? Nous n'avons jamais autant ressenti nos limites depuis l'avènement de l'ère industrielle. Inconsciemment, nous savons que nous fonçons droit dans le mur et nous nous agitons frénétiquement, tels des insectes pris au piège d'une toile d'araignée.

    Nous avons également conscience que l'après-crise sera bien plus destructrice que le crise elle-même. Et il se trouve que cette après-crise correspond aux années 2011-2012.

    Cette fin du monde programmée symbolise parfaitement toutes nos angoisses face à notre impuissance à donner un véritable sens à notre existence. Par contre, la notion de fin de cyle pourrait parfaitement s'adapter à notre situation. Un nouveau démarrage sur des bases plus saines ne serait-il d'ailleurs pas souhaitable ?

    Quoi qu'il en soit, ma démarche est plus proche de celle de Scully que de Mulder. Si je vois une ombre sur un vieux lac écossais, je pense à un jeu de lumières avant d'envisager l'existence d'un monstre à deux bosses issu de la préhistoire.

    Trop cartésienne, me direz-vous ? Peut être mais le sujet qui nous préoccupe est trop sérieux pour se complaire dans des suppositions ou des théories farfelues non étayées de preuves. Et ce qui nous manque, ce sont bien des preuves.

    Je rappelerais quand même que ce n'est pas la première fois qu'on nous prédit la fin du monde. Pourquoi devrions-nous plus croire en la prédiction Maya qu'en celle de Nostradamus, par exemple ?

    J'ai analysé ce 5e cycle en essayant de rapprocher les écrits mayas à des phénomènes cosmiques connus. Je vous invite donc à lire la suite de ce dossier.

    V. Battaglia (21.09.2008). M.à.J 09.2009  

     

    Calendrier Maya et Science actuelle

     

    Nous savons que le calendrier était si important aux yeux de la civilisation Maya que sur chaque stèle gravée et sur chacune de leurs œuvres, ils ont laissé des inscriptions hiéroglyphiques complexes.
    Ces inscriptions mentionnent des dates détaillées et précises.

     

    Nos connaissances scientifiques actuelles nous permettent de mieux appréhender l'histoire de la Terre. Il est interessant de comparer ce qui est considéré comme une légende et les différents signaux d'alarme que nous lancent notre planète. 

     

    Calendrier maya et planète Vénus

    Il est aujourd’hui établi que le point de départ de ce calendrier, le jour « zéro » du Compte long Maya, correspond au 13 août 3 114 avant notre ère.
    C’est à cette date que la planète Vénus était apparue pour la première fois au-dessus de l’horizon terrestre, marquant la naissance du cosmos actuel.

    Ce compte long n’a pas seulement trait au cycle régulier de Vénus autour de la Terre, qui dure en moyenne 584 jours, mais aussi à son cycle complet par rapport à la rotation de l’axe de la Terre, un cycle qui se compte en millions d’années.

    Les Mayas se préoccupaient beaucoup des infimes variations qui créent un décalage entre le plan de rotation de Vénus et l’axe de rotation de la Terre elle-même.

    Toutes les dates de leur calendrier font référence au »Grand cycle de Vénus ».

    Le manuscrit Maya désigné sous le nom de codex Cospi montre différents aspects de Vénus. Ainsi, avec les cycles de Vénus, les Mayas pensaient pouvoir prédire ce qui arriverait à chaque « mort » de Vénus.

    Les cinq soleils

    Mayas et Aztèques pensaient que le monde avait été créé et détruit plusieurs fois. Ils croyaient qu’ils habitaient le cinquième monde ou « cinquième soleil », qui est aussi le nôtre.

    En résumé, voici les cinq soleils et l’interprétation que l’on peut en faire mais qui reste subjective :

    Le premier monde avait été détruit par l’eau, allusion à une spectaculaire montée du niveau des océans.

    Le deuxième monde avait été détruit par un grand vent qui s’abattit sur la Terre et détruisit tout. L’image est plus confuse. Ca peut être une allusion à des éruptions volcaniques qui auraient provoqué d’immenses nuages toxiques. Mais, ça peut également faire référence à des bouleversements climatiques ayant entraîné des tornades, cyclones ou autres.

    Le troisième monde avait été détruit par le feu du ciel, allusion peut-être à une météorite ou des éruptions volcaniques.

    Le quatrième monde avait été détruit par un déluge de sang et de feu. Là encore, on retrouve le symbole lié aux séismes, éruptions volcaniques et à un cataclysme planétaire du à la tectonique des plaques.

    Le cinquième monde sera détruit car la Terre se mettra en mouvement et nous périrons tous. Cette fin du monde est prévue pour le 21 décembre 2012, juste avant le coucher du soleil à l’heure de l’Amérique centrale.

    Il n'existe pas que 5 cycles dans ce calendrier ce qui doit nous rassurer. De nombreuses autres dates sont mentionnées. Les Mayas nous parlent bien de cycles et non d'apocalypse et encore moins de fin du monde.

    Nos découvertes scientifiques

    Grâce aux calculs astronomiques assistés par ordinateur, on sait que juste avant le coucher du soleil le 21 décembre 2012, Vénus disparaîtra sous l’horizon occidental tandis qu’à l’est, les Pléiades s’élèveront au-dessus de l’horizon.

    Symboliquement, on assistera à la mort de Vénus et à la naissance des Pléiades.

    Dans la conception Maya, le Grand Cycle temporel actuel, gouverné par Vénus, prendra fin.

    Toute la question est de savoir si à la fin de chaque cycle, un nouveau monde doit recommencer ou non.

    Toute cette conception peut paraître fantaisiste. Cependant, je n’ai pu m’empêcher de la comparer avec nos connaissances actuelles sur l’histoire de la Terre.

    Des paléobiologistes ont découvert des traces fossiles qui indiquent que « la vie semble avoir été inscrite, gommée et réécrite quatre ou cinq fois, depuis le Cambrien ».
    Ce qu’ils ont constaté, c’est qu’à différentes époques de l’histoire, la vie s’est développée pour être ensuite presque instantanément gommée.

    A chaque cycle, il s’en est suivi une période où la Terre a été dépourvue de toute vie pendant des millions d’années.

    Les grandes extinctions de masse sont prouvées. Là encore, elles n’ont jamais été expliquées clairement. Rentrent-elles également dans ce schéma de mort et de résurrection cyclique ?

    Les dernières découvertes effectuées sont également instructives:

    La Terre, comme une toupie, tourne de moins en moins vite sur elle-même. Elle boucle son tour aujourd’hui en 24 h mais il ne lui en fallait que 22 il y a 400 millions d’années.

    Le champ magnétique terrestre serait-il en train de s’inverser ?
    Sur les 150 dernières années, l’intensité de la composante Nord-Sud du champ magnétique a décru de 10%.
    De plus, le pôle nord magnétique a été sérieusement perturbé ces trente dernières années. (Article paru dans Science & Vie N°229).

    La Terre n’a pas toujours été bleue. Il y a environ 750 millions d’années, elle aurait été entièrement recouverte de glace.
    Des pôles à l’équateur, une énorme couche de glace aurait recouverte toute sa surface.
    C’est du moins ce que pensent de nombreux climatologues. Toute trace de vie aurait été éliminée pendant cette longue période.

    Leur hypothèse est la suivante :

    Il y a 800 millions d’années, les continents actuels se regroupent en un seul bloc, la Rodinia. Puis, ce super continent se fissure sous l’effet d’une intense activité volcanique.
    Des mers s’ouvrent et de gigantesques quantités de basalte son libérées ce qui piège une quantité de dioxyde de carbone.
    L’effet de serre perd alors son efficacité et les températures s’effondrent, provoquant la plus grande période glaciaire de tous les temps.
    (Article paru dans Science & Vie N°229 Décembre 2004)

    Enfin très récemment, le séisme de Sumatra du 26 décembre, d’une magnitude de 9 degrés sur l’échelle de Richter, a été le plus violent depuis celui qui a secoué l’Alaska en 1964.
    Ce séisme a eu des effets sur la rotation de la Terre. Le pôle Nord s’est déplacé d’environ 2,5 cm dans la direction de 145° de longitude Est.

    Le séisme a par ailleurs très légèrement accéléré la vitesse de rotation de la Terre sur son axe, ce qui aurait pour conséquence un raccourcissement des journées de 2,68 microsecondes.

    Etude des inversions de polarité

    Des études en paléomagnétisme ont établi que la polarité magnétique de la Terre "s'était inversée plus de 170 fois pendant les derniers 80 millions d'années".
    Selon un article du géologue S.K Runcorn, Professeur à l'Université de Cambridge, "il ne fait aucun doute que le champ magnétique de la Terre est déterminé directement ou indirectement par la rotation de la Terre". Donc, l'axe lui-même de la Terre aurait changé. Plus simplement, la planète aurait basculé sur elle-même, ce qui aurait entraîné un changement de la localisation des pôles géographiques.

    Selon des articles parus dans Nature, la dernière inversion géomagnétique a eu lieu il y a 12 400 ans, au onzième millénaire avant notre ère. On sait que cette période est marquée de grandes extinctions dans le monde animal. On ne sait pas par contre si les deux évènements sont liés. (Nature 234,27/12/71)

    Certains scientifiques estiment que la prochaine inversion des pôles magnétiques terrestres aura lieu vers 2030. (Article paru dans Nature 12/2/76)

    Nous commençons à comprendre le magnétisme terrestre et ce que pourrait provoquer un dérèglement de ce magnétisme.
    On sait que les pôles Nord et Sud du champ sont susceptibles de s’inverser. Les laves solidifiées sont là pour en témoigner puisqu’elles pointent alternativement vers les régions australes ou boréales.

    Depuis quelques décennies, on a d’ailleurs observé l’extension croissante d’une anomalie du champ magnétique dans l’Atlantique Sud. (Article paru dans Sciences & Vie N°229)

      

      

      

    La réponse de la NASA au film 2012 de R. Emmerich

    Comme cela était prévisible, le film 2012 de R. Emmerich a provoqué un début de panique aux Etats-Unis. Le terme n’est pas trop fort dans la mesure où la NASA a été obligée de mettre en ligne un démenti concernant les soi-disant théories scientifiques dont le réalisateur s’est inspiré pour construire son scénario.
    Le problème est que ces théories sont présentées comme reconnues par la communauté scientifique, ce qui n’est absolument pas le cas.

    De plus, comme je l’ai déjà mentionné dans le dossier consacré au calendrier Maya, ce calendrier ne s’arrête pas au 21 décembre 2012.
    Là encore, il s‘agit d’affabulations énoncées par certains auteurs et largement reprises sur Internet.
    La NASA en profite pour le rappeler.

      

    Note importante: Pour ceux qui m'ont signalé certaines contradictions entre les réponses de la NASA et certains rapports scientifiques concernant principalement l'étude de l'inversion des polarités, je tiens à préciser deux points:

    1. Le texte qui suit est une traduction et non pas un texte commenté. Je n'en fais aucune interprétation. Je fournis simplement l'information en soulignant simplement à quelques reprises des faits irréfutables déjà énoncés dans certains de mes dossiers
    2. L'étude sur l'inversion des polarités est actuellement très incomplète. Certaines théories ont été émises (voir calendrier Maya et science actuelle) mais certaines datent déjà de nombreuses années et n'ont pas été prouvées. Ce sont donc des hypothèses qui demandent à être étayées

    Le texte de la NASA se présente sous forme de questions-réponses. Pour ceux qui sont fâchés avec l’anglais, je vous en présente une synthèse.

    Tout d’abord la NASA explique que les scientifiques et particulièrement les astronomes et les astrophysiciens n’annoncent rien de particulier pour 2012.

    Notre système solaire est étudié en permanence et aucune menace particulière n’est annoncée pour les prochaines années.

    La fameuse planète Nibiru ou planète X, présumée découverte par les Sumériens, devait déjà provoquer la fin du monde en mai 2003.

    Aucune apocalypse ne s’étant produite en 2003, des petits malins ont décalé la date du Jugement Dernier en la faisant coïncider avec le fameux calendrier Maya.

    Ces mêmes auteurs ont oublié de préciser que le calendrier Maya n’a jamais prédit la fin du monde mais énonce simplement de grands cycles dont l’un doit prendre fin en décembre 2012 afin qu’un nouveau cycle puisse démarrer.
    Ce qui signifie en clair que le calendrier retrouvé par les archéologues ne s’arrête pas en décembre 2012.

    R.Emmerich n’a pas hésité à faire appel à des astrologues pour affirmer qu’un alignement de planètes très négatif était justement prévu en décembre 2012.
    Les alignements qui sont prévus par les astronomes sont connus, cycliques et sans aucun effet sur notre planète.
    Cet alignement entre la Terre et le Soleil qui semble faire si peur à certains est un phénomène annuel tout à fait banal.

    Comme je l’ai déjà également précisé et la NASA le confirme une nouvelle fois : la planète X ou Niribu n’existe pas.

    Soyons tout de même un peu cohérents ! Si une planète existait dans notre système solaire et menaçait de percuter la Terre, cela ferait plusieurs décennies que les astronomes l’auraient détecté.
    On pourrait même l’observer à l’œil nu.

    Eris est une petite planète similaire en taille à Pluton et qui se situe en bordure de notre système solaire.
    Elle ne menace nullement la Terre.

    Concernant les inversions de polarité, il existe un historique détaillé établi sur les 7 derniers millions d'années. Il révèle que les inversions importantes se produisent approximativement tous les 400 000 à 500 000 ans.
    Ces inversions ne provoquent aucune catastrophe particulière.

    Aucun météore ne menace la Terre actuellement. La NASA a mis en place une étude afin de trouver les grands astéroïdes qui pourraient présenter un danger. A ce jour, aucun astéroïde menaçant n'a été détecté.

    Enfin la NASA clôt son dossier en rappelant que les pics d’activité solaire se produisent tous les 11 ans environ. Ces pics ne provoquent que quelques problèmes dans nos communications satellites.
    Le prochain pic est prévu pour 2012-2014.

    Pour finir, la NASA regrette que les films, les documentaires, les livres et surtout Internet relaient en permanence des pseudo-théories qui ne se basent que sur des mythes sans aucun fondement.

    Mais, personne ne peut stopper les rumeurs et apparemment, même pas la NASA.

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique