•  

     

     puy-dome-236182-1a22df7.jpg


     

    Quelques observations d'ovnis

    18 juillet 1952 Puy de Dome (lac de chauvet) :photos prises d'un engin discoïdale et silencieux (après expertises les photos se sont avérées vrai )

    19 et 26 juillet 1952 Washington : détection radar et visuel de plusieurs témoins d'une vague d'ovnis (intervention d'avions de chasse sans résultat,affaire déclarée non identifiée)

    17 octobre 1952 Oloron-Sainte-marie : observation d'objets volants en forme de cigares et de boules lumineuses (traînées d'objets explosent au sol ,se désagrègent en quelques heures )

    13 au 14 août 1956 lakenheath : détection radar au sol et aérien d'objets volants non identifiés (tentative d'interception de la chasse anglaise sans résultat objets trop rapide).

    4 novembre 1957 fort Itaipu :un disque lumineux s'approche à très grande vitesse de deux hommes et repart dans un vrombissement vers le ciel (l es hommes seront brûlés au deuxième degré )

    16 janvier1958 îles de la trinité : A bord d'un navire ,plusieurs personnes aperçoivent un disque volant entouré d'un anneau s'approcher de l'île puis disparaître (des photos ont été prisent ,elles font parties des meilleurs clichés d'ovni jamais photographiés).

    3 juillet 1965 île de la déception :Enorme disque observé dans le ciel par plusieurs techniciens de base militaire tantôt stable tantôt filant à une vitesse impressionnante (photos prises ,l'objet perturbe les appareils de mesures)

    19 septembre 1976 Téhéran : Poursuite par 2 chasseurs d'un objet en forme de grosse étoile lumineuse, acquisition de l'objectif par un des chasseurs (un disfonctionnement des systèmes d'armes et de communication met fin à cette poursuite).

    30 décembre 1978 kaikoura : objet lumineux aperçu par 2 pilotes et plusieurs journalistes ainsi qu'au radar (phénomène filmé à plusieurs reprises puis disparaît)

    8 janvier 1981 Trans en Provence :objet discoïdal se pose à quelques mètres d'un témoin puis redécolle aussitôt à une vitesse impressionnante (marque circulaire striée sur le sol ,perturbation biochimique de la végétation,cas non résolue)

    17 novembre 1986 fort Yukon :Avion cargo japonais suivie par des objets de lumières vertes et intenses ,un des ovni est immense (confirmation radar)

     

     

    PHOTO DES MEMES OVNI EN 1990

     

    Photo des mèmes ovni , toujours prises par le groupement vers fin 1989 début 1990

     

      

      

      

    Quelques dates de rencontres insolites

    28 octobre 1954 isla de lobos : un disque volant est posé sur la plate -forme d'un phare ,3 êtres sont à ces cotes ,une sentinelle voulant faire feu se retrouva paralysé puis l'ovni reparti (la sentinelle ressentie comme une prémonition qu'il était inutile de faire feu)

    27 novembre 1954 Caracas :un ovni barre la route à deux camionneurs ,des êtres en descendent ,un des camionneurs tente d'en capturer un ,il fut immédiatement aveuglé incapable de continuer son action. l'ovni décolle et disparaît.

    26 septembre 1954 Chabeuil, drome : tous les chiens aboient ,une personne sort de chez elle, voit un être étrange s'approcher d'elle .Terrorisée elle est incapable de réagir ,un disque s'élève du sol et disparaît.(des traces au sol ont été retrouvées ,prouvant la présence probable d'un objet, ainsi que des buissons carbonisés)

    2 novembre 1957 Levelland : une lumière rouge intense émet des grondements ,tous les moteurs des véhicules environnent tombent en panne .

    24 avril 1964 Sorocco :un agent de police observe un engin en forme d'oeuf au sol, deux enfants en combinaison blanche sont à ces cotés. l'engin décolle à la verticale dans un fort bruit puis disparaît (des buissons carbonisés ainsi que des traces rectangulaires sur le sol ont été retrouvées une enquête importante fut menée, sans résultat)

    20 mai 1967 Falcon lake :un disque de 10 mètres de diamètre se pose à coté du témoin dans un grondement sourd. Celui ci essaye de toucher l'engin ,un souffle chaud brûle tous ses vêtements(le témoin fut retrouvé brûlé par des radiations d'origine inconnue puis hospitalisé)

    20 avril 1974 Charleroi :des témoins signalent une lumière ,ou un disque volant accompagné d'un son modulé parfois insoutenable (quelques troubles ont été signalés, malaise ,maux de tête ...la végétation fut touchée)

    31 juillet 1975 Loxton : présence d'un engin accompagné d'un bourdonnement au sol occupé par 4 êtres ,le témoin s'approche ,une lumière intense le désoriente, l'ovni décolle et disparaît (des traces de l'engin furent retrouvées au sol ainsi qu'une poudre grise inconnue)

    Quelques observations d'ovnis dans l'année 2000

    1 er janvier 2000 Pékin : disque argenté survole la muraille de Chine (ovni filmé par une des cameras de la chaîne CNN et diffusé en direct aucun commentaire de la chaîne)

    5 janvier 2000 Illinois : observation d'un très grand objet en forme de pointe de flèche par de nombreux témoins ( 4 gendarmes sur place confirment l'observation )

    18 janvier 2000 Taipei (Taiwan): dix objets non identifiés aperçus traversant le détroit de Taiwan en provenance du continent chinois altitude entre 14000 et 25000 mètres (confirmé par le ministère de la défense taiwanais)

    18 janvier 2000 Acapulco : observation d'un ovni ovale argenté au dessus de la ville ,observation faite par de nombreux habitants (durée de l'observation 7 minutes)

    3 février 2000 Bali : sphère en rotation au dessus de la ville pourvue d'un rayon jaune doré (observation d'un homme d'affaire allemand)

    12 février 2000 Sicile : 12 personnes observent 2 disques lumineux volants à très grande vitesse (observation faite pendant plusieurs minutes)

    13 février 2000 st andre de Cubzac : observation d'un objet en forme d'assiette renversée se déplaçant silencieusement (objet lumineux )

    14 février 2000 Mexico city : ovni en forme de disque avec lumières flashantes au dessus d'un terrain de football en pleine nuit ( observation faite par une patrouille de gendarmerie )

    12 mars 2000 : boule de lumière rose observé a travers un hublot d'avion par une hôtesse ,celui ci suivait l'avion , puis en fit le tour pour ensuite disparaître (aucun commentaire de l'équipage)

    14 mars 2000 Dublin :ovni cylindrique de couleur verte de 12 mètres volant a 80 km/h est observé puis disparaît à grande vitesse (aucun son)

    25 mars 2000 Porto Rico : deux ovnis observés par de nombreux témoins très haut dans le ciel (les 2 objets se déplaçaient dans des directions opposées)

    4 avril 2000 Bornéo : plusieurs témoins observent un ovni triangulaire

    8 avril 2000 new Delhi : ovni lumineux jaune orange survole l'aéroport international,puis l'aéroport régional ( déplacement bancal et désordonné)

    15 avril 2000 long Island: trois objets en forme de disque vus par des pêcheurs , 6 mètres au dessus de l'eau pendant 5 minutes ,puis ont plongés dans l'océan

    23 avril 2000 Argentine :des journalistes de la télévision observent un grand ovni multicolore dans le ciel une tentative de filmé la scène a échoué par défaillance de la batterie de la camera)

    2 mai 2000 désert du Nevada : cinq personnes aperçoivent trois objets décrivant des cercles puis un triangle dans le ciel suivie d'un énorme engin sombre apparaissant comme une ombre (durée de l'observation 30 secondes)

      

    Photo prise par un groupement de recherche durant la vague d'OVNI au dessus des Ardennes et de la Belgique ,fin 1989 début 1990

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Témoignages dans l'Histoire

    Période de l'année 1663 à 1851

     

    Belozero - Russie ( 15 août 1663 )


    Extrait du rapport du monastère St Cyrille: "Le paysan Levka Fedorov du village de Mys m'a dit ce qui suit: ... de diverses terres et de divers domaines se tenaient des gens à la messe,... en grande foule.. et à ce moment-là retentit, venant des cieux, un bruit très fort et beaucoup de gens sortirent sur le parvis et virent... du côté hivernal du plus clair des cieux, non d'un nuage, sortit un grand feu sur Roboziero et se dirigea vers le Midi, le long du lac, au-dessus de l'eau et avait cette flamme vingt sagènes (1 sagène = 2,13 m) et davantage de toutes parts, et une fumée bleue était à côté et devenant la flamme, sur vingt sagènes, deux rayons de feu aussi ...

      

    et du grand feu et des deux flammes plus petites, plus rien ne fut. Après une heure environ, le même feu revint à nouveau sur le lac, de la place même où il avait la première fois disparu et alla du midi vers l'ouest sur une demi-verste (1 verste = 1.066m) et disparut de la même manière.

    La troisième fois ce feu devint plus effrayant que la première par sa grandeur et par la suite s'en alla vers l'ouest.

    Et resta en tout sur Roboziero, ce feu, au-dessus du lac, environ une heure et demie et ledit lac à deux verstes en long et une en travers... Sur le lac naviguaient des paysans dans une barque et la flamme de ce feu était si brûlante qu'ils ne purent s'en approcher. Et le lac lui était éclairé jusqu'au fond, au plus profond, au centre il, ce lac, quatre sagènes et le poisson qui s'enfuyait vers les rives, tous l'ont vu et en dessous du feu, l'eau devenait par la flamme, comme couverte de rouille.

     

      

    Leipzig - Allemagne ( 23 mars 1665 )
    Il y aurait eu une chute tellement abondante de filaments de soie bleue, que des champs entiers en furent recouverts. Ces filaments seraient tombés du ciel et s'accrochaient aux pieds des hommes et des animaux. (Inforespace n° 52 - 1980, p. 3)

     

    Mer dans la Manche ( 8 février 1672 )
    " A une heure après mydy par le temps du monde le plus serain, s'est apparue à nous une estoille au-dessus de nostre teste, environ de la longueur de quinze pieds. De là est allée tomber du costé du nort, lessant une fumée qui s'est formée en deux navirs avec chacun leurs deux hunières et la mizene et leurs grandes voiles serrés et envergés, ayant tous deux le devant au sus. Celuy du nort estoit plus grand que celuy du sus.

    Et comme ils alloient ainsy, ils se sont séparés environ de quatre pieds de large l'un de l'autre, au milieu desquels s'est formé un autre navire, paroissant plus gros que les autres, tout noir, nous monstrant le derrière et tournant le devant au nort, sans aucune voile mais pourtant garny de ses mas, vergues et cordages, comme s'il avait esté à l'ancre. Ce qui nous a paru l'espace d'une grosse demi heure. Et puis après, s'estant point ensemble, se sont dissipés en allant du costés du sus sans en lesser aucune marque...".

    Grenade - Espagne ( 1677 )
    Pierre Boutard, officier à bord du brûlot " La Maligne " note dans le livre du bord: " le jeudy 30ème décembre 1677 le matin su les 4 heures, nous avons veu unne estoille o nord/ouest 1/4 d'ouest et a finy du suest 1/4 d'est, mais portant une grande lumière que nous croyons tous dens nostre bord que le feu fut partout, mais elle estoit acompengnée de plus de 200 rayons portant tous un clerté sans pareille, que nous estions tous esperdus. Nous mouliame sur les 9 ou 10 heures du matin à la pettite rade de la Grenade".

    Crosford, Nanark - Ecosse ( juin et juillet 1686 )
    Du chroniqueur Patrick Malker: " ... près le bac de Crosford, deux miles au-dessous de Nanark et particulièrement aux Mains, sur la rivière de la Clyde, une grande foule se rassembla plusieurs fois l'après-midi. Il y avait là une pluie de bonnets, de drapeaux, de fusils et d'épées. Les arbres et le terrain en étaient couverts.

    Des compagnies d'hommes armés marchaient en ordre le long de la rivière , des compagnies rencontrant des compagnies se ruaient les unes contre les autres et tombant à terre, disparaissaient. D'autres réapparaissaient immédiatement et marchaient dans la même direction... ceux qui avaient vu étaient saisis d'une telle frayeur et d'un tel tremblement que ceux qui n'avaient pas vu en étaient troublés".

    Kunmin ( province de Yun'nan ) - Chine ( 1688 )
    Notes du Gu-Sheng, chap. 6: " Entre la fin du printemps et le début de l'été de l'an vingt-sept sous le règne de l'empereur Kangxi de la dynastie des Qing, mon beau frère Bixilin se rendit chez lui dans les montagnes à 20 kilomètres de la ville de Kunmin. Pendant son séjour, il vit chaque midi, lorsqu'il faisait beau, un grand couvercle jeune comme un parapluie monter lentement d'une crête.

    Cette chose jetait de brillantes lumières qu'il n'osa pas regarder en face. Elle prenait de la hauteur et pénétrait dans les nuages. Peu après elle descendait, toujours lentement, pour remonter et redescendre de la même façon. Quand la nuit tombait, l'objet volant perdait l'éclat de sa couleur jaune et devenait plus pâle et flou. Il disparaissait complètement lorsque le ciel devenait noir ".

    Pays de Galles - Grande Bretagne ( 1692 )
    D'après " Morden's Atlas of Wales ": "une exhalation ardente traversa la mer et mit le feu à des meules de foin, aux champs de blé et à des granges, tout près de Harlech. Cette chose infecta l'herbe mais elle n'était pas dangereuse pour les hommes, même pour ceux qui se sont trouvés au beau milieu d'elle. Cela se produisait toujours à la nuit tombée, le plus souvent un samedi ou un dimanche, et cela dura pendant quelques mois. La seule façon de l'éteindre et la faire fuir était de sonner d'une corne de chasse ou de tirer des coups de fusil..."

    Dolgelly ( Pays de Galles ) - Grande Bretagne ( janvier 1694 )
    Le curé de Dolgelly rapportait que " seize meules de foin et deux granges avaient été brûlées par une sorte de vapeur enflammée que l'on voit souvent venir de la mer..."

    Hambourg - Allemagne ( 4 novembre 1697 )
    Une sorte d'énorme sphère très lumineuse, survola lentement Hambourg et d'autres villes du nord-ouest de l'Allemagne.

     

    Hambourg - Allemagne ( 1697 )
    Cette image montre un OVNI sur Hambourg le 4 novembre 1697. Les objets ont été décrits comme "deux roues rayonnantes" par la population.

      

    Avignon - France ( 1699 )
    Extrait de " L'histoire du diocèse d'Avignon " par l'abbé Granget: "Arrivé près de l'oratoire qui se trouve vis à vis de la chapelle de Notre Dame Ste Garde (St Didier, Vaucluse) je vis le ciel s'ouvrir, une grande lumière parut et bientôt j'aperçus trois globes de feu. Celui du milieu était élevé au-dessus des autres. Voilà me dis-je, les lumières dont on m'a parlé. Aussitôt je tombai à genoux et je bénis Dieu d'une si grande merveille.

    En même temps, deux nouvelles lumières apparurent mais un peu au-dessus de l'endroit où est la chapelle. Je m'avançai jusqu'à l'oratoire où se trouve représenté le mystère de la Résurrection de Jésus-Christ. Les deux globes s'unissent alors à celui du milieu et disparaissent.

     

    Dolus ( Oléron ) France ( mardi de Pâques 1705 )
    Pendant une procession on vit en l'air une croix lumineuse. Elle était longue d'environ 50 coudées et précéda la procession pendant près de deux heures. Elle s'arrêtait quand la procession s'arrêtait et disparut quand celle-ci entra dans l'église. Le temps était chaud, sans nuage, sans vent. La croix était presque couchée d'orient en occident; le pied était fort long. Plus de mille personnes la virent.

    Upminster ( Essex ) - Grande Bretagne ( 3 avril 1707 )
    William Derham vit un objet de forme pyramidale de couleur rouge. Il surgit environ un quart d'heure après le coucher du soleil.

    Roumanie ( 5 février 1709 )
    Un grand signe est apparu dans le ciel le 5 février, un vendredi. Deux larges colonnes de feu apparurent, l'une à l'ouest, l'autre à l'est et elles se déplacèrent jusqu'à former la lettre A. Elles se réunirent ensuite et se transformèrent en arc en ciel émettant une forte luminosité pendant trois heures avant de disparaître.

    Leeds ( Yorkshire ) - Grande Bretagne ( 18 mai 1710 )
    Vers 21 h 45 Ralph Thoresby vit au-dessus de Leeds un objet " ressemblant à une trompette ".

    Séville - Espagne ( 7 juin 1712 )
    A la mort de la révérende mère Thérèse de Jésus du couvent de l'Assomption , il y eut de nombreux témoignages disant qu'au moment de sa mort une grande masse de lumière pyramidale descendit sur la couvent, tellement claire et resplendissante que tous qui la virent dans et hors de la ville furent rempli d'une grande joie.

    Espagne ( 1 mars 1716 )
    Le capitaine écrivit à l'époque: Ce 1er mars à 21 h 00 nous nous trouvions à 45°36' de latitude, au large des côtes nord-ouest de l'Espagne, quand un nuage brillant apparut vers l'est, mais non loin du zénith. Il se divisa en un grand nombre de rayons lumineux, chacun d'eux ressemblant à la queue d'une comète. Ce corps lumineux apparut au nord-ouest par rapport à nous et continua à briller jusqu'au lendemain midi. Il se trouvait alors à une bonne distance du navire, juste avant de disparaître subitement ".

    Martinique ( 6 mars 1717 )
    Le chevalier de Ricouart, commandant la frégate " La Valeur " note dans son journal de bord : "A deux heures du matin nous allions un peu de l'avant, le cap au sud-est. Nous avons vu passer le long du bord comme manière d'un mast de bâtiment, qui estoit debout à deux pieds environ au-dessus de l'eau."

    Dieppe - France ( 30 mars 1719 )
    Beaucoup de gens qui se promenaient le long de la plage ont vu une colonne de feu qui émettait une très vive lumière, laquelle s'approchant de la ville, a explosé avec un bruit pareil à trois tirs d'artillerie et tomba défaite en fumée, sur les murailles, sans faire aucun mal.

    Ath ( Hainaut ) - Belgique ( 19 octobre 1726 )
    Dans " L'histoire de la ville de Ath " relatée par Gilles Joseph de Boussu, on fait état de phénomènes qui jetèrent la panique dans la région. "Le 19 octobre, un samedi, ils s'élevèrent sur notre horizon, vers les sept heures et demie du soir, de gros nuages de feu, poussés par le vent du midi vers le septentrion. Ils paraissaient s'entrechoquer d'une manière épouvantable et cependant sans bruit.

    Le ciel, quoique serein, paraissait tout embrasé. L'on remarquait aussi, parmi ces pelotons de feu, de grands cercles lumineux, ouverts par le bas, qui se poussaient les uns les autres, ainsi que les ondes d'une mer agitée. Vers les onze heures ces phénomènes passèrent par-dessus la ville, ce qui continua fort avant dans la nuit, jetant l'épouvante et l'admiration partout ".

    Vilvorde ( Brabant) - Belgique ( 29 octobre 1726 )
    Vers neuf heures du soir et pendant deux heures consécutives on put voir dans le ciel des météores horribles et curieux venant parmi les nuages comme des éclairs et disparaissant de même. Leur aspect était des plus terribles.

    Bologne - Italie ( 17 décembre 1728 )
    Le 17 on en a vu une autre ayant l'apparence d'une croix, suivie de l'apparition d'un jeune homme à cheval, avec un casque sur la tête, orné de plumes, ce qui a provoqué parmi le peuple une grande consternation. Le 18, dans la province de Marca, on a éprouvé un violent tremblement de terre.

    Florence - Italie ( 9 décembre 1731 )
    Un nuage lumineux, se mouvant à grande vitesse, disparaît au delà de l'horizon avant un tremblement de terre. Etranges boules lumineuses dans le ciel. Un auteur du temps, Bianchini, ajoute qu'elles faisaient entendre un ronronnement bruyant et qu'il a pu distinguer des fenêtres.

    Sheffield - Grande Bretagne ( 5 décembre 1737 )
    Vers 17 h 00 M. Thomas Short fut le témoin de "l'apparition d'un nuage rouge foncé en dessous duquel se trouvait un corps lumineux qui envoyait des faisceaux de lumière très brillante. Cela ne ressemblait en rien aux aurores boréales car des rayons lumineux se déplaçaient lentement pendant quelques temps puis s'arrêtaient. Il fit soudain si chaud que je dus enlever ma chemise bien que je me trouvais dehors.

    Toulon - France ( nuit du 23 au 24 février 1740 )
    Dans la rade de Toulon un globe de feu fut aperçu. Il plongea ensuite dans la mer d'où il remonta comme une balle qui ricoche. Parvenu à une certaine hauteur il explosa et répandit divers globes de feu dont certains tombèrent dans la mer et d'autres sur la montagne.

    Bradly, Selborne, Alresford - Grande Bretagne ( 21 septembre 1741 )
    D'après le Wernerian Natural Historical Society Transactions (vol. 5, p.386) il serait tombé entre Bradly, Selborne et Alresford sur plusieurs dizaines de kilomètres carrés "comme des toiles d'araignées sous forme de flocons ou lambeaux, d'environ 3 cm de large sur 15 à 18 cm de long".

    Apparemment cette chute se fit en quantités importantes et en deux fois. Après plusieurs heures d'accalmie, une seconde "averse" allait durer de 9 h du matin jusqu'au crépuscule. Le " All the Year Around " décrit le même phénomène mais précise que les trois localités forment un triangle de 13 km de côté et que la matière tomba à grande vitesse.

    Sussex - Grande Bretagne ( 12 décembre 1741 )
    "Vers 12 h 00 ou 13 h 00 un terrible coup de tonnerre a été entendu en direction du nord. On aurait dit deux très gros canons ayant fait feu l'un après l'autre. Mais le roulement et l'écho ne ressemblaient pas à ceux qui se produisent lors d'un tir de canon. A 30 km à la ronde, toutes les maisons furent secouées".

    Un autre témoin, chanoine à Canterbury, eut plus de chance. Le même jour, également vers 13 h 00 sa maison fut fortement secouée par ce qu'il prit pour un tremblement de terre. Mais il sortit précipitamment et vit alors "ce qui paraissait être un nuage d'orage dans le ciel et une boule de lumière qui passa très rapidement au-dessus de la région de l'est vers l'ouest. Cela avait commencé par deux grandes détonations comme des coups de canon. On aurait dit une très grande étoile filante en plein milieu du jour.

    Castel-Nuovo et Rome - Italie ( 31 août 1743 )
    Dans ses mémoires Girolamo-Giacomo Casanova, à peine âgé de 18 ans et n'ayant pas encore acquis la réputation de séducteur qu'on lui attribuera, écrit: " De Terni j'allais à Cirocoli et de là à Castel-Nuovo, d'où je me rendis à Rome où j'arrivai le premier septembre à neuf heures du matin. Je ne dois point taire ici une circonstance particulière qui plaira à plus d'un lecteur, quelque ridicule qu'elle soit au fond. Une heure après Castel-Nuovo, l'air était calme et le ciel serein, j'aperçus à ma droite et à dix pas de moi une flamme pyramidale de la hauteur d'une coudée et élevée de quatre ou cinq pieds au-dessus du niveau du terrain. Cette apparition me frappa car elle semblait m'accompagner.

    Voulant l'étudier, je cherchai à m'en rapprocher, mais plus j'allais de son côté et plus elle s'éloignait de moi. Elle s'arrêtait dès que je m'arrêtais et, lorsque la partie du chemin que je traversais se trouvait bordée d'arbres, je cessais de la voir, mais je la retrouvais dès que le bord du chemin redevenait libre. J'essayai aussi de retourner sur mes pas, mais chaque fois elle disparaissait et ne se remontrait que lorsque je me dirigeais de nouveau vers Rome. Ce singulier fanal ne me quitta que lorsque la lumière du jour eut chassé les ténèbres. J'eus la prudence de n'en rien dire à personne ".

    Westminster - Grande Bretagne ( 16 décembre 1743 )
    Mortimer Cromwell, physicien, rentrait chez lui à 20 h 40 quand il vit de St James Park une lumière vers le sud ouest. Elle se déplaça en ondulant, et il la vit pendant 30 secondes. A l'avant une flamme lumineuse projetée vers l'arrière, suivie d'un feu rougeoyant dans une capsule opaque, suivie d'une longue queue devenant de plus en plus sombre vers la fin. La tête de cet objet en forme de têtard avait un diamètre apparent d'un demi degré, la queue une longueur de trois degrés et pour l'épaisseur 1/8 de degré.

    Peibio ( pays de Galles ) - Grande Bretagne ( 1743 )
    A Peibio, près de Holyhead deux fermiers occupés aux champs aperçurent "un vaisseau avec ses voiles, volant dans les airs." L'objet venait du sud-est, soit de la direction du Mont Snowdon (Caernarvan) et se dirigeait vers les témoins. Ceux-ci ajoutent qu'une "bande d'oiseaux s'assembla pour regarder le phénomène puis se dispersa dans toutes les directions". D'après les fermiers l'objet devait peser 90 tonnes et se déplaçait à une altitude d'environ 40 m. la "navire aérien" ressemblait aux vieux paquebots qui faisaient la navette entre Holyhead et l'Irlande. Ils voyaient parfaitement le fond du "navire" quand celui-ci passait quasiment à la verticale. Le temps était assez nuageux. D'après les témoins des observations similaires avaient déjà été faites dans la région dix ou vingt ans auparavant.

    Londres - Grande Bretagne ( 27 mai 1744 )
    M. Henry Baker vit peu après 23 heures un étrange objet en forme de trompette au-dessus de Somserset House au moment où cet engin insolite laissait échapper une flamme blanche.

    Ecosse ( 23 juin 1744 )
    De deux heures avant le crépuscule jusqu'à la nuit tombée au-dessus d'une colline écossaise: "une troupe d'hommes en armes" fut observée dans les airs par 27 témoins dont un magistrat.

    Londres - Grande Bretagne ( 4 juillet 1745 )
    Le révérend George Costard vit un engin en forme de trompette vers 20 h 00 au-dessus de Stanlake Broad.

    Slavane - Norvege ( 15 avril 1752 )
    Tremblement de terre précédé par un orage virulent et une étrange étoile de forme octogonale.

    Augermannland - Suede ( 1752 )
    Avant le tremblement de terre des boules de feu raient le ciel.

    Fleet Dorset - Grande Bretagne ( 8 décembre 1753 )
    Vers 11 h 45, par une journée ensoleillée, M. Cracker vit quelque chose ressemblant à un cerf-volant d'enfant mais brillant comme de l'argent, qui passait ça et là à travers les nuages.

    Berkshire - Grande Bretagne ( 11 décembre 1753 )
    Vers 17 h 00 dans une zone s'étendant de Londres au Kent, les évolutions d'un cerf-volant furent précédées d'une détonation sourde.

    Turin - Italie ( 2 janvier 1756 )
    Un explosion ébranla le ciel de Turin, juste après le passage d'un objet volant bleu qui, durant tout son vol, projeta des flammes. Il resta visible pendant 20 minutes.

    Edimbourg - Ecosse ( 26 novembre 1757 )
    Un objet conique a survolé la ville à grande vitesse. Avant de disparaître cet Ovni libéra trois satellites en forme de disque.

    Liskeard ( Cornouailles ) - Grande Bretagne ( , 24 février 1759 )
    A 22 heures une légère secousse tel un tremblement de terre se fit sentir: c'était un mouvement vibratoire qui dura 2 ou 3 secondes. George Thompson sortit pour observer le ciel et vit des multitudes de rayons rouge sang qui convergeaient de tous les coins du ciel vers un point sombre.

    Bazas - France ( 9 juin 1759 )
    A 9 heures du soir, le curé de Captioux qui se promenait devant son église en compagnie du curé de Loubens, son frère, aperçurent une colonne de feu qui allait de l'est au sud. Elle passa derrière un bois qui leur déroba la vue. Une heure après, on vit une seconde colonne de feu qui se précipita dans la rivière, auprès du moulin. Ce même soir, on vit de la ville de Bazas, à l'extrémité de l'horizon, du côté de Langdon, un tourbillon de feu.

    Mendips ( Somerset ) - Grande Bretagne ( 10 octobre 1759 )
    Des objets ressemblant à des balles traversèrent rapidement en direction de l'Essex. L'un d'eux émettait une lumière bleuâtre et effectua une sorte de boucle avant de disparaître à l'horizon.

    Suisse ( 2 novembre 1761 )
    Avant le tremblement de terre on voit une procession de " globes immenses " survolant la Suisse.

    Bideford ( Devon ) - Grande Bretagne ( 5 décembre 1762 )
    Vers 20 h 50 une sorte de serpent en train de se tordre descendit lentement au-dessus de Bideford et resta visible durant à peine quelques minutes.

    Londres - Grande Bretagne ( 19 août 1763 )
    Obscurité plus impénétrable que celle de l'éclipse de 1748. En plein jour il fit brusquement noir comme dans un four. Le plus étonnant c'est que les ténèbres étaient tout à fait impénétrables à la lumière des chandelles ou des lanternes.

    Gévaudan - France ( 19 juin 1767 )
    La bête tuée par Jean Chastel avec une balle bénie, était très différente du loup, avec un poil rougeâtre. L'herbe ne poussa plus pendant longtemps là où le cadavre était tombé. ( Il y eut une centaine de cas authentifiés d'enfants dévorés ).

    Coupar Angus - Ecosse ( septembre 1767 )
    Une sorte de maison de feu s'approcha près du sol et causa certains dommages dans la ville. "Cela prit la forme d'une pyramide et partit brusquement vers l'avant en direction de l'Erick. Elle se précipita alors dans cette rivière à grande vitesse et disparut un peu après Blairgowrie (à plus de 7 km de là).

    Cela provoqua une émotion considérable... Lors de son passage, cet objet emporta une grande charrette et la transporta à plusieurs mètres de là, dans un champ. Un homme qui se trouvait sur la grand-route à ce moment, fut précipité en bas de son cheval et assommé; il demeura longtemps inconscient. L'objet détruisit également une maison et l'arche du nouveau pont de Blairgowrie. Après cela il disparut rapidement."

    Francfort et Leipzig - Allemagne ( septembre 1768 )
    Extrait du 6e livre de l'autobiographie de Goethe. A l'époque il avait 16 ans et se rendait à l'université de Leipzig. Le voyage était pénible sous une pluie battante et dans les côtes, les voyageurs devaient descendre pour soulager l'effort de ces cheveux. Au cours d'une de ces marches forcées, il remarqua un phénomène étonnant: "Soudain, dans un ravin à droite de la route, je vis une sorte d'amphithéâtre, merveilleusement illuminé. Dans un espace en forme de tuyau brillait un nombre incalculable de petites lumières posées comme des marches les unes sur les autres.

    Elles brillaient si fort que l'oeil en était ébloui. Mais ce qui troublait le plus dans cette vision, c'était que les lumières n'étaient pas fixes, elles sautaient de-ci, de-là, allaient de haut en bas et vice versa, dans toutes les directions. Le plus grand nombre d'entre elles pourtant restaient stables et rayonnaient.

    C'est avec la plus grande répugnance que je consentis, lorsqu'on m'appela, à m'écarter de ce spectacle que j'aurais bien désiré examiner de plus près. Le postillon, quand je l'interrogeais, déclara qu'il n'avait jamais eu connaissance d'un tel phénomène, mais qu'il y avait dans le voisinage une ancienne carrière de pierre dont l'excavation était remplie d'eau. Reste à savoir maintenant si cela était un pandémomium de farfadets, ou une assemblée de créatures lumineuses, je ne saurais décider.

    Oxford - - Grande Bretagne ( 24 octobre 1769 )
    Observation de " maisons de feu " volantes.

    Tribu Nootka.côte nord-ouest des USA ( 1778 )
    John Meares (1756-1809) était lieutenant à la Royal Navy où il s'engagea en 1771. Il fit, en tant que capitaine, trois voyages de la Chine à Nootka Sound. (...). Dans ces souvenirs de voyage il raconte une histoire d'un extraordinaire étranger venu du ciel, dont les Indiens Nootka lui parlèrent. L'étranger était habillé de cuivre, voyageait dans un canoë de cuivre et que tout ce que l'étranger possédait était fait de métal. L'étranger mit les Indiens en garde leur disant qu'il venait du ciel et qu'un jour leur nation serait détruite et tout le peuple tué. Finalement ce seraient les Nootka qui eurent raison de l'étranger en le tuant et en lui volant tous ses objets de métal.

    Château de Windsor - Grande bretagne ( 18 Octobre 1783 )
    Le 18 octobre 1783 à 9h45 le soir, sur la terrasse du Château de Windsor, 4 témoins ont observé un objet lumineux dans le ciel. Selon le rapport enregistré l'année suivante ( Transactions Philosophiques de la Société Royale ), les témoins ont observé "un nuage oblong se déplaçant plus ou moins parallèlement à l'horizon". Sous ce nuage un objet lumineux qui est devenu sphérique et brillant.

    Cette sphère étrange a semblé d'abord être bleue pâle, mais alors sa luminosité a augmenté et s'est mise en route vers l'est. Puis a changé de direction et s'est déplacé parallèlement à l'horizon avant sa disparition au sud-est. Elle éclairait n'importe quel objet au sol. Avant sa disparition l'objet changea de forme, devint oblong et au moment où une sorte de traînée apparaissait, il semble se séparer en deux corps de petites dimensions. A peine deux minutes plus tard on entendit le bruit d'une explosion.

    Le même genre de phénomène fut signalé ce soir-là à Deptford ( Wiltshire ) ainsi qu'à Hartlepool. Dessin de Thomas Sandby ( Royal Academy )

    Alençon ( Orne ) - France ( 12 juin 1790 )
    Rapport rédigé par l'inspecteur de police Liabeuf: " A cinq heures du matin, quelques paysans observèrent un énorme globe qui semblait être entouré de flammes. D'abord ils pensèrent qu'il s'agissait d'une montgolfière en feu, mais sa grande vitesse et le sifflement qu'il émettait les intriguèrent fortement. Le globe descendit doucement, tourna et finit par s'écraser au sommet d'une colline en déracinant la végétation qui croissait sur ses flancs. La chaleur dégagée par l'objet était si grande que l'herbe et les arbustes s'enflammèrent peu après. Les paysans arrivèrent à circonscrire le feu qui autrement se serait étendu à toute la région.

    Le soir, le globe était encore chaud et il se passa alors une chose extraordinaire, à peine croyable. Les témoins de cet événement sont deux maires, un médecin, et trois autres personnalités locales qui confirment mon rapport, sans mentionner les douzaines de paysans qui étaient également présents. La sphère, qui était assez grande pour contenir tout un équipage, était intacte après le vol qu'elle venait d'effectuer.

    Elle éveilla lentement la curiosité des gens qu'une foule vient de toutes les directions pour la voir. Alors, brusquement, une porte s'ouvrit et il en sortit une personne, juste comme nous, mais habillée d'une étrange façon avec des vêtements qui lui collaient au corps; voyant cette foule, cette personne murmura quelques paroles incompréhensibles et s'enfuit dans les bois. Les paysans reculèrent instinctivement, effrayés, et ils se sauvèrent.

    Peu après la sphère explosa silencieusement en envoyant des débris dans toutes les directions; ces débris se consumèrent jusqu'à ce qu'ils soient réduits en poudre. Des recherches furent entreprises pour retrouver le mystérieux homme mais il semblait s'être volatilisé dans l'air et jusqu'à présent on n'a pas découvert la moindre trace de lui. "

    Chine ( 27 janvier 1795 )
    D
    ans le ciel du sud-est une grosse étoile de la grandeur d'un boisseau surgit soudainement. Scintillante elle descendit et monta pour redescendre et remonter trois fois de suite. Une autre étoile répéta le même mouvement et enfin tomba avant de s'écraser dans un village.

    Alnwick - Grande Bretagne ( 10 septembre 1798 )
    Vers 20 h 40 un objet cylindrique ressemblant à un pilon d'apothicaire sort subitement d'un nuage. Un des témoins ajoute qu'il sembla se ramifier et puis se fendre en deux demi-lunes avec des rayons lumineux. Cet étrange objet disparut après 5 minutes d'observation.

    Hereford - Grande Bretagne ( 12 novembre 1799 )
    Un grand pilier rouge survola Hereford du nord au sud.

    Sibérie( fin du XIIIe siècle )
    En Sibérie existaient des hommes noirs qui se déplaçaient en volant sur des plats d'argent qui laissaient derrière eux de longs sillages de feu.

    Russie ( fin du XIIIe siècle )
    Les habitants d'un gros village de la région du Don eurent un jour la surprise de trouver, à 2 km de chez eux, une boule de métal de 3 mètres de diamètre. Toute la population vint admirer ce drôle d'objet en se demandant ce qu'il pouvait être et d'où il venait. Il n'était certainement pas arrivé par la route car on ne voyait ni sur le chemin, ni dans les champs, aucune trace de roues. S'il était tombé du ciel, ou s'il avait été vomi par l'enfer, on aurait dû voir un trou ou.. Mais rien, il n'y avait rien d'anormal. La surface de la boule grise était aussi lisse qu'une bille. Pas si lisse que cela car des cercles, très réguliers, comme si un compas les avait tracés, et de diverses grandeurs, y étaient gravés.

    Les villageois essayèrent de pousser la chose, de la faire rouler sur elle-même. Efforts inutiles: elle ne bougea pas d'un millimètre. (...) A l'arrivée de Pouchkine, cosaque de fort mauvaise réputation mais malgré tous ses défauts très courageux, les villageois l'informèrent tout de suite de la présence de l'objet mystérieux. (...) Tirant son sabre, il se rua à cheval sur elle en jurant et en la défiant de lui résister. (...) ...

    les spectateurs sont prêts à rentrer chez eux. Mais voilà qu'ils se mettent à hurler de peur: un cercle de la boule s'est fendu en laissant apparaître un œil, un œil rond de cyclope qui regarde fixement son assaillant, qui, lui, ricane en continuant à frapper, qui frappe si fort que son sabre se fend (...) Les paysans fuient. Quelques-uns se cachent derrière les arbres. Et que voient-ils? Ils voient Pouchkine et sa monture qui deviennent transparents avant de s'évanouir définitivement dans l'air.

    Pourtant ils entendent encore ses malédictions (...) Deux jours après cette grande bagarre, cavalier et cheval, titubant comme des gens qui ont trop bu, faisaient leur entrée sur la place (...) Il se mettait à hurler qu'il allait de ce pas mettre le feu au petit bois et que l'horrible chose rôtirait avec tout ce qui l'entourait. Alors tout le monde courut à ses trousses pour assister au spectacle, mais n'assista qu'à sa triste déconvenue: la boule n'était plus là.

    Bâton Rouge ( Louisiane ) USA ( 5 avril 1800 )
    Un corps brillant d'une trentaine de mètres reste suspendu au-dessus de la ville avant de disparaître dans un bruit énorme.

    Hull - Angleterre ( 20 juin1801 )
    Une sphère lumineuse de la taille de la pleine Lune, traversée d'une barre sombre, se décompose en cinq corps brillants.

    Ornans ( Evilliers ) - France ( 1803 )
    Deux globes lumineux faisant partir les rayons du soleil, apparurent au-dessus d'un arbre à Pierre Mille, à ses trois filles ainsi qu'à un vannier du pays.



    Middleton Cheney ( Northans ) - Grande Bretagne ( 22 décembre 1807 )
    La localité a été survolée par un objet en forme de fusée se déplaçant à une altitude d'une trentaine de mètres. L'OVNI volait horizontalement du nord-est vers le sud-ouest, comme un oiseau et disparut avant d'arriver à une colline.

    Torre Pelice - Italie ( 18 avril 1808 )
    Un certain Simondi, secrétaire du juge de paix de ce village, était réveillé par un fort bourdonnement. C'est alors qu'il vit un disque lumineux s'élever au sol à grande vitesse.

    Skeninge - Suede ( 16 mai 1808 )
    M. Acharius a observé à 16 heures, un phénomène extraordinaire. Le soleil devint rouge brique. Au même moment apparut, venant de l'horizon occidental, un grand nombre de corps ronds, brun sombre et de la taille apparente d'un rebord de chapeau, qui passèrent dans le ciel et disparurent vers l'orient. Procession fantastique qui dura près de deux heures. Parfois l'un des corps tombait au sol. Au lieu de chute on trouvait une pellicule qui séchait aussitôt et disparaissait. Souvent, en s'approchant du soleil, ces corps semblaient se rapprocher entre eux, en groupes ne dépassant pas huit unités et on voyait alors des queues de 5 à 8 m de long. Eloignés du soleil, leur queue redevenait invisible. Leur substance fut décrite comme savonneuse et gélatineuse.

    Italie, Suisse et France ( 12 octobre 1808 )
    Un dôme phosphorescent apparaît au-dessus de Naples. Des disques lumineux survolent Pinerolo en Italie. A la même époque on signale des objets lumineux et des bruits étranges dans le ciel des Alpes suisses et de la Tour d'Auvergne ( Puy-de-Dôme ).

    Hatton Garden ( Londres ) - Grande bretagne ( 10 août 1809 )
    Observation de sir John Staveley: " Je vis de nombreux météores près du coin d'un nuage noir duquel des lumières sortaient. C'étaient comme des taches de lumière éblouissante dansant et passant à travers le nuage. L'une d'elles augmenta de dimensions jusqu'à ce qu'elle atteignit la brillance et la grandeur de Vénus lors d'une soirée claire. Mais je ne pouvais voir aucun corps dans la lumière.

    Cela se déplaça avec une grande rapidité et côtoyait le coin du nuage. Alors cela devint stationnaire, perdit de son éclat et disparut. Je vis ces étranges lumières pendant des minutes, non des secondes. Pendant près d'une heure ces lueurs, aussi étrange que ce fut et en d'innombrables points, sortaient et rentraient dans ce nuage sombre. Aucune lumière ne venait des nuages là où ces lueurs s'amusaient. Au moment où ces météores augmentaient de dimensions, on aurait dit qu'ils descendaient vers le sol. "

    •  

    Genève et Paris - Suisse et France ( 11 mai 1811 )
    On aperçoit à 08 h 35, au nord-ouest une lumière précédée d'un sifflement. Il s'agit d'abord d'un serpent de feu puis la forme change, devient un rectangle (fer à cheval) et enfin on peut voir deux lumières aux extrémités d'une ligne incurvée. Le 11 mai 1811, à 8h35, à Genève, de nombreuses personnes dont des membres de la faculté des sciences, ont soudain vu un flash de lumière dans le nord-est. Ce flash prit ensuite la forme d'un fer à cheval.. Il s'avançait vers l'est et semblait être deux fois aussi haut que les montagnes du Jura. Un témoin qui l'examina au télescope affirma que ce trait lumineux était composé de plusieurs parties séparées.

     


    Entre Manosque et Villeneuve d'Apert - France ( 20 mars1812 )
    Le jour du tremblement de terre de Marseille, accompagnés de phénomènes si effrayants que les 7 voyageurs qui étaient dans la voiture de Digne ont préféré s'arrêter à la mauvaise auberge des Quatre-Tours plutôt que de venir coucher à Manosque. Aux approches de la voiture, ce ballon lumineux qui voltigeait sur le chemin s'est divisé en 4 feux, et alors la vue des voyageurs s'est tellement troublée qu'ils ont cru voir danser autour d'eux quatre hommes enfermés chacun dans une lanterne.

    Angoulême ( Charente ) - France ( 13 juin 1819 )
    Le 13 juin, à 6 h du matin, rapporte Le Journal de la Charente du 19 juin 1819, "on a vu tout à coup dans l'atmosphère un météore. Il avait la forme d'une "fusée", sa longueur semblait d'environ 1200 toises et il s'inclinait vers la terre. Il jetait dans l'air un éclat extrêmement vif. Une toise vaut 1 m 95 : 1200 toises représentent donc 2340 mètres environ ! Si un véritable météore de cette taille avait été aperçu, c'est qu'il aurait été dans notre atmosphère, donc trop près du sol pour échapper à l'attraction terrestre. Il serait tombé en provoquant un formidable séisme qui ne serait pas passé inaperçu ! (Jimmy GUIEU :"Les S.V. viennent d'un autre Monde" Fleuve Noir 1954 - Réédition Omnium Littéraire 1972 p. 235)

    Amherst ( Massachusetts ) - USA ( 13 août 1819 )
    Le professeur Dewey, communiquant le rapport du professeur Graves, ancien conférencier au Collège de Dartmouth, raconte qu'au son d'une explosion, une vive lumière se répandit sur la ville d'Amherst, illuminant l'un des murs de la pièce où lui-même se trouvait en compagnie de sa famille. Le lendemain, dans la cour de devant du professeur Dewey, sur l'emplacement même d'où semblait provenir l'étrange lumière, on découvrit "un objet mystérieux recouvert d'un duvet jaune vif, comme on en trouve dans les fabriques de drap".

    Le duvet écarté, apparut une substance pulpeuse de couleur jaune chamois qui, dégageant une odeur très nauséabonde, tourna au rouge vif par le simple contact de l'air. Il se liquéfia au bout de quelques minutes en devenant rouge sang.

    Embrun ( Hautes Alpes ) - France ( 7 septembre 1820 )
    Une formation de disques survole la ville d'Embrun pendant une éclipse de Lune. Ces objets pivotent à 90° avant de disparaître. Rapport établi par l'astronome Arago. De curieuses formations uniformes arrivent en ligne droite au-dessus d'Embrun opèrent un mouvement tournant de 90° et s'éloignent en un ordre parfait. Charles de Maingot, notable, écrit que les " véhicules " ressemblent à des cloches. ( Moustique n° 1508 du 19.12.1954 )

    Massachussetts - USA ( 1820 )
    William Denton prétendit avoir eu des contacts avec des habitants de Vénus. Ceux-ci voyageaient dans une machine en forme de soucoupe construite en aluminium. Ils employèrent un langage télépathique pour communiquer avec Denton.

    Honolulu ( Hawai ) USA ( 12août 1825 )
    Extrait de l'UFO Investigator, la revue du National Investigation Committee on Aerial Phenomena, de Washington. Il nous apprend que dans "The Diary of Andrew Boxam", publié en 1925 par le Musée Bernice P. Bishop de Honolulu, on trouve le passage suivant : "Ce matin vers 3 h 30 (le 12 août 1825) la bordée de quart sur le pont a été ahurie de voir que tout autour d'eux était soudain illuminé.

    Tournant les yeux vers l'est, ils ont aperçu un grand corps rond, lumineux, s'élevant à environ 7 degrés de l'eau jusqu'aux nuages, pour retomber hors de vue, et une deuxième fois s'élever et retomber. C'était de la couleur d'un boulet de canon rougi à blanc et semblait de la taille du soleil. Il répandait une si vive lumière qu'une épingle aurait pu être ramassée sur le pont."

    Sarrebruck - France ( 1 avril 1826 )
    Un objet gris en forme de torpille approche de la Terre à grande vitesse.

    Migne-Auxances ( Poitou ) - France ( 1826 )
    Une croix lumineuse de 80 pieds a été vue par 3000 personnes dont 200 ont fourni un témoignage.

    Forfar ( Angus ) - Ecosse ( 23 juillet 1830 )
    Le révérend Alexander Espline voyageait d'Auchtermuchty à Letham quand il remarqua une lueur particulière comme suspendue dans les airs au-dessus de Whinny Park, la résidence d'un nommé James Millie.

    S'approchant du Park M. Espline vit deux lumières, une plus petite et plus brillante que l'autre d'une teinte de plomb, pâle comme la mort. Soudain, la plus petite de ces sphères émit un rayon lumineux d'une extrême brillance, bientôt suivie par une série de flashes des deux objets à la fois. Effrayé par ce phénomène il s'enfuit. Deux jours plus tard on retrouvait le corps de James Millie qui avait été assassiné et enfoui à l'endroit où les lueurs avaient été aperçues.

    Kourianof - Russie ( Mars 1832 )
    On découvrit une substance jaune, résineuse, mais s'étirant comme du coton. Il en tomba dans une zone d'environ 600 m² et cela jusqu'à une épaisseur de 5 cm. Cette substance était combustible. Dans l'eau elle prenait une couleur ambre et devenait élastique comme du caoutchouc naturel. L'odeur était celle d'huile et de cire.

    La Haye - Pays-Bas ( 10 novembre 1832 )
    Y. Berghelen aperçoit "un disque rond de deux mètres de diamètre, sauter d'un bord du canal à l'autre. En se déplaçant il émet un bruit sourd.

    Bruneck ( Tyrol ) - Autriche ( 14 novembre 1832 )
    Un nuage blanc brillamment éclairé apparaissait dans le ciel. Vers 6 h 00 il y eut d'abord un puissant faisceau lumineux dans la nuit. Cette lumière se rassembla ensuite en une forme ovoïde qui resta stationnaire pendant plus d'un quart d'heure.

    Niagara Falls - USA ( 13 novembre 1833 )
    Un large corps lumineux, presque stationnaire par moments, en forme de table carrée.

    Mexique et Océan atlantique ( 13 novembre 1833 )
    A partir de 2 heures du matin environ, dans un ciel sans nuages, commence une véritable pluie de boules de feu. De très nombreux témoins remarquent que, parmi les raies fulgurantes, il y a des corps lumineux restant longtemps visibles et presque stationnaires.

    Divers témoins recueillent au sol une substance gélatineuse blanchâtre qui se sublime rapidement. Phénomène principalement visible dans un quadrilatère délimité d'une part par le 61° degré de longitude ( océan Atlantique ) et le 100° degré de longitude ( Mexique central ) et, d'autre part, par les Grands Lacs de la Jamaïque.

    Cologne - Allemagne ( 1834 )
    Vers sept heures du soir on vit un bolide qui apparut au nord-est et se dirigeant vers le nord avec une certaine rapidité parallèlement à l'horizon. Il disparut soudainement pour réapparaître deux secondes après et pour se scinder en deux parties.

    Szeged - Hongrie ( 1836 )
    Des lumières sphériques et l'apparition de ce que les habitants décrivirent comme une dame en blanc créèrent un beau tumulte dans une partie de la ville.

    Cherbourg - France ( 12 janvier 1836 )
    Un corps lumineux représentant les deux tiers de la Lune sembla pivoter comme sur un axe: il portait en son centre une cavité sombre.

    Tirgu-Néamt et Dorohoi - Roumanie ( nuit du 29-30 août 1837 )
    Au cours de cette nuit un météore a été vu ou un phénomène physique. Une sphère lumineuse d'environ trois mètres de diamètre voyage dans le ciel. A l'aube, le météore est descendu et tout le champ s'est mis à briller d'une lumière rougeâtre très vive.

    Londres - Grande Bretagne ( novembre 1837 )
    Un homme volant, portant quelque chose sur son dos et faisant des bonds formidables, volant au-dessus de ceux qui voulaient l'attraper. L'amiral Codrington offrit une récompense pour sa capture.

    Londres - Grande Bretagne ( 18 février 1838 )
    Miss Scales passant dans l'allée du Dragon Vert, mal éclairé, près d'un cabaret, vit une haute silhouette se cacher dans l'ombre. Elle hésita et attendit sa soeur qui était restée en arrière. Sa soeur le décrivit ainsi "grand, mince, distingué" !! Il avait rejeté sa cape sur le côté et braqué une lanterne sur la jeune fille suffoquée. Elle n'eut pas le temps de pousser un cri, l'étrange flamme bleue lui cacha au visage et elle fut profondément évanouie. Là-dessus Jack se retira calmement.

    Londres - Grande Bretagne ( 20 février 1838 )
    Un être étrange qui semble être revêtu de ce qu'on appellerait aujourd'hui une combinaison spatiale, effraye les Londoniens. Parfois il était lumineux et pouvait sauter très haut. Baptisé "Spring Heel Jack" ce personnage a des aventures qui ne sont pas sans rappeler fortement des faits beaucoup plus modernes.

    Le 20 février Mlle Jane Alsop, âgée de 18 ans, rencontrait le "monstre" à Bear Bine Cottage, là où elle vivait dans le petit village d'Old Ford, près de Bow. Ayant entendu frapper violemment à la porte d'entrée, elle sortit et vit la plus hideuse des apparitions: un personnage vêtu de vêtements collants au corps et étincelants, une lampe rayonnant au milieu de sa poitrine et avec des yeux ressemblant à des boules rouges de feu.

    Elle se mit à crier de toutes ses forces. Spring Heel Jack saisit alors son bras dans une main métallique avec des doigts comme des griffes et envoya des boules de feu dans la figure de la jeune fille. Cette dernière tomba bientôt inconsciente et elle eut encore le temps de voir ce triste sire s'envoler dans les airs.

    Liverpool - Grande Bretagne ( 6 juillet 1838 )
    Dans la nuit l'inspecteur Hemer de la police de Liverpool patrouillait le long des limites de Teth Park. Soudain il aperçut une grande sphère de feu qui stationnait à quelque hauteur au-dessus d'un champ voisin. L'objet resta stationnaire pendant deux minutes. C'est alors qu'il émit des étincelles brillantes et qu'il s'éleva rapidement dans le ciel pour disparaître.

    Inde ( 1838 )
    Un disque prolongé d'une sorte de crochet, gros comme la lune mais plus étincelant: on en trace un diagramme.

    Orenbourg - URSS ( 1842 )
    De petits objets métalliques parfaitement hexagonaux sont tombés du ciel après qu'un nuage étrange ait été vu comme suspendu sur la ville un très grand laps de temps.

    Clavaux ( Isère ) - France ( 1842 )
    Deux fillettes virent des pierres tomber autour d'elles. Les pierres tombaient avec une lenteur étrange. Les enfants coururent à la maison familiale et revinrent sur place avec leurs parents. Les pierres tombaient encore, toujours avec la même lenteur étonnante. Puis, une sorte de courant ascendant – un tourbillon – aspira les deux fillettes qui furent soulevées mais leur parents purent grâce à la rapidité de leurs réflexes, les retenir à la dernière seconde pour les empêcher d'être emportées Dieu sait où. Les parents n'ont pas été concernés par le phénomène d'aspiration.

    Meditérranée ( 18 juin 1845 )
    On vit trois corps lumineux sortir de l'océan à quarante mètres du "Victoria", brigantin britannique à 1300 km d'Adalie (Asie Mineure) et rester visibles dix minutes durant. Le navire se trouvait par 36°40'56" de latitude nord et de 13°44'36" de longitude est. Le professeur Baden Powell a publié une lettre d'un correspondant du mont Liban qui décrit le même phénomène prodige mais ne cite que deux corps lumineux, cinq fois plus gros que la Lune et dotés d'appendices en forme de voiles ressemblant "à de grands drapeaux gonflés par la brise". Ils furent visibles une heure.

    Les appendices ne ressemblaient pas à des traînes de météores, car leur lueur semblait provenir des corps eux-mêmes. A Adalie à 1300 km du Victoria et au même moment, le rév. F. Hawlett cité par le professeur Baden-Powell, assista au spectacle dont il évalua la durée à une demi-heure. Le phénomène fut également signalé de Syrie et de Malte, sous la forme de "deux corps étroitement liés."

    La Sallette ( Isère ) - France ( 1846 )
    Avant de pouvoir distinguer la silhouette d'une dame lumineuse, ce fut d'abord une lueur au fond du vallon qui attira l'attention de Mélanie Calvet et de Maximin Guiraud. S'étant rapprochés ils virent une sorte de globe très brillant qui s'ouvrit pour laisser apercevoir la dame. " Nous avons vu une clarté s'ouvrir, et dedans, la Dame ".

    Zheijang - Chine ( 2 juin 1846 )
    A midi je suis sorti de ma maison et j'ai vu dans le ciel une grosse boule de feu, plus volumineuse qu'une cuvette. Elle volait du sud au nord, suivie d'un faisceau de lumières multicolore. Une autre colonne de lumière blanche poursuivait le faisceau. Le faisceau et la colonne avaient la même longueur. Lorsque la boule flamboyante passa au-dessus de ma tête, se fit entendre un bruit pareil au grondement du tonnerre.

    Lovel ( Massachusetts) - USA ( 26 octobre (1846 )
    Un disque lumineux se meut au-dessus de Lovel. Il fait choir une masse gélatineuse et puante. Elle pesait 55 kilos et mesurait 122 cm de diamètre.

    Gais - Suisse ( 8 août 1849 )
    A trois heures, sir Robert Inglis vit des milliers d'objets brillants, ressemblant à des flocons de neige dans un ciel sans nuages. Mais bien que ce déploiement n'ait duré que 25 minutes, aucun des flocons ne tomba au sol. Le domestique d'Inglis crut voir que certains d'entre eux possédaient des espèces d'ailes.

      

    Au cours de la même communication sir John Herschel rappela qu'en 1845 ou 1846 son attention avait été attirée par des objets de taille considérable traversant les airs. Au télescope il les identifia à des masses de foin de deux mètres de diamètre, mais, bien que seule une trombe ait pu les soulever, il remarqua que l'air était tout à fait calme. (Charles FORT: "Le livre des damnés" - éd. Eric Losfeld 1967, p. 173, 174) Des milliers d'objets lumineux sont observés par l'astronome Inglis par ciel clair.

      

    Certains semblent avoir des ailes ou un halo lumineux. (Desmond Leslie et Georges Adamski: "Les S. V. ont atterri" - J'ai Lu 1971, p. 36) Sir Robert Inglis vit à 15 heures des milliers d'objets brillants ressemblant à des flocons de neige dans un ciel sans nuage. Le phénomène dura 25 minutes. (Christiane PIENS: "Les Ovni du passé" - Marabout 1977 - p.87)

    En 1849, le 8 août à 15 heures, l'astronome Inglis, de Gais, voit des milliers de disques lumineux traverser un ciel clair, sans arrêt durant vingt-cinq minutes. Certains avaient des sortes d'ailes ou un éclat en forme de couronne. Son domestique les voit entourés d'un anneau ou d'un halo lumineux.


    Poitou - France ( 1850 )
    Un soir, près de la plage de la rivière Egray un groupe de femmes avait bavardé jusque vers minuit et s'en retournaient au village. Elles venaient juste de traverser un pont quand il y eut un bruit terrible et qu'elles virent "un chariot aux roues grinçantes grimpant la colline à une étonnante rapidité, tiré par des farfadets". Il bondit par dessus la colline et disparut.

    Pin It

    votre commentaire
  • « L’étoffe des héros »…Quand les héros nous parlent des ovnis…

     

    Il est le troisième Américain à avoir été dans l'espace et le troisième astronaute à avoir effectué le tour de la Terre. Il a ensuite été sénateur de l'Ohio de 1974 à 1999.

     

    Son nom : John Herschel Glenn Jr, plus connu sous le nom de John Glenn…



     

     

    Carrière militaire

    Engagé dans l'US Marine Corps en 1942, il pilota des Corsairs durant les campagnes du Pacifique à partir de 1944.

     

    Durant la guerre de Corée, il abattit au total 3 Mig avec un F-86 Sabre.

     

    Devenu pilote d'essai, il accomplit le 16 juillet 1957 le premier vol supersonique transcontinental de la Californie à New York à bord d'un Vought F8U "Crusader".

     

    Il était par ailleurs franc-maçon. 

     

    Carrière dans la NASA 

    J. Glenn en 1962, durant le programme Mercury Rejoignant la NASA en 1959, il fit partie du premier groupe d'Américains à être astronautes au sein du programme Mercury.

    Le programme Mercury est le premier programme spatial américain à avoir réussi à envoyer un homme dans l'espace. Il a commencé en 1959 pour s'achever en 1963.

     

    Astronautes du programme Mercury :

    Alan B. Shepard, Jr.

    Virgil Grissom

    John H. Glenn. Jr.

    Scott Carpenter

    Walter M. Schirra, Jr.

    L. Gordon Cooper, Jr.

    Donald K. « Deke » Slayton

     

    Il pilota la première mission orbitale des États-Unis à bord de Friendship 7 le 20 février 1962. Après avoir complété 3 orbites, il amerrit au bout de 4 heures, 55 minutes et 23 secondes de vol.

     

    Devenu un héros national, il devient un ami personnel de la famille Kennedy.

     

    Il quitta le corps des astronautes le 30 janvier 1964.

     

    Son deuxième et dernier vol dans l'espace eut lieu le 29 octobre 1998 à bord de la navette spatiale Discovery pour étudier les conséquences d'un séjour spatial sur un corps âgé, plus exactement à étudier les similitudes des effets du vieillissement et de la microgravité sur l'organisme. Cette mission dura 8 jours, 21 heures, 44 minutes et 56 secondes. À 77 ans, il devient ainsi l'astronaute le plus âgé jusqu'à présent.

     

     

     Carrière politique

    Après être rentré dans le monde des affaires en 1964, John Glenn se lanca dans la politique sous les couleurs du parti démocrate et devient sénateur de l'Ohio de 1974 à 1999.

     

     

     John Glenn raconte...

     

    "Ils ont commencé à verrouiller l'écoutille. C'est à ce moment que les choses vous reviennent à l'esprit. Jusque là, il y avait des gens qui pénétraient dans la capsule et qui s'activaient autour de vous et on ne pouvait pas vraiment avoir l'impression d'être seul. Et puis ils commencent à vous frapper sur l'épaule, à vous lancer des clins d'œil, à vous serrer la main et à vous faire de grands signes d'adieu : et alors tout a vraiment changé."

     

    Qui n’a pas vu « L'Étoffe des héros » : un film qui relate l'épopée du programme Mercury ne peut se rendre compte du sérieux et du courage des ces hommes du début de la conquête spatiale, mais ceux qui ont vu ce film se souviennent tres certaienement de John Glenn, (Ed Harris) avec un sans froid à toute épreuve, tout comme les 7 astronautes de ces missions d’ailleurs.

     

    Que nous dit John Glenn sur la NASA et le phénomène ovni voila un avis qui est plus qu’interessant venant d’un tel homme n’est ce pas ?

     

    Alors voici ce qu’il nous en dit, au cours d'un show télévisé sur la chaîne américaine NBC, le mardi 6 mars 2001 :

     

    ” En ces jours glorieux, j'étais très mal à l'aise lorsque l'on nous demandait de dire des choses que nous ne voulions pas et d'en démentir d'autres.

     

    Certaines personnes nous demandaient, vous savez, étiez-vous seuls là haut ?

     

    Nous n'avons jamais répondu la vérité, et cependant nous avons vu des choses là bas, des choses étranges, mais nous savons ce que nous avons vu là haut.

     

    Et nous ne pouvions réllement rien dire.

     

    Nos supérieurs avaient vraiment très peur de cela, ils avaient peur d'un truc du genre de la guerre des mondes, et de la panique générale dans les rues.

     

    Donc, nous devions rester silencieux.

     

    Et maintenant nous voyons ces choses seulement dans nos cauchemars ou peut-être dans des films, et certaines sont très proches de la vérité “.

     

    Voila pour ce grand Monsieur qu’est John Glenn, mais que nous disent les autres héros de cette fantastique équipe du programme Mercury , ces gars qui avaient l’étoffe des héros ?

     

    Alan B. Shepard, Jr.

    Virgil Grissom

    John H. Glenn. Jr.

     

    Scott Carpenter : "A aucun moment, alors qu'ils étaient dans l'espace, les astronautes n'étaient seuls : ils étaient surveillés en permanence par les OVNI."

    Walter M. Schirra, Jr.

     

    L. Gordon Cooper, Jr. : Pendant plusieurs jours d'affilés nous avons observé des engins métalliques en forme de soucoupes, à de très hautes altitudes au-dessus de la base, et nous avons essayé de nous approcher d'eux, mais ils étaient capables de changer de directions beaucoup plus rapidement que nos chasseurs.

     

    Je crois vraiment que les OVNI existent et que les véritables cas inexpliqués proviennent d'une autre civilisation technologiquement avancée.

    Au vue de mon expérience aéronautique et spatiale, je pense avoir une idée assez précise de ce que tout le monde sur cette planète, a sur les capacités de leurs performances, et je suis sûr qu'au moins quelques uns de ces OVNI ne viennent pas de la Terre.

     

    En 1985 il fit une déclaration solennelle aux Nations Unies :

    Voir ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Gordon_Cooper

     

     

    Donald K. « Deke » Slayton : "J'effectuais un vol d'essais sur un chasseur P-51 à Minneapolis quand j'ai repéré cet objet. Il était environ à 10 000 pieds en ce bel après-midi ensoleillé. J'ai pensé que c'était un cerf-volant, puis j'ai réalisé qu'aucun cerf-volant ne pourrait voler aussi haut.

     

    Comme je me rapprochait, cela ressemblait à un ballon sonde, gris et d'un diamètre d'environ 1 mètre. Mais aussitôt que je me plaçais derrière cette sacré chose, cela ne ressemblait plus à un ballon. Cela ressemblait à une soucoupe, un disque.

     

    Au même instant, je pris conscience qu'il s'éloignait de moi tout d'un coup - et j'étais là, volant à plus de 500 km/h. Je l'ai poursuivi pendant quelques instants et puis subitement cette fichue chose a simplement 'décollé'. Elle a grimpé avec un angle de 45° en virant et en accélérant et a tout bonnement disparu.

     

    Deux jours plus tard, je prenais une bière avec mon commandant, et je me suis dit, ' bon sang, je devrais lui en parler'. Je l'ai fait et il m'a dit d'aller aux renseignements et de leur faire un rapport. Je l'ai fait, et je n'en ai plus jamais entendu parlé."

     

    Alors peut on croire ou penser raisonnablement que les ovnis existent ?

    A vous de juger…

      

      

      

      

      

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    DOSSIER N°3

    Phénomène ovni

     

    ILS SAVENT !

     

     

     

    QUELQUES REFLEXIONS SUR LES

    LES MILITAIRES, LES SCIENTIFIQUES, ET LES POLITIQUES

    QUI SAVENT LA VERITE AU SUJET DES OVNIS.

     

    Pourquoi nous cache-t-on la vérité au sujet des ovnis, et

    pourquoi nous heurtons-nous toujours aux démentis officiels ?

    Le titre de ce dossier peut paraître à la fois énigmatique et accrocheur,

    mais il tente de faire le point sur une situation de fait qu’il est désormais

    possible de prouver, et dont les implications restent insoupçonnées

    par la majorité de nos contemporains.

     

     

      ILS SAVENT !

     

    Ils savent, est non seulement une exclamation, mais c’est aussi une affirmation qui repose sur quatre propositions que nous allons analyser dans ce dossier. En guise d’introduction, et pour illustrer notre sujet, nous allons revenir sur une affaire étonnante qui s’est déroulée au mois de juillet 2008 et qui a fait grand bruit dans la presse internationale. Il s’agit des déclarations explosives de l’ancien astronaute Edgar Mitchell au sujet des ovnis.

     

     

     

     

     Edgar Mitchell et la fin du secret.

    « Le fait que le gouvernement américain dissimule des informations concernant les ovnis suggère qu’il existe sûrement un profond secret lié à ce phénomène » - Gildas Bourdais, interview sur la Radio Ici & maintenant, août 2008.

     

    Une émission de radio historique. Le 24 juillet 2008, l‘astronaute Edgar Mitchell est intervenu en direct sur la station britannique Kerrang Radio (radio de Birmingham en Grande-Bretagne). Interrogé par Nick Margerrison, Mitchell avait été invité pour retracer l’aventure de la mission Apollo14 qui s’était déroulée le 31 janvier 1971. Lors de cette mission, Mitchell pilotait le LEM et devint le sixième homme à marcher sur la Lune. Cependant , après quelques minutes, l’émission prit une tournure inattendue. Sans que l’animateur en soit averti, Edger Mitchell se lança dans une digression surprenante et laissa entendre que les ovnis étaient biens réels, qu’ils faisaient l’objet d’une couverture (cover up) de la part du gouvernement américain depuis 60 ans, et que des représentants humains étaient en contact avec des extraterrestres. Vous imaginez la tête du présentateur !

     

     

     

    Document 1 : l’astronaute Edgar Mitchell sur la Lune.

     

     

     

    Contacts avec les « aliens ». Mitchell, qui a ses entrées dans les cercles du renseignement militaire, prétend que ces milieux fermés parlent d’un contact établi avec les « aliens ». Il a aussi confirmé la réalité du crash de Roswell. Bien qu’il ne soit pas en mesure de dire si la divulgation de ces informations concernant les ovnis aura lieu cette année (en 2008), il constate que le public est relativement bien disposé à accepter la vérité sur ce sujet. Il dit aussi que tous les ovnis ne sont pas d’origine extraterrestre et que certains sont même fabriqués sur notre planète par des ingénieurs humains (transfert de technologie). Les « aliens » avec lesquels nous sommes en contact, dit-il, sont des êtres de petite taille qui n’ont pas d’intentions hostiles à notre égard. D’autres astronautes, qui ont participés à des programmes lunaires, sont également informés de ces faits. Enfin Mitchell a précisé qu’il n’était pas inquiet pour sa sécurité personnelle.

     

     

    Nick Pope impressionné. La réaction de Nick Pope (Ancien Executive Officer au ministère de la défense Anglais) est très intéressante. Il est en effet intervenu par téléphone peu après l’émission et a déclaré que « les révélations de Mitchell devraient faire la Une de tous les journaux dès demain ». Nick Pope a été très impressionné d’entendre Mitchell faire ces déclarations, car d’après lui : « il en faut beaucoup pour le faire sortir de sa réserve ». Selon Nick Pope, « c’est un grand pas en faveur de la divulgation de certaines informations au sujet des ovnis ».

     

     

    Une carrière exemplaire. Les révélations de Mitchell sur la radio anglaise ont fait rapidement le tour du monde (mais elles ont été peu relayées en France). Ces informations ont d’autant plus de poids qu’elles proviennent d’un héros de la conquête spatiale. Rappelons que Mitchell est licencié en Science de la Gestion Industrielle de l’université de Carnegie Mellon, qu’il possède une licence en Science de la Naval Postgraduate School et un doctorat en Sciences de l’Aéronautique et de l’Astronautique au MIT (Massachusetts Institute of Technology). En outre, il a reçu des doctorats honorifiques en ingénierie de l’université d’Etat du Nouveau Mexique, de l’université d’Akron, de l’université de Carnegie Mellon et un diplôme en Sciences de l’université d’Embry-Riddle. Le Dr. Mitchell a aussi reçu de nombreuses récompenses et honneurs comprenant la médaille présidentielle de la liberté, la médaille de l’US Navy, et trois Group Achievement Awards de la Nasa. Il est entré au Space Hall of Fame en 1979 et à l’Astronauts Hall of Fame en 1998. Après sa retraite de l’US Navy en 1972, le Dr. Mitchell a fondé l’Institut des Sciences Noétiques pour soutenir la recherche sur la nature de la conscience. En 1984, il a été co-fondateur de l’association des explorateurs de l’espace, une organisation internationale qui regroupe des hommes et des femmes qui ont effectué un voyage dans l’espace.

     

     

     

    Document 2 : Edgar Mitchell est considéré comme un héros dans son pays.

     

     

     

    Le silence de la Nasa et des militaires. Les idées du Dr. Mitchell, peuvent se résumer ainsi : l’ancien astronaute est persuadé qu’un groupe secret, ce qu’il appelle « les gens de l’intérieur » (ce que nous appelons la « cellule spéciale » dans ce dossier), dont les membres (inconnus du public) appartiennent à des sociétés privées très proches des milieux militaires, possède des informations capitales sur le phénomène ovni. Ce groupe secret serait en contact avec une civilisation extraterrestre et bénéficierait d’un apport de technologies de la part des E.T. Le monde du renseignement militaire serait parfaitement informé de l’existence de cette intelligence extraterrestre et maintiendrait le secret à n’importe quel prix. Le crash d’un ovni à Roswell est une réalité connue de ce groupe. Par ailleurs, bien que la Nasa réfute son implication dans cette dissimulation, il paraît néanmoins évident qu’elle possède des informations d’une extrême importance sur ce sujet. Nous verrons plus loin que ce cas de figure correspond à un degré d’implication proche du « degré 2 d’implication » dans notre classification.

     

     

    A la fois une mission et une « initiation ». La mission d’exploration lunaire Apollo 14 c’est déroulée le 31 janvier 1971. Elle avait pour équipage les astronautes Alan B. Shepard, Edgar D. Mitchell, et Stuart A. Roosa. L’insertion en orbite terrestre ainsi que l’injection translunaire, ou translunar injection (TLI), qui correspond au déplacement du vaisseau en direction de la Lune , se déroulèrent normalement. Cependant, l’arrimage du CSM, ou Command and service module, avec le LM ou Lunar Module (Antares), posa un problème qui risquait de mettre en péril toute la mission. Cette manœuvre délicate obligea le pilote du module de commande (Roosa) à s’y reprendre à six fois pour « capturer » Antares (LM). Ni l’équipage ni le personnel à terre ne trouvèrent d’explications à cet incident. Apollo 14 entra en orbite lunaire le 4 février 1972 à 01 h 55 du matin. Antares alunit près du cratère Fra Mauro le 5 février à 16 h 17, à environ 15 mètres seulement du point prévu. Shepard et Mitchell effectueront deux longues « promenades » sur le sol lunaire, respectivement de 4 heures 24 minutes, et de 4 heures et 48 minutes. Lors de cette mission, Mitchell aurait fait des expériences de télépathie avec un ami sur terre et aurait même vécu une sorte d’état mystique. En regardant la Terre depuis le module de commande d’Apollo 14, il aurait ressenti « un sentiment profond de connexion avec l’Univers ». Mitchell confie volontiers que cette mission sur la Lune a littéralement « transformé » sa conscience, et que sa vision de la vie a depuis, profondément changé. Mitchell aurait vécu une véritable « initiation » qui l’aurait métamorphosé. D’où son intérêt désormais pour tout ce qui touche à la conscience et à l’esprit humain.

     

     

    L’expérience de Mitchell. Voici en quels termes Mitchell témoigne de l’expérience qu’il a vécue en février 1971 lors de son retour vers la Terre : « la première chose qui me vint à l’esprit alors que je regardais la Terre fut son incroyable beauté. Les photos les plus spectaculaires sont très en-deça de la réalité. C’était un spectacle majestueux que ce magnifique joyau bleu et blanc sur un ciel de velours noir. Avec quelle voix, quelle harmonie merveilleuse elle semblait s’insérer dans le processus évolutionnaire qui sous-tend l’Univers ». C’est alors qu’il a été submergé par la conviction que si l’Humanité continuait sur sa lancée, nous finirions par détruire la vie sur Terre par notre indifférence et notre imprudence, et ce, en quelques générations seulement. Il lui parut alors que l’unique espoir d’échapper à cette hécatombe était que l’Humanité parvienne à un plus haut niveau de conscience : « J’eus alors une expérience paroxystique, la présence du divin devint presque palpable, et je sus que la vie dans l’Univers était autre chose qu’un accident dû au hasard ». À la suite de cette expérience, Mitchell en vient à penser que nous devons désormais poursuivre, parallèlement à l’exploration de l’espace extérieur, celle de l’espace intérieur. Et il décida de consacrer sa vie à aider l’Humanité à se comporter d’une façon qui soit plus digne de la majesté de la Terre , en favorisant l’exploration de l’esprit humain et de sa relation avec l’univers physique, pour enfin parvenir à une sagesse authentique.

     

     

    Des phénomènes lumineux étranges. La Lune n’a pas d’atmosphère et ne connaît donc ni la pluie, ni le vent, ni les orages. Sur la Lune, la vue est nette et précise, sans déformation. Pourtant, les équipages des missions Apollo, et plus particulièrement celui d’Apollo 14, ont glané toute une série de photographies saisissantes, révélant d’étranges phénomènes lumineux à la surface de la Lune. Il est vite apparu que ces images ne pouvaient pas être le fruit d’une aberration ou d’une erreur d’appréciation. Alors qu’Apollo 14 survolait le cratère Lansberg (le 6 février 1971, lors de sa 26ème orbite autour de la Lune ), un des astronautes a photographié ce qui pourrait être les meilleures photos d’un phénomène lunaire transitoire ou Lunar Transient Phenomena (LTP). Ces quatre photos ont été prises successivement avec un appareil manuel Hasselblad. Elles montrent des taches lumineuses se déplaçant à la surface de la Lune dans la zone sombre près du terminateur. Un des astronautes (probablement Stuart Roosa) a donc vu un phénomène lumineux d’origine artificiel et l’a photographié.

     

    Pour en savoir plus sur les phénomènes lumineux observés par Apollo 14 :

    http://jepareg.free.fr/moon/lumiere.htm

     

     

     

    Documents 3 : photos du phénomène lunaire transitoire (LTP) observé par l'équipage d'Apollo 14.

     

     

     

    Levée progressive du secret ? La question que nous sommes en droit de nous poser est celle-ci : pourquoi le Dr. Mitchell a-t-il décidé de faire ces révélations explosives « ex abrupto » lors d’une émission de radio qui était consacrée à un tout autre sujet ? Ce comportement relève-t-il d’un plan concerté et mûrement réfléchi, ou s’agit-il d’une intervention « à chaud » qui n’était aucunement préméditée ? Si la première hypothèse est la bonne, cela voudrait dire que Mitchell a peut-être était autorisé à parler publiquement de secrets qui commencent peu à peu à être divulgués au public. Dans ces conditions, il n’est pas impossible que nous assistions à « une levée progressive du secret » comme le disait Gildas Bourdais dans le titre de l’un de ses livres.

     

    Daniel Robin ( août 2008 )

     

     

     

     

    Quatre propositions à la base de notre raisonnement.

     

     

    Proposition n° 1. Les ovnis existent c’est un fait prouvé et personne aujourd’hui ne peut nier leur existence. Le volumineux dossier des ovnis atteste de la réalité du phénomène, mais sa complexité est telle, et il englobe des expériences si variées, qu’il n’a pas encore reçu à ce jour d’explication définitive et globale.

     

    Proposition n° 2. Il existe une minorité de militaires (M), de scientifiques (S), et de politiques (P), formant les élites des principales nations industrialisées du monde moderne, qui sait de façon absolument certaine que notre espace aérien est très souvent traversé par des engins volants qui ne sont pas d’origine humaine.

     

    Proposition n° 3. Si ce n’est en France, il est par contre fort probable qu’aux Etats-Unis, un groupe d’hommes, que nous appellerons la « cellule spéciale », composée exclusivement de militaires (M), de scientifiques (S) de haut niveau, et de politiques (P), étudie sérieusement le phénomène ovni dans le plus grand secret depuis plusieurs décennies. Ce groupe secret est très fermé, et ne il figure dans aucun organigramme officiel. Aux Etats-Unis, le programme d’études des ovnis remonte probablement aux années qui ont suivi immédiatement la fin de la seconde guerre mondiale (1947).

     

    Proposition n° 4. Les trois propositions précédentes (si elles sont vraies) nous amènent à considérer le fait que les militaires (M), les scientifiques (S), et les politiques (P) dont nous parlons et qui composent la « cellule spéciale », sont en quelque sorte impliqué vis-à-vis du phénomène ovni, et que cette implication peut schématiquement se décomposer en trois niveaux principaux.

     

     

     

    Document 4 : « Fatman », c'est le surnom de la troisième bombe atomique qui fut larguée sur la ville de Nagasaki le 9 août 1945. Vers la fin de la seconde guerre mondiale, les recherches sur le phénomène ovni aux Etats-Unis étaient classées au-dessus de la bombe atomique (top secret), c’est-à-dire quelles étaient « above top secret », ou classées « ultra top secret ».

     

     

     

    Selon nous, les propositions 1 et 2 ne sont plus à démontrer. Une étude attentive et exhaustive du phénomène ovni montre à l’évidence que ce phénomène est bien réel et qu’il est pris très au sérieux par une minorité de militaires et de scientifiques. Nous disons une minorité, car l’étude de ce phénomène reste encore très marginale et ne concerne selon toutes les apparences qu’une poignée de spécialistes. En revanche, nous examinerons plus en détail les propositions 3 et 4.

     

     

     

     

    Proposition 3. En France, nous pouvons dire que nous avons connue une « cellule spéciale » de ce type d’abord appelée le GEPAN (créé à Toulouse en 1977), puis le SEPRA en 1988 (Service d’Expertise des Phénomènes Rares Aérospatiaux), et enfin le GEIPAN créée en septembre 2005, et dirigé par M. Jacques Patenet.

     

     

    La création du GEIPAN. Après la disparition du SEPRA, et de son directeur Jean-Jacques Velasco, désormais à la retraite, la nouvelle « cellule » créée en 2005 et baptisée GEIPAN, ou Groupe d’Etude et d’Information sur les PAN (Phénomènes Aériens Non-identifiés), décide de jouer la carte de l’ouverture (et de l’information) vers le public et se propose même de coopérer avec les associations ufologiques privées. Le GEIPAN, qui dépend du CNES, est rattaché à la direction du Centre Spatial de Toulouse (CST), et se donne pour mission de recueillir toutes les informations relatives à l’activité des PAN (ovnis) qui survolent régulièrement notre territoire. Un comité de pilotage est rattaché au GEIPAN. Ce comité est présidé par M. Yves Sillard, ancien directeur du CNES et ancien Délégué Général pour l’Armement.

     

    Le site Internet du GEIPAN : http://www.cnes-geipan.fr/

     

    Une exception française. En trente années d’existence, le GEPAN/SEPRA avait accumulé près de 6000 dossiers relatant l’observation de phénomènes étranges dans le ciel. Il avait aussi travaillé en étroite collaboration avec la gendarmerie, l’armée, des laboratoires et des sociétés civiles spécialisées dans le traitement des images (Fleximage). Mais cette « cellule » n’était pas secrète. Au contraire, elle était reconnue par les pouvoirs publics comme étant l’organe officiel d’étude du phénomène ovni. Ne craignons pas d’insister sur cette exception française, car elle restera longtemps unique. Aujourd’hui, que sont devenues les archives du GEPAN/SEPRA ? Les cas les plus sensibles, comme l’atterrissage d’un ovni sur une base militaire par exemple, seront-ils portés à la connaissance du public ? Ce dont nous pouvons être certains en tout cas, c’est que ces archives seront étudiées à la loupe par un petit groupe de scientifiques qui s’efforcera de percer le secret des ovnis loin des rumeurs du petit monde de l’ufologie privée.

     

     

    Le point de vue de Jean-Jacques Velasco. Dans le cadre promotionnel de la sortie de son livre, « OVNIS, l’évidence » (Editions Carnot, 2004), Jean-Jacques Velasco, ingénieur de formation et ancien président du SEPRA, répondait sans ambiguïté à une interview du Journal de l’Ufologie (lejdu) :

     

    Document 5 : le livre de Jean-Jacques Velasco intitulé : « OVNIS, l’évidence », avec la collabortaion de Nicolas Montigiani, Editions Carnot, collection « Orbis enigma », 2004. Une version revue et augmentée du livre à été publiée sous le titre : « Troubles dans le ciel, observations extraterrestres 1947-1994 », aux éditions Presses du Châtelet en 2007.

     

    lejdu : Que sait-on aujourd’hui du phénomène ovni ?

     

    JJV : « Ce que je peux dire, c’est que la réalité physique du phénomène ovni est pratiquement établie. Et cela pour deux raisons. Depuis 1994, nous détenons un cas aéronautique de première importance, et puis nous avons des cas d’observations rapprochées avec effets physiques. Le 28 janvier 1994, l’Airbus A300 du vol Air France 3532 en provenance de Nice à destination de Londres survole la région parisienne. Il est 13h14 quand un membre d’équipage signale à ses coéquipiers un objet étrange. L’engin est une sorte de cloche sombre, qui se détache distinctement sur le ciel. Quelques secondes plus tard, l’objet prend la forme d’un oeuf. Sa trajectoire demeure rectiligne, croisant à la perpendiculaire celle de l’Airbus. Au total, l’observation n’aura duré qu’une minute. Mais les radars militaires ont pu enregistrer le phénomène pendant près de six minutes ! Corrélées aux témoignages de l’équipage, les données des radars ont permis au SEPRA d’estimer la vitesse, la direction et la taille de l’engin (plusieurs centaines de mètres). Si l’on crut dans un premier temps que le changement de forme était dû à une modification de la trajectoire et de la perspective, les enregistrements radars montrent qu’il n’en est rien. Dans 20 % des cas d’observations faites par les pilotes professionnels, militaires ou civils, celles-ci sont confirmées par l’observation des radars. Je pense qu’il s'agit de « quelque chose » ressemblant bigrement aux déclarations du Général Twining dans un mémorandum secret de septembre 1947. Lorsque l’on superpose le travail de nos propres recherches aux conclusions de Twining, qui dirigeait l’Air Matériel Command de l’US Air Force, nous avons de quoi être interloqués. Twining avance sans hésiter que nous avons à faire à des objets réels ».

     

     

     

    Document 6 : le Général Nathan Farragut Twining (11 octobre 1897 - 29 mars 1982). Twining fut chef d’État-major de l’US Air Force de 1953 à 1957, avant d’être le premier général de l’Air Force à être nommé Chef d’État-Major des armées de 1957 à 1960. Il occupera le poste de chef du matériel de l’air (Air Materiel Command) à la fin de la seconde guerre mondiale avant de prendre, en 1947, la direction de la région aérienne de l’Alaska (Alaskan Air Command).

     

     

     

    Intervention d’une intelligence non humaine. La réponse de Jean-Jacques Velasco est importante, même si elle était formulée, à l’époque, à titre personnel, et non pas dans le cadre de ses activités au sein du SEPRA. Rappelons que le SEPRA était un service officiel d’étude des ovnis qui dépendait directement du CNES. Le SEPRA disposait d’une banque de données exceptionnelle (près de 6000 cas) dans laquelle étaient enregistrées de troublantes observations d’ovnis. Ces observations, de l’avis même de Jean-Jacques Velasco, ne pouvaient pas être expliquées autrement que par l’intervention d’une intelligence non humaine dans notre environnement terrestre. Intelligence qui utiliserait des engins volants possédant toutes les propriétés des objets matériels. Les propos de Jean-Jacques Velasco sont clairs : les ovnis sont des objets physiques bien réels.

     

     

    Des engins volants aux performances exceptionnelles. Le mémorandum du Général Nathan Farragut Twining (1897-1982), chef de l’Air Materiel Command de l’US Air Force, auquel fait allusion Jean-Jacques Velasco dans son interview, est un document qui est bien connu des ufologues. Ce document, qui date du 23 septembre 1947, est une note destinée au brigadier Général George Schulgen, chef de l’Air Intelligence Requirements Division au Pentagone. Le fameux mémorandum du Général Twining n’a été rendu public qu’en janvier 1969 lors de la parution du rapport Condon, dans lequel il figure en annexe R. Ce document, qui était secret à l’époque, dit clairement en parlant du phénomène ovni que :

    1) Le phénomène décrit est réel, il n’est ni fictif, ni le produit d’hallucinations.

     2) Il existe des objets dont la forme approximative est celle d’un disque, et dont les dimensions sont telles qu’ils paraissent être aussi grands que des avions de fabrication humaine.

     3) La description apparente commune des objets est la suivante : surface métallique ou réfléchissante, absence de traînée de condensation, excepté dans un nombre réduit de cas où l’objet manoeuvrait dans des conditions de hautes performances, forme elliptique ou circulaire, partie inférieure plate, partie supérieure comportant un dôme. Plusieurs rapports décrivent des vols de trois à neuf objets en formation bien tenue. Normalement aucun son n’est associé, sauf dans trois cas où une sorte de rugissement fut noté. Les vitesses en palier dépassent généralement les 300 nœuds (soit 550 km/h ).

     

     

     

    Document 7 : photographie d’une « soucoupe volante » dans le New Jersey en 1952. Telle qu’elle apparaît sur ce document, la « soucoupe » illustre parfaitement les commentaires du Général Twining.

     

     

     

    Une étude qui n’a jamais cessé. Le contenu du mémorandum de Twining décrit exactement l’apparence et le comportement de ce que l’on appelait à l’époque les « disques volants », ou « les soucoupes volantes ». Le mot « ovni » n’existait pas encore. Le texte a aujourd’hui plus de cinquante années d’existence et l’on imagine sans peine que tout au long de ces cinquante dernières années, l’étude des mystérieux « disques volants », et plus généralement du phénomène ovni, n’a pas cessé, contrairement aux allégations des autorités militaires américaines. Officiellement, en effet, la recherche sur les ovnis financée par des fonds publics n’existe plus aux Etats-Unis. Mais nous nous accordons le droit d’en douter… 

     

     

    Un sujet d’étude d’une extrême importance. Ces quelques remarques préliminaires nous amènent à nous poser la question suivante : quels sont les éléments dont nous disposons aujourd’hui qui permettent de dire qu’un certain nombre de militaires de haut rang (M), de scientifiques aux compétences très élevées (S), et même de politiques (P), savent que le phénomène ovni existe et qu’il représente un sujet d’étude d’une extrême importance pour l’humanité ?

     

     

    Nous pensons que ces éléments sont les suivants (a,b,c,d,e,f) :

    a) Les moyens de détection et d’observation performants dont disposent les militaires et les scientifiques (radars longue portée comme ceux utilisés par le NORAD par exemple, télescopes, satellites en orbite autour de la Terre , sondes spatiales, avions, systèmes perfectionnés de surveillance de l’espace aérien, etc…) permettent d’affirmer que la réalité d’une présence étrangère (non humaine) dans notre environnement est désormais prouvée. On ne nous fera pas croire qu’avec tous les moyens perfectionnés d’observation et de détection qui sont utilisés de façon permanente, rien d’anormal n’a été remarqué dans notre environnement terrestre. Il faudrait être bien naïf pour accepter sans sourciller les dénégations des autorités qui inlassablement nous répètent qu’elles n’ont jamais rien détecté d’anormal qui pourrait laisser croire qu’il existe une présence étrangère dans notre système solaire. Il existe, d’ailleurs, un certain nombre de cas bien documentés où l’observation visuelle du phénomène ovni a été corroborée par une détection radar capable de mesurer les accélérations fulgurantes de l’objet détecté et ses variations de trajectoire à angle droit.

     

     

     

    Document 8 : radar tridimensionnel à balayage électronique (phased-array radar en anglais) du NORAD.  

     

     

     

    Le Norad : un système de surveillance du ciel très performant. Le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD ou North American Aerospace Defense Command) est une organisation américano-canadienne dont la mission est la surveillance de l’espace aérien nord-américain. A partir des éléments fournis par un réseau de radars et de systèmes optiques répartis sur les cinq continents, il suit tous les objets en orbite autour de la Terre. Les objets les plus petits que les radars étaient capables de discerner en orbite basse dans les années 1980, mesuraient 10 cm. La limite de détection passe à un mètre pour un objet situé à environ 4 000 km. Plus performante, la surveillance optique permet de photographier des objets de 10 cm jusqu'à 8 000 km, et de 25 cm sur l’orbite des satellites géostationnaires. Le Space Surveillance Center reçoit en moyenne 40 000 observations quotidiennes, qui lui permettent notamment de prévoir les dates et lieux de retombée d’objets spatiaux et de prévenir les nations concernées. Les principaux radars qui forment le réseau du Norad sont installés en Alaska, au Groenland (base de Thulé) et en Ecosse. D’autres ont été mis en service au cap Cod dans le Massachusetts, en Géorgie, en Californie, au Texas et dans le nord du Dakota du Nord. Cette couverture a été complétée dans les années 1990 par de nouveaux radars transhorizon, capables de porter jusqu’à 3 000 km par réflexion sur l’ionosphère, et par des radars de grande puissance Haystack, qui permettent de suivre des débris de 1 cm seulement. Les systèmes optiques ont longtemps consisté en un réseau de télescopes-caméra du type Baker-Nunn dotés d’un obturateur tournant. Ce réseau est complété depuis le début des années 1990 par un nouveau système, le GEODSS (Ground based Electro Optical Depp Surveillance System) qui compte cinq stations. Chaque installation comprend deux télescopes de 1 m d’ouverture, et d'autres plus petits de 40 cm, reliés à des caméras vidéo dont les images alimentent directement un ordinateur. 

     

     

     

    Document 9 : l’emblême du NORAD. Le NORAD fût créé le 1er août 1957 sous le nom de North American Air Defense.

     

     

     

    b) Les structures (militaires et scientifiques) impliquées dans l’étude du phénomène ovni pourraient disposer de ressources financières importantes. Ces ressources seraient prélevées sur les budgets des états concernés dans le but de développer des programmes d’études très poussés. Ces programmes de recherches seraient menés avec une extrême discrétion.

     

    c) Les structures auxquelles nous faisons allusion disposeraient aussi de ressources humaines de compétence élevée. Des équipes de scientifiques, de chercheurs, d’ingénieurs, d’experts et de spécialistes de toutes disciplines concernées travailleraient à plein temps sur la question des ovnis. Ces ressources humaines seraient associées à des moyens matériels conséquents (laboratoires disposant de matériel très performant, bases secrètes, avions, bateaux, etc…).

     

    d) En France, il y a une forte implication de la Gendarmerie dans les observations d’ovnis, car c'est elle qui est chargée de la collecte des informations sur le terrain. Ce dernier point est clairement exposé par Jean-Jacques Velasco lorsqu’il décrit le fonctionnement du SEPRA.

     

    e) Implication de militaires (des pilotes notamment) dans des observations d’ovnis.

     

    f) Implication de scientifiques (parfois de réputation internationale) dans des observations d’ovnis. Le présupposé qui voudrait que les observations d’ovnis ne soient que l’apanage des catégories socioprofessionnelles les plus défavorisées possédant un niveau intellectuel au-dessous de la moyenne est une grossière erreur de jugement. Interrogé sur cette question, l’astronome Jean-Claude Ribes, qui a mené une enquête dans le milieu des astronomes professionnels, constate que « le pourcentage d’observations par les astronomes est comparable à celui constaté dans la population globale, même s’il y a une réticence certaine chez une grande majorité à en faire état sans être certain de l’anonymat » (extrait du Rapport Cometa annexe 2). Aux Etats-Unis, par exemple, la NASA possède des documents filmés sur le phénomène ovni et des témoignages circonstanciés d’astronautes - tel celui de Gordon Cooper - qui ont observé directement le phénomène.

     

     

    Quel degré d’implication ? Si les trois propositions précédentes sont certaines, ou quasiment certaines, et donc si des groupes fermés (secrets) de militaires (M) et de scientifiques (S) disposent d’informations irréfutables au sujet du phénomène ovni, nous sommes en droit de nous poser cette question fondamentale qui est lourde de conséquences : quel degré d’implication ces groupes ont-ils avec le phénomène ovni ? Et cette question nous mène directement à notre quatrième et dernière proposition :

     

     

    Proposition n° 4. Les militaires (M), les scientifiques (S) dont nous parlons et qui composent la « cellule spéciale », seraient en quelque sorte impliqués de façon plus ou moins importante vis-à-vis du phénomène ovni. Cette implication peut schématiquement se décomposer en trois niveaux principaux.

     

     

    1) Degré 0 (zéro) d’implication. Caractéristiques du degré zéro : observation et détection à distance du phénomène ovni. Collecte de rapports d’observations et de témoignages. Enregistrements radar, films et photos d’ovnis. Récupération de divers matériaux dont l’origine n’est pas humaine. Analyses approfondies de traces au sol, d’échantillons de végétation, voire même d’implants. Le phénomène ne représente pas une menace pour la sécurité des états. Les autorités assistent impuissantes aux évolutions du phénomène ovni dans leur espace aérien. Pas de contact direct avec le phénomène, mais simple constat que le phénomène est bien réel.

     

     

    2) Degré 1 d’implication. Caractéristiques du degré 1 : observation du phénomène ovni avec contacts sporadiques et limités, sans influence directe sur les affaires humaines. Rencontres secrètes que l’on peut qualifier de « courtoises » entre des représentants de la civilisation (ou des civilisations) qui produit le phénomène ovni et des représentants terriens rigoureusement sélectionnés. Echanges d’informations, voir transfert limité de technologies. Démonstration des prouesses des ovnis pour montrer aux terriens leur supériorité technologique. Contacts avec le phénomène ovni, mais pas d’interférence notable avec les affaires humaines. Tout se passe à un niveau très confidentiel.

     

     

    3) Degré 2 d’implication. Caractéristiques du degré 2 : Il y a des contacts importants et fréquents au plus haut niveau. Collaboration active avec la civilisation extraterrestre. Il existe des échanges importants d’informations et des transferts massifs de technologies. Nous pouvons imaginer que dans le pire des scénarios la civilisation extraterrestre exercerait un contrôle presque total sur notre planète. Les extraterrestres dicteraient les grandes lignes de l’organisation économique, politique et scientifique des états. Ils pourraient programmer notre avenir. Une infiltration des extraterrestres dans toutes les sphères dirigeantes de la planète est aussi envisageable. Ils pourraient même prendre une apparence humaine pour passer inaperçus. Dans ce scénario de l’extrême, les politiques seraient soumis aux extraterrestres. A ce niveau d’implication tout est possible. Le phénomène peut alors représenter une grave menace pour notre planète et l’avenir de notre civilisation. C’est le pire des scénarios, digne des théories conspirationnistes les plus sombres.

     

     

    Alternative. Cependant, nous pouvons aussi imaginer l’hypothèse inverse, c’est-à-dire que les extraterrestres exerceraient un contrôle bénéfique et positif sur notre civilisation, avec l’intention de nous guider et peut-être même de nous « éduquer », pour nous permettre d’accéder à un niveau supérieur de civilisation. Le degré 2 implique des contacts étroits avec les extraterrestres, avec intervention et ingérence maximales dans les affaires humaines. Tout se passe à un niveau confidentiel mais les militaires et les scientifiques sont soumis au phénomène. Le phénomène dicte sa « loi », mais cette « loi » est destinée à nous faire progresser. Les extraterrestres auraient un « plan » destiné à orienter l’évolution de l’espèce humaine.

     

     

     

    Document 10 : une scène du film « 2001, l’odyssée de l’espace », qui montre la découverte d’un monolithe noir sur la Lune. Le film suggère qu’une civilisation extraterrestre très évoluée (de type III) surveillerait et orienterait selon ses « plans » les activités humaines.

     

     

     

    Le degré zéro d’implication est une certitude. Les trois niveaux d’implication des structures politiques, militaires, et scientifiques, décrits ci-dessus, sont bien évidemment très schématiques. Il peut exister de nombreux degrés intermédiaires entre ces trois grandes catégories. Toutes les combinaisons sont en fait possibles. Ce qui est sûr en tout cas, c’est que le « degré zéro » est aujourd’hui une réalité bien établie. Le « degré deux » est peu probable (mais sa probabilité n’est pas nulle). Il représente le degré extrême d’implication.

     

     

    Organigramme. L’organigramme que nous présentons ci-dessous, tente de montrer comment pourraient être organisés les différents niveaux d’implication entre le phénomène ovni et notre civilisation. Dans ce schéma (qui n’est, ne l’oublions pas, qu’une simple hypothèse de travail), le niveau d’implication maximum avec le phénomène ovni serait celui de la « cellule spéciale » composée de militaires (M), de politiques (P) et de scientifiques (S). Nous pouvons même imaginer que dans certains cas, le pouvoir politique soit nettement moins impliqué (voir même pas du tout impliqué). Les militaires et les scientifiques, membres de la « cellule spéciale », pourraient ne pas être enclins à partager certains « secrets » avec les hommes politiques. Le mérite de cet organigramme est aussi de montrer l’écart qui existe entre le simple citoyen et certains groupes humains très fermés quant aux possibilités d’accéder à la véritable information. Plus on monte dans la hiérarchie et plus la qualité, la précision, la valeur, et en quelque sorte le « poids » de l’information disponible sont élevés.

     

     

     

     

     

     

    Une entreprise officielle de désinformation. Ce qu’il est important de remarquer dans cette représentation, c’est le type de rapports qui lie entre eux le sommet de l’organigramme avec sa base. On remarque, en effet, que l’information concernant le phénomène ovni est soigneusement filtrée et qu’elle est habilement entremêlée à de la désinformation. Pierre Guérin (aujourd’hui décédé) écrivait fort judicieusement dans son ouvrage intitulé « OVNI, les mécanismes d’une désinformation » (Editions Albin Michel, 2000) : « Les scientifiques ne sont pas les seuls à contribuer à la désinformation du public sur le sujet (des ovnis). L’étude du dossier oblige à prendre conscience du fait que le phénomène a une composante politique et militaire d’une importance énorme. Pour des raisons que je m’efforce d’analyser en de nombreux endroits de ce livre, il existe dans le monde occidental, orchestrée depuis les Etats-Unis, ce qui ressemble à une entreprise officielle de désinformation consciente visant à déprécier, par différents procédés malhonnêtes, l’objectivité et la valeur probante des observations d’ovnis, fussent-elles les plus précises et les plus sûres ».

     

     

    Désinformation et information sélective. Dans son texte, Pierre Guérin stigmatisait seulement les mécanismes de la désinformation. Nous pensons, cependant, que ces mécanismes sont beaucoup plus subtils qu’il n’y paraît et qu’ils comportent aussi une part d’information, même si les éléments qui la composent sont soigneusement sélectionnés. Dans quel(s) but(s) est orchestrée cette information désinformation ? Nous ne pouvons, là encore, qu’émettre des hypothèses.

     

     

    Quel degré d’implication ? La réponse à cette question des mobiles qui sont à l’origine de l’étrange politique du secret orchestrée par les structures dirigeantes vis-à-vis du phénomène ovni dépend du degré d’implication considéré. Si nous supposons que ce degré est égal à zéro, on voit mal pourquoi ces structures maintiendraient à tout prix un secret qui en fait n’en est pas vraiment un. La question des ovnis intéresse, en effet, de nombreuses personnes à travers le monde depuis au moins la fin de la seconde guerre mondiale. Les informations concernant le phénomène ovni sont abondantes et chacun peut mener ses propres recherches sur ce sujet en toute liberté. Dans ce cas (degré d’implication égal à zéro) les raisons du secret seraient nécessairement triviales. Le souci de conserver une certaine crédibilité vis à vis de l’opinion publique pourrait, par exemple, motiver une telle attitude. Par contre, si nous supposons que ce degré est proche de 2, les raisons d’un tel secret s’expliquent déjà beaucoup mieux. Si l’on admet cette possibilité nous pouvons tout imaginer. Des contacts planifiés assortis de prises de décisions concertées entre des extraterrestres et des représentants terriens sont alors tout à fait envisageables. Rien ne prouvent que te tels contacts existent réellement, mais c’est une éventualité qu’il ne faut pas rejeter a-priori.

     

     

    Un apprentissage pour entrer dans le « grand cercle » de la civilisation galactique. Sommes-nous prêts à entrer dans le « grand cercle » de la civilisation galactique de la Voie lactée ? On a souvent avancé dans les milieux ufologiques que les structures dirigeantes voulaient éviter un effet de panique dans la population en dissimulant la vérité sur la réalité d’une présence non-humaine dans notre environnement. C’est possible, mais nous pensons aussi qu’il existe certainement d’autres raisons. Ces raisons, même si nous avons du mal à les comprendre, existent réellement. D’ailleurs, elles ne sont pas selon nous nécessairement mauvaises ou négatives. Peut-être subissons-nous une sorte d’apprentissage de la part du phénomène ovni et les populations de notre planète sont-elles peu à peu préparées à l’idée d’une cohabitation avec une civilisation extraterrestre ? Peut-être que nous ne sommes pas encore prêts à entrer dans le « grand cercle » de la civilisation galactique de la Voie lactée (Type III de civilisation. Lire sur ce site notre Dossier : Essai de classification des civilisations extraterrestres), et que nous avons besoin d’une préparation spéciale avant d’y être invité ?

     

     

     

    Document 11 : la question est de savoir si nous sommes suffisamment avancés sur les plans scientifique et spirituel pour entrer dans le « grand cercle » de la civilisation galactique. Il est possible qu’une civilisation de Type III (galactique) aide les civilisations qui sont sur le point d’accéder au Type I (planétaire) à franchir cette étape difficile de leur évolution.  

     

     

     

    Le contact. Si nous admettons la possibilité d’un contact entre les extraterrestres et nous, il y a fort à parier qu’il se ferait d’abord dans la « plus stricte intimité » si l’on peut dire, c’est-à-dire seulement entre des responsables des deux parties. Même sur Terre, c’est ce modèle de contact qui prévaut entre gens civilisés dans les relations entre des groupes humain plus ou moins importants (nations, partis politiques, associations, entreprises, etc…). Un autre point hautement probable est que l’initiative du contact, et les conditions dans lesquelles il se ferait, seraient totalement contrôlées par nos visiteurs. Bref, c’est eux qui fixeraient les règles du « jeux » en quelque sorte. Si les extraterrestres jugent opportun de communiquer directement avec nous, il est fort probable qu’ils ne le feront que pour des raisons impératives que nous ne pourrons pas nécessairement comprendre. 

     

     

     © Daniel Robin août 2008.

    SOURCES :  http://www.lesconfins.com/ils_savent.htm

      

      

    Pin It

    votre commentaire
  •   

     pour apprécier cette vidéo - cliquer sur le logo central de DEEZER - colonne de gauche, en bas - le fond musical de ce blog sera supprimé

    http://www.youtube.com/user/AlphaZebra

     

    Sous-titrage : ProjectAvalon.net
     


    transcription complète :
    http://projectavalon.net/lang/fr/Temo...
    13 octobre 2010

    Des OVNI survolent des sites d'armement nucléaire américains.


    C'est ce qu'ont déclaré en substance 7 officiers à la retraite de l'US Air Force (USAF), lors d'une conférence de presse le 27 septembre 2010 au National Press Club de Washington, retransmise sur CNN.

    Elle portait essentiellement sur des observations d'OVNI au-dessus de sites d'armement nucléaire américains dans les années 1963 à 1980.

     

    Il n'y a pas de raison de penser que ces visites ne continuent pas aujourd'hui.



    Dans certains cas rapportés, les OVNI avaient procédé à la désactivation de missiles nucléaires, une opération dont il reste difficile d'affirmer qu'elle fût en soi intentionnelle ou bien le résultat de radiations électromagnétiques émises par ces OVNI et dont l'intensité et la nature reste indéterminée.

    Plusieurs anciens officiers de l'USAF ont témoigné durant cette conférence et notamment :



    1. Robert Salas, ancien officier USAF de lancement de missiles nucléaires.


    2. Dwynne Arneson, USAF Lt. Col. Ret., officier responsable de centre de communication.


    3. Robert Jamison, ancien officier USAF de ciblage de missiles nucléaires.


    4. Charles Halt, USAF Col. Ret., ancien commandant de base adjoint.

    5. Jerome Nelson, ancien officier USAF de lancement de missiles nucléaires.

    6. Patrick McDonough, ancien USAF expert géodésique sur site de missiles nucléaires.

    7. Bruce Fenstermacher, ancien officier USAF de lancement de missiles nucléaires.

    Pour le capitaine Salas, on parle bien ici d'objets volants non-identifiés. "Ces objets ont un fort intérêt pour nos missiles. A titre personnel, je pense qu'ils ne sont pas de la planète Terre" a-t-il déclaré.

     



    Stephen Bassett, directeur exécutif du Paradigm Research Group (PRG) était présent à cette réunion. Il a diffusé le communiqué suivant :



    "Désormais, les acteurs de la presse politique doivent aller interroger les porte-paroles du Ministère de la Défense, de l'U.S. Air Force et de la CIA, et s'adresser directement aux secrétaires Robert Gates, Michael Donley et Leon Panetta. Nous verrons si les journalistes politiques basés à Washington DC, ne sont pas inféodés à ce gouvernement ou ne pratiquent pas l'autocensure."



    A ce jour, plus d'une centaine de retraités de l'Armée américaine ont révélé le survol de sites d'armement nucléaire. Ceux-ci sont interprétés comme étant des opérations de surveillance.

    Selon Robert Hastings, ceci n'est pas uniquement de l'histoire ancienne. Deux évènements récents ont été signalés : l'un à Nellis AFB, Nevada, "Area 2 Weapons Storage Area", en 2003, et l'autre près d'une base de contrôle de lancement, à proximité de Malmstrom AFB, Montana, en 2007.

    L'ancien ministre de la défense du Canada (1963-1967), Paul Hellyer

    http://paulhellyerweb.com/

     

     aujourd'hui âgé de 86 ans, la plus haute figure publique à s'être publiquement et ouvertement exprimée sur le sujet des OVNI, accrédite par ailleurs pleinement la véracité de ces témoignages.

    Il connaît personnellement Robert Sallas et le col. Charles Halt. Il a consacré à leurs témoignages un long chapitre dans son dernier livre :

    "Light at the End of the Tunnel. A Survival Plan for the Human Species" (Lumière au bout du tunnel. Un plan de survie pour l'espèce humaine).

     

    ..........................

     

    Un site Français mis à jour continuellement qui nous parle très sérieusement du phénomène OVNI oui de celui qui concerne aussi la France.

     

    LA France aussi à ses moyens pour mener des enquêtes sur "nos Frères d'ailleurs".

     

    La vérité pure n'y est pas bien sur, une miette nous est dévoilée et le reste pas la peine de le lire ou de l'entendre seulement être dans le re-sentis total.

     

    TOUTE LA VERITE EST EN NOUS, RIEN EST AU DEHORS, SOUVENEZ VOUS BIEN DE CES MOTS.

     

    http://www.cnes-geipan.fr


    votre commentaire
  •   

      

      

    Le phénomène des OVNI, toujours pas de certitudes.

    Ovnis : Introduction.

    Parmi les thèmes étranges et les phénomènes inexpliqués, le sujet des Ovnis est probablement celui qui passionne le plus grand nombre de gens. Lorsque l’on parle d’Ovnis, la question à se poser n’est peut être pas de savoir s’ils existent ou non, les témoignages d’observations d’objets volants non identifiés sont trop nombreux, partout dans le monde, ce fait est incontestable. Non, la vraie question est plutôt d’identifier quels sont ces objets volants tant de fois observés et de savoir d’où ils proviennent. Il n’y a que deux réponses possibles : Soit les ovnis sont des engins construits par l’homme, soit leur origine est extraterrestre.
    Il existe dans le monde entier de nombreux organismes étudiant de façon scientifique et rigoureuse la question du phénomène ovni. Les militaires également reconnaissent ouvertement porter un certain intérêt pour le sujet. Les pouvoirs politiques eux aussi semblent s’y intéresser même si en Europe, il n’est pas coutumier pour un politique de s’exprimer publiquement sur la question. Aux Etats-Unis, il en est un peu autrement, il se dit que le président Ronald Reagan en voyait à tous les coins de rue. Jimmy Carter de son côté avait déclaré publiquement qu’il ferait la lumière sur la question des ovnis, ce qui ne fut jamais fait. Le ministre Japonais de la défense a déclaré récemment au sujet de la question ovni : « Rien ne peut nous permettre de nier l’existence d’objets volants non identifiés ainsi que d’une forme de vie qui les contrôle ».
    Une chose est sure, la question ovni est prise très au sérieux par la plupart des nations dans le monde et des budgets importants sont investis chaque année afin d’essayer d’en savoir plus.

    Ovnis : Observations et témoignages.

    Les innombrables témoignages relatifs aux observations d’ovnis se retrouvent partout, dans tous les pays du monde, et depuis très longtemps. Bien sur, bon nombre de ces déclarations sont jugées quelque peu farfelues, d’autres en revanche semblent provenir de personnes fiables mais ne peuvent être vérifiées, enfin il reste tous les témoignages jugés sérieux et présentant des éléments permettant de les accréditer. C’est surtout sur ces témoignages que nous allons nous concentrer.
    Commençons par nous intéresser aux militaires et aux pilotes, y compris civils, ce sont eux en effet qui se trouvent en première ligne, chargés de leurs espaces aériens respectifs. Il est étonnant de constater le nombre et la variété des récits faits par des pilotes de nombreux pays, confrontés à un moment de leur carrière à un phénomène aérien non identifié.
    Soulignons un fait important : Tout pilote, qu’il soit militaire ou civil est souvent tenté de garder le silence lorsqu’il est témoin d’un phénomène ovni. Ceci s’explique si on tient compte du fait que ces pilotes sont des professionnels hautement qualifiés, mais aussi régulièrement surveillés médicalement, tant sur le plan physique que psychique. Ces hommes en conservant le silence souhaitent simplement éviter de passer pour de joyeux doux dingues aux yeux de leurs collègues ou de leurs supérieurs. Nous le savons tous, le simple mot Ovni suffit à faire sourire et est trop souvent assimilé au concept extraterrestre.
    Toutefois, un certain nombre de pilotes ont osé s’exposer à d’éventuelles brimades en transmettant des rapports officiels et circonstanciés de leurs observations.

    Ovnis observés en France et en Europe:

    La France a été marquée en 1954 par une vague d’ovnis sans précédent. Sur cette seule année, la gendarmerie a recueilli plus d’une centaine de témoignages faisant état d’observations d’objet volants non identifiés. On trouve également une grande quantité d’articles traitant du sujet dans la presse de l’époque. Certains témoignages font aussi état de traces physiques laissées dans le sol, de végétation brûlée ou irradiée après qu’un objet se soit posé pour une durée plus ou moins longue.

    Un autre témoignage intéressant, celui de Jack Krine, pilote de chasse de l’armée de l’air, ancien leader de la patrouille de France et colonel de réserve. Lors d’un vol le 23 septembre 1975, J. Krine déclare avoir observé un ovni (il dit une chose) ressemblant à un fuselage d’avion de ligne, avec des hublots, la lumière à l’intérieure était incroyablement intense. En voulant se rapprocher pour tenter de l’identifier, cette « chose » s’est éloignée à plusieurs reprises à une vitesse absolument inouïe. Ce témoignage est confirmé par un autre pilote qui se trouvait tout proche, dans un autre appareil.

    Le 28 janvier 1994, le pilote et le copilote d’un Airbus A300 qui reliait Nice à Londres son témoins d’un phénomène étrange. Ils voient pendant une minute un grand disque brun-rouge dont la forme change constamment et qui semble être de très grande taille. Le pilote et le copilote ne témoigneront officiellement qu’en février 1997. Le plus troublant est qu’on trouve effectivement dans les enregistrements du contrôle aérien une trace radar à l’heure dite et proche de l’avion.

    Le rapport COMETA (Comité d’Etudes Approfondies) dont le titre est : « Les Ovnis et la défense. A quoi doit-on se préparer » est une étude scientifique basée sur le phénomène ovni. Son but est de sensibiliser les pouvoirs publics français sur la question ovni. Cette étude exhaustive a été remise aux plus hautes autorités politiques françaises en 1999, l’association elle existe depuis 1996. Ce rapport fit l’effet d’une bombe puisque ses auteurs, au contraire d’être une bande de joyeux illuminés, sont au contraire d’éminents personnages dont plusieurs militaires hauts gradés. On compte notamment parmi les membres un général de l’armée de l’air et un vice-amiral d’escadre. Egalement des scientifiques avec plusieurs docteurs ingénieurs et des ingénieurs de l’armement. La préface du rapport est de la main du Général Bernard Norlain, ancien directeur de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale. Autant dire que le document est jugé comme tout à fait sérieux.
    Les conclusions du rapport COMETA ne manqueront pas d’étonner les plus sceptiques sur le phénomène ovni. En effet, le groupe d’étude conclu à la réalité physique quasi certaine d’objets volants totalement inconnus. Il y est écrit aussi que au vu des prouesses réalisées par les ovnis, l’hypothèse extraterrestre est la plus probable pour expliquer le phénomène. Et même si elle n’est pas prouvée scientifiquement de façon certaine, il existe quand même de fortes présomptions qui si elles doivent s’avérer exactes, sont de conséquence importante.
    Consulter le rapport COMETA au format pdf:

    http://www.cnes-geipan.fr/documents/Cometa.pdf

    Le phénomène OVNIs, groupes d'études scientifiques.

    Le GEPAN :

    Groupe d’Etudes sur les Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés, il s’agit d’un des services du CNES (Centre National d’Etudes Spatiales). Le Gepan fut fondé en 1977, il avait pour but d’étudier les phénomènes ovnis mais aussi de collecter et rassembler les rapports de la gendarmerie nationale, de la direction générale de l’aviation civile, de l’armée de l’air et de météo France. En 1988, le Gepan sera remplacé par le SEPRA.

    Le SEPRA :

    Service d’Expertise des Phénomènes de Rentrées Atmosphériques. Cet organisme se limitait à deux objectifs principaux qui étaient l’étude et les prévisions de rentrées atmosphériques de météorites et satellites artificielles. Son autre fonction se concentre sur l’analyse des informations concernant les phénomènes aérospatiaux non identifiés (PAN). Le Sepra sera dissout en 2004 puis reviendra à nouveau, cette fois sous le nom de GEIPAN.

    Le GEIPAN :

    Groupe d’Etudes et d’Informations sur les Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés. crée en 2005 et basé à Toulouse, ses fonctions sont similaires à celles de ses prédécesseurs, il dépend toujours directement du Centre National d’Etudes Spatiales. Le Geipan s’est distingué en mars 2007 dans le monde entier en rendant public ses archives des 30 dernières années sur les phénomènes ovnis et aérospatiaux non identifiés. Il reconnaît aussi officiellement que 28% des phénomènes étudiés restent non identifiés.

    Site officiel du Geipan en français : http://www.cnes-geipan.fr/

    Vague d’ovnis en Belgique entre 1989 et 1991

    Pendant cette période, de très nombreux habitants de Wallonie, principalement en province de Liège sont témoins de phénomènes ovnis. Fait exceptionnel, les autorités militaires belges non seulement confirmeront un certain nombre de ces témoignages mais en plus s’impliqueront et communiqueront ouvertement sur la question. La plupart des témoignages civils ou militaires font état d’une forme triangulaire, générant une source de lumière en son centre et à ses extrémités. Autre fait étrange, les radars du contrôle aérien ont également enregistré durant cette période des déplacements d’objets ayant atteint parfois des accélérations fulgurantes. Les pilotes militaires ont reconnu à plusieurs reprises ne pas avoir été en mesure ni de suivre les objets, ni de les identifier. Toujours selon les autorités belges, il ne pouvait s’agir d’appareils militaires secrets compte tenu des extraordinaires performances et capacités de vol des objets observés.

    La SOBEPS :

    Société Belge d’Etude des Phénomènes Spatiaux est une association à but non lucratif dont les objectifs consistent à collecter les informations sur les phénomènes ovnis, effectuer des enquêtes de terrain, analyser des données, les traiter de façon scientifique en collaboration avec des laboratoires, diffuser de l’information à destination des autorités politiques, militaires ou du grand public. La SOBEPS a été crée en 1971 et se sera faite connaître principalement durant la vague d’ovnis en Belgique entre 1989 et 1991. Une grande partie de ses membres sont d’éminents scientifiques belges. La SOBEPS a été dissoute en 2007 et s’appelle aujourd’hui la COBEPS.
    Site officiel du Geipan en français : http://www.cobeps.org

    Ovnis observés en Angleterre :

    Affaire de la foret de Rendlesham. Cette affaire est une des plus célèbre affaire d’ovnis. Il ne s’agit pas uniquement de lumières dans le ciel. Un rapport et de nombreux témoins militaires parlent d’un appareil qui s’est posé dans la foret de Rendlesham. Cet engin a laissé des traces physiques sur le sol, de hauts niveaux de radiation ont aussi été mesurés. Selon les marques au sol, le poids de l’appareil a été évalué à plusieurs tonnes.

      

    SOURCES : http://www.etrange.org/index.php/phenomene-ovni.html

      

    Pin It

    votre commentaire
  • OVNI col de Vence

    La région du Col de Vence, à 20 km au Nord-Ouest de Nice, est riche en énigmes, et plus particulièrement les alentours comme le plateau de Saint Barnabé et le bois des Puys. Le signalement "d'entités", d'ovnis et de faits inexpliqués ont attiré l'attention de "curieux" depuis des siècles, à commencer par les romains, puis les templiers. En 1971, Guy Tarade évoque aussi dans ses "dossiers de l'étrange" (Robert Laffont, pp. 34 à 37) le village de Saint-Barnabé, à moins de 50 km de Nice, où l'on trouve de bien étranges rochers sculptés dans un paysage lunaire. Quel est cet étonnant lieu où, en plus d'observations d'ovnis, on signale des pierres tombant du ciel, des phénomènes thermiques ou sonores innatendus ?

    Gréolières

    Le village de Gréolières
    Le 7 Mars, au village de Gréolières, un témoin qui dormait chez lui se réveille à 4 h 30 du matin - un bruit suspect qui l'a inquiété du fait que quelqu'un avait déjà essayé de lui voler sa voiture la nuit précédente. Le témoin observe 5 points lumineux dans le ciel à l'aplomb d'un pylône EDF, au-dessus des sommets montagneux qui forment l'horizon [LDLN N° 324 p. 27].

    Le témoin a une perte temporaire de l'ouïe, ainsi qu'une une sensation de fatigue ou de chaleur. Il est le seul à voir un "énorme" ovni apparemment lointain, se déplaçant horizontalement, malgré la présence d'autres témoins potentiels alentour.

    Le phénomène se produit deux fois à l'identique, à 20 mn d'intervalle. Le témoin précise qu'il ne voyait pas la Lune [Delinger].

     
      
    Saint-Barnabé, Vence

    Le 7 Juillet, on voit 3 étoiles en ligne se déplaçant horizontalement. Les témoins ressentent un silence semblant anormal, où leurs voix paraissent feutrées.

    Une étude ultérieure de cette observation a identifié le phénomène comme étant un triplet de satellites militaires NOSS 2-2. Le "silence anormal", "extraordinaire et presque effrayant" et la voix feutrée des témoins n'est pas expliqué, mais un des témoins a clairement contesté cette perturbation auditive, ce qui montre en tout état de cause qu'il s'agissait d'un phénomène subjectif [Delinger].


    De Caille à Gréolières

    Le 5 Août, en milieu d'après-midi, une grosse boule blanche est observée au-dessus de la crête, trait lumineux et flash. L'observation dure 7 heures consécutives. La présence d'une parabole de relais hertzien (ou d'un panneau solaire) à proximité, cette parabole pouvant être soupçonnée de réfléchir le soleil qui se coucheà l'opposé.

    La
    Moulière, GrasseLe 9 Août, Joël Mesnard, arrive sur les lieux pour enquêter. Le soir il dîne au restaurant, et s'assied le dos à la fenêtre. Lorsqu'il voit une grosse étoile clignotante, son vis-à-vis l'invite à se retourner.

    Les ufologues qui se rendent au Col de Vence ont souvent droit eux aussi à une apparition (par exemple Gildas Bourdais y a été témoin d'une manifestation sonore incompréhens
    ible).

    Rien de mieux pour illustrer ceci par une video

    Ajouter cette vidéo à mon blog

      

    POUR APPRECIER CETTE VIDEO - cliquer sur le logo central de DEEZER, colonne gauche, en bas, - le fond musical du blog sera supprimé


    votre commentaire
  • Le phénomène des OVNI, toujours pas de certitudes.

    Ovnis : Introduction.

    Parmi les thèmes étranges et les phénomènes inexpliqués, le sujet des Ovnis est probablement celui qui passionne le plus grand nombre de gens. Lorsque l’on parle d’Ovnis, la question à se poser n’est peut être pas de savoir s’ils existent ou non, les témoignages d’observations d’objets volants non identifiés sont trop nombreux, partout dans le monde, ce fait est incontestable. Non, la vraie question est plutôt d’identifier quels sont ces objets volants tant de fois observés et de savoir d’où ils proviennent. Il n’y a que deux réponses possibles : Soit les ovnis sont des engins construits par l’homme, soit leur origine est extraterrestre.
    Il existe dans le monde entier de nombreux organismes étudiant de façon scientifique et rigoureuse la question du phénomène ovni. Les militaires également reconnaissent ouvertement porter un certain intérêt pour le sujet. Les pouvoirs politiques eux aussi semblent s’y intéresser même si en Europe, il n’est pas coutumier pour un politique de s’exprimer publiquement sur la question. Aux Etats-Unis, il en est un peu autrement, il se dit que le président Ronald Reagan en voyait à tous les coins de rue. Jimmy Carter de son côté avait déclaré publiquement qu’il ferait la lumière sur la question des ovnis, ce qui ne fut jamais fait. Le ministre Japonais de la défense a déclaré récemment au sujet de la question ovni : « Rien ne peut nous permettre de nier l’existence d’objets volants non identifiés ainsi que d’une forme de vie qui les contrôle ».
    Une chose est sure, la question ovni est prise très au sérieux par la plupart des nations dans le monde et des budgets importants sont investis chaque année afin d’essayer d’en savoir plus.

    Ovnis : Observations et témoignages.

    Les innombrables témoignages relatifs aux observations d’ovnis se retrouvent partout, dans tous les pays du monde, et depuis très longtemps. Bien sur, bon nombre de ces déclarations sont jugées quelque peu farfelues, d’autres en revanche semblent provenir de personnes fiables mais ne peuvent être vérifiées, enfin il reste tous les témoignages jugés sérieux et présentant des éléments permettant de les accréditer. C’est surtout sur ces témoignages que nous allons nous concentrer.
    Commençons par nous intéresser aux militaires et aux pilotes, y compris civils, ce sont eux en effet qui se trouvent en première ligne, chargés de leurs espaces aériens respectifs. Il est étonnant de constater le nombre et la variété des récits faits par des pilotes de nombreux pays, confrontés à un moment de leur carrière à un phénomène aérien non identifié.
    Soulignons un fait important : Tout pilote, qu’il soit militaire ou civil est souvent tenté de garder le silence lorsqu’il est témoin d’un phénomène ovni. Ceci s’explique si on tient compte du fait que ces pilotes sont des professionnels hautement qualifiés, mais aussi régulièrement surveillés médicalement, tant sur le plan physique que psychique. Ces hommes en conservant le silence souhaitent simplement éviter de passer pour de joyeux doux dingues aux yeux de leurs collègues ou de leurs supérieurs. Nous le savons tous, le simple mot Ovni suffit à faire sourire et est trop souvent assimilé au concept extraterrestre.
    Toutefois, un certain nombre de pilotes ont osé s’exposer à d’éventuelles brimades en transmettant des rapports officiels et circonstanciés de leurs observations.

    Ovnis observés en France et en Europe:

    La France a été marquée en 1954 par une vague d’ovnis sans précédent. Sur cette seule année, la gendarmerie a recueilli plus d’une centaine de témoignages faisant état d’observations d’objet volants non identifiés. On trouve également une grande quantité d’articles traitant du sujet dans la presse de l’époque. Certains témoignages font aussi état de traces physiques laissées dans le sol, de végétation brûlée ou irradiée après qu’un objet se soit posé pour une durée plus ou moins longue.

    Un autre témoignage intéressant, celui de Jack Krine, pilote de chasse de l’armée de l’air, ancien leader de la patrouille de France et colonel de réserve. Lors d’un vol le 23 septembre 1975, J. Krine déclare avoir observé un ovni (il dit une chose) ressemblant à un fuselage d’avion de ligne, avec des hublots, la lumière à l’intérieure était incroyablement intense. En voulant se rapprocher pour tenter de l’identifier, cette « chose » s’est éloignée à plusieurs reprises à une vitesse absolument inouïe. Ce témoignage est confirmé par un autre pilote qui se trouvait tout proche, dans un autre appareil.

    Le 28 janvier 1994, le pilote et le copilote d’un Airbus A300 qui reliait Nice à Londres son témoins d’un phénomène étrange. Ils voient pendant une minute un grand disque brun-rouge dont la forme change constamment et qui semble être de très grande taille. Le pilote et le copilote ne témoigneront officiellement qu’en février 1997. Le plus troublant est qu’on trouve effectivement dans les enregistrements du contrôle aérien une trace radar à l’heure dite et proche de l’avion.

    Le rapport COMETA (Comité d’Etudes Approfondies) dont le titre est : « Les Ovnis et la défense. A quoi doit-on se préparer » est une étude scientifique basée sur le phénomène ovni. Son but est de sensibiliser les pouvoirs publics français sur la question ovni. Cette étude exhaustive a été remise aux plus hautes autorités politiques françaises en 1999, l’association elle existe depuis 1996. Ce rapport fit l’effet d’une bombe puisque ses auteurs, au contraire d’être une bande de joyeux illuminés, sont au contraire d’éminents personnages dont plusieurs militaires hauts gradés. On compte notamment parmi les membres un général de l’armée de l’air et un vice-amiral d’escadre. Egalement des scientifiques avec plusieurs docteurs ingénieurs et des ingénieurs de l’armement. La préface du rapport est de la main du Général Bernard Norlain, ancien directeur de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale. Autant dire que le document est jugé comme tout à fait sérieux.
    Les conclusions du rapport COMETA ne manqueront pas d’étonner les plus sceptiques sur le phénomène ovni. En effet, le groupe d’étude conclu à la réalité physique quasi certaine d’objets volants totalement inconnus. Il y est écrit aussi que au vu des prouesses réalisées par les ovnis, l’hypothèse extraterrestre est la plus probable pour expliquer le phénomène. Et même si elle n’est pas prouvée scientifiquement de façon certaine, il existe quand même de fortes présomptions qui si elles doivent s’avérer exactes, sont de conséquence importante.
    Consulter le rapport COMETA au format pdf:

    http://www.cnes-geipan.fr/documents/Cometa.pdf

    Le phénomène OVNIs, groupes d'études scientifiques.

    Le GEPAN :

    Groupe d’Etudes sur les Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés, il s’agit d’un des services du CNES (Centre National d’Etudes Spatiales). Le Gepan fut fondé en 1977, il avait pour but d’étudier les phénomènes ovnis mais aussi de collecter et rassembler les rapports de la gendarmerie nationale, de la direction générale de l’aviation civile, de l’armée de l’air et de météo France. En 1988, le Gepan sera remplacé par le SEPRA.

    Le SEPRA :

    Service d’Expertise des Phénomènes de Rentrées Atmosphériques. Cet organisme se limitait à deux objectifs principaux qui étaient l’étude et les prévisions de rentrées atmosphériques de météorites et satellites artificielles. Son autre fonction se concentre sur l’analyse des informations concernant les phénomènes aérospatiaux non identifiés (PAN). Le Sepra sera dissout en 2004 puis reviendra à nouveau, cette fois sous le nom de GEIPAN.

    Le GEIPAN :

    Groupe d’Etudes et d’Informations sur les Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés. crée en 2005 et basé à Toulouse, ses fonctions sont similaires à celles de ses prédécesseurs, il dépend toujours directement du Centre National d’Etudes Spatiales. Le Geipan s’est distingué en mars 2007 dans le monde entier en rendant public ses archives des 30 dernières années sur les phénomènes ovnis et aérospatiaux non identifiés. Il reconnaît aussi officiellement que 28% des phénomènes étudiés restent non identifiés.

    Site officiel du Geipan en français : http://www.cnes-geipan.fr/

    Vague d’ovnis en Belgique entre 1989 et 1991

    Pendant cette période, de très nombreux habitants de Wallonie, principalement en province de Liège sont témoins de phénomènes ovnis. Fait exceptionnel, les autorités militaires belges non seulement confirmeront un certain nombre de ces témoignages mais en plus s’impliqueront et communiqueront ouvertement sur la question. La plupart des témoignages civils ou militaires font état d’une forme triangulaire, générant une source de lumière en son centre et à ses extrémités. Autre fait étrange, les radars du contrôle aérien ont également enregistré durant cette période des déplacements d’objets ayant atteint parfois des accélérations fulgurantes. Les pilotes militaires ont reconnu à plusieurs reprises ne pas avoir été en mesure ni de suivre les objets, ni de les identifier. Toujours selon les autorités belges, il ne pouvait s’agir d’appareils militaires secrets compte tenu des extraordinaires performances et capacités de vol des objets observés.

    La SOBEPS :

    Société Belge d’Etude des Phénomènes Spatiaux est une association à but non lucratif dont les objectifs consistent à collecter les informations sur les phénomènes ovnis, effectuer des enquêtes de terrain, analyser des données, les traiter de façon scientifique en collaboration avec des laboratoires, diffuser de l’information à destination des autorités politiques, militaires ou du grand public. La SOBEPS a été crée en 1971 et se sera faite connaître principalement durant la vague d’ovnis en Belgique entre 1989 et 1991. Une grande partie de ses membres sont d’éminents scientifiques belges. La SOBEPS a été dissoute en 2007 et s’appelle aujourd’hui la COBEPS.
    Site officiel du Geipan en français : http://www.cobeps.org

    Ovnis observés en Angleterre :

    Affaire de la foret de Rendlesham. Cette affaire est une des plus célèbre affaire d’ovnis. Il ne s’agit pas uniquement de lumières dans le ciel. Un rapport et de nombreux témoins militaires parlent d’un appareil qui s’est posé dans la foret de Rendlesham. Cet engin a laissé des traces physiques sur le sol, de hauts niveaux de radiation ont aussi été mesurés. Selon les marques au sol, le poids de l’appareil a été évalué à plusieurs tonnes.

      

      

    SOURCES : http://www.etrange.org/index.php/phenomene-ovni.html

      

    Pin It

    votre commentaire
  • 1974 : des ovnis au Moun

     Depuis quelques mois, le ciel landais serait occupé par des ovnis.  reproduction « sud ouest »

    Depuis quelques mois, le ciel landais serait occupé par des ovnis. reproduction « sud ouest »

      

      

    Trois ans avant la sortie au cinéma du fameux film de science-fiction « Rencontres du 3e type », « Sud Ouest » offrait déjà à ses lecteurs des histoires qui font froid dans le dos. Un article assez inédit prend place dans les pages du quotidien le 5 août 1974. Ce titre, « O.V.N.I. : on recherche des témoins », arrive comme un cheveu sur la soupe dans les colonnes du quotidien. À l'image de ces objets volants non identifiés qui bousculent et émeuvent la sphère landaise.

    Depuis plusieurs mois déjà, Mont-de-Marsan et ses alentours seraient le théâtre de phénomènes dérangeants. Des faits déjà constatés en décembre 1973, quand, selon « Sud Ouest », des personnes aperçoivent un « disque brillant couleur bleu électrique suivi d'une queue verdâtre qui traverse le ciel à une vitesse vertigineuse ». Au même moment, à Saint-Geours-de-Maremne, l'œil d'un ambulancier et de trois autres personnes est attiré par une « chose » immobile au-dessus d'un rideau de pins qui bordent la route. « C'est une boule couleur argent, lumineuse, avec une queue en forme de triangle vert », assure-t-on de ce côté-ci. Après quelques secondes d'immobilité, l'ensemble part vers l'est dans un silence le plus total…

     

    Cigare jaune doré

    Le 2 janvier 1974, dans la commune de Pouydesseaux, c'est au tour d'une dame qui vient de se réveiller d'assister à la scène. En ouvrant ses volets, celle-ci a la surprise de voir passer, sans bruit, un « cigare couleur jaune doré ». Même version une vingtaine de jours après, à Mont-de-Marsan. Un couple a à peine le temps de réaliser ce qu'il voit que le « cigare s'incurve et disparaît en laissant un point brillant ressemblant à une étoile ». Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas dans le ciel landais, car le 9 février, c'est encore une interprétation différente qui est relatée. Plusieurs personnes « toutes dignes de foi » suivent pendant un quart d'heure le déplacement de ce qui ressemble à une « cabine Apollo jaune doré » se promenant à Saint-Sever.

    « Notre vie est parfois le théâtre de faits et de phénomènes », s'explique le journaliste de « Sud Ouest », qui appelle tous ses lecteurs à se déclarer en cas de nouvelles découvertes. « Sachez que si vous vous trouvez en présence d'un de ces objets, le groupement international de recherche sur les ovnis aimerait recueillir votre témoignage, afin de prouver, peut-être, la présence d'une vie extraterrestre. » Ainsi, on apprend dans l'article que tout adhérent bénévole de ce groupement peut devenir enquêteur « pourvu qu'il dispose d'un peu de temps libre ». Coïncidence ou pas, c'est un Français, en la personne de François Truffaut qui incarnera le héros de « Rencontres du 3e type » au cinéma. À croire que Steven Spielberg a effectué un Mont-de-Marsan-Hollywood trois années auparavant…

    Virginie Ramel

    cet été-là. Souvenirs, souvenirs… Tout au long du mois d'août, la rédaction landaise de « Sud Ouest » vous propose de raviver la flamme. Sans nostalgie, mais toujours avec bonne humeur. Et vous, que faisiez-vous cet été-là ?

    Landes· Mont-de-Marsan
    Pin It

    votre commentaire
  • OVNI de l'Orb sur l'océan à l'Angleterre le 11 Juillet 2011, vidéo étonnante.

     

     

     




    Date of sighting: July 11, 2011 Date de l'observation: Juillet 11, 2011
    Location of sighting: England Lieu d'observation: l'Angleterre

    This guys camera is amazing, not only is it night vision, but it changes the color of the night vision at your own whim. Cette caméra gars est incroyable, non seulement il est la vision de nuit, mais il change la couleur de la vision de nuit à votre propre caprice. I wish knew what camera it is. Je souhaite savait quel appareil il s'agit. If anyone knows, please leave a note in comments. Si quelqu'un sait, s'il vous plaît laissez une note dans les commentaires.

    Eyewitness states: "Just moved in new house and a huge orange sphere caught my eye out the Eyewitness déclare: «vient d'emménager dans de nouveaux maison et une immense sphère d'orange a attiré mon attention sur la
    window. fenêtre. Whenever I tried to film it, it would turn off then eventually I got it and loads more." Chaque fois que j'ai essayé de le filmer, il s'éteint puis finalement je l'ai eu en plus des charges. "





     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Jérusalem, IsraëlLe 05/02/2011 à 23:07

     

    Deux témoins qui se trouvaient sur l’espace panoramique de Hanatziv Armon et qui regardaient le Mont Sion et le Mont du Temple, ont réussi à filmer ce qui pourrait être un OVNI. Un témoignage vidéo qui pourrait-être l’un des plus intéressants jamais enregistrés. Les hommes remarquent une grosse boule en suspension dans le ciel et commencent à filmer. A ce moment-là, on se dit qu’il s’agit d’un simple drone ou d’un satellite de surveillance. Mais après environ une minute de vidéo, l’OVNI descend presque au niveau du sol et se stabilise sur le lieu le plus Saint du Judaïsme (à l’endroit même où les musulmans ont construit un dôme d’or). L’engin plane là pour un court moment, puis clignote et repart vers le haut à une vitesse incroyable… Le tout sous le regard choqué des témoins ! Un des témoins explique à juste titre pendant le tournage que voler au-dessus de Jérusalem est interdit. Surtout d’une telle manière !

     

     

     


    votre commentaire
  • Le 5 juillet , une date anniversaire un peu spéciale !

      je me passionne pour le Ciel, l'au-delà et dans une suite logique, aux Ovnis et les étranges phénoménes qui nous relient à eux : contes et légendes, apparitions,etc... Dans ce livre(*), un chapitre est consacré à la Renaissance, à Christophe Colomb , à cette époque dont j'ai beaucoup parlé ,aux croyances Amerindiennes ... Alors, impossible de ne pas partager quelques lignes avec vous !

    (*) "La chronique des O.V.N.I "de Michel Bougard

    ( le Livre de poche "autres mondes")


     


     

    LEONARD DE VINCI-l-homme-de-vitruve-Vers le milieu du XVe siécle, l'Europe est en pleine expansion économique. On commence à rechercher des matiéres premiéres et des débouchés; le commerce manque de métaux précieux car les mines d'or et d'argent d'Europe centrale s'épuisent peu à peu. Or, des récits circulent et laissent croire que de fabuleuses richesses existent en de lointains pays, un peu légendaires. L'appât du gain facie va lancer des hommes audacieux à travers le monde, à la conquête de " l'Eldorado".

     

    Incapables de s'orienter avec précision dès qu'ils étaient en haute mer , les marins de l'Antiquité et du Moyen Age étaient réduits au cabotage le long des côtes. Maintenant que la boussole et l'astrolabe ont été perfectionnés, que les nefs médiévales ont été remplacées par des caravelles plus racées, le grand large des océans va pouvoir être conquis.

    Nous sommes ainsi à l'époque des "Grandes Découvertes". En octobre 1492, Christophe Colomb découvre le Nouveau Monde , mais il croit avoir gagné l'Asie par la voie de l'ouest.

     

    Certaines chroniques relatent d'ailleurs que 2 ou 3 jours après avoir débarqué , Christophe Colomb et plusieurs de ses compagnons auraient vu un Ovni.

    < Deux heures avant la moitié de la nuit>, Colomb distingua en effet comme une lumiére.Il appela Pero Gutierrez et lui demanda de regarder:

    < C'était en fait comme une sorte de lumiére, comme une chaîne de cire, qui s'élevait et s'abaissait, se rapprochant peu à peu du sol > ( d'après El Ciclo Hispanico de l'historien espagnol Salvador de Madariaga) .

     

    Ce n'est qu'en 1507 que le Nouveau Continent reçoit le nom d'"Amérique" en l'honneur du navigateur Amerigo Vespucci qui le premier avait acquis la certitude que ces terres n'appartenaient pas à l'Asie...

     

    En 1517, la flotte du fameux conquistador Juan de Grijalba s'approchait des côtes du Yucatan. Un certain Juan Diaz , aumonier à bord d'un des navires, nota dans son journal :

    < Le soir du même jour nous fûmes témoins d'un miracle bien extraordinaire: une sorte d'étoile apparut au-dessus des mâts de nos vaisseaux après le coucher du soleil. puis elle s'éloigna en lançant continuellement des feux et finit par s'arrêter au-dessus d'un village ( c'était le village indien de Coatzacoalco sur la côte ouest du Mexique) , et il s'en échappa un rayon dans l'air qui se fit voir pendant plus de trois heures.> Inutile d'invoquer les feux de Saint Elme qui embrasent parfois le haut des mâts, ces phénoménes d'origine électrique n'ont jamais manifesté un comportement comparable à celui de cette boule de feu capable d'émettre un rayon lumineux.

    OVNI NUREMBERG EN 1561

    Déjà, avant la conquête espagnole, certains faits curieux s'étaient d'ailleurs déroulés au Mexique. Ainsi, un matin de 1509 , les gardiens du temple de Tezcatlipoca informérent l'empereur Moctezuma , que, au milieu de la nuit précédente, ils avaient pu observer < une fumée qui s'épaississait et qui était tellement blanche et éclairante qu'on se serait cru en plein jour >.

     

    D'après la chronique roumaine Leptopisetul Moldovenesc consacrée à l'histoire de la Moldavie, < en l'année 7025 ( an 1517 de notre calendrier ) au huitiéme jour de novembre, un grand signe s'est montré dans le ciel, resplendissant comme une figure humaine, vers l'ouest; il a stationné là-haut fort longtemps avant de se cacher à nouveau dans les airs >. L'absence de précisions empêche évidemment de se faire une opinion sur ce curieux phénoméne céleste. Mais l'observation qui fut faite trois années plus tard , en 1520, à Erfurt -Allemagne de l'est - est bien plus évocatrice: < Un merveilleux rayon brûlant de grandes dimensions apparut soudain dans le ciel; il tomba sur le sol et détruisit plusieurs endroits; alors il se retourna , tourna en rond et s'éleva dans le ciel où il resta sous la forme d'un cercle... >. En 1528, lors du siége d'Utrecht , < une cruelle et étrange observation fut faite dans le ciel qui terrifia les citadins et fit croire aux ennemis qu'ils allaient occuper la ville. Cela était de couleur jaune et passa au-dessus de la ville, haut dans le ciel et fut effrayant à contempler >.

    Quelques années plus tard , le 20 avril 1535, cinq "soleils" apparurent en même temps au-dessus de Stockholm . < Les "soleils" effrayérent pendant plusieurs heures la population. Un notable de la ville , Olaus Petri, théologien et mathématicien, en fit faire un tableau, le "Vädersolstavlan" . Celui-ci est l'oueuvre d'Andress ( ou Urban) Malare ( Urbain le peintre) qui entrera en 1540 au service du roi Gustave Vasa. Les trajectoires des objets furent d'abord reproduites pour Jacob Matham sur une plaque de cuivre conservée au Muséum d'Amsterdam. Le tableau est toujours visible aujourd'hui , dans la cathédrale de Stockholm, à côté du Palais Royal. > (...)

     

    OVNI HAMBOURG EN 1697Le 28 juin 1548, en Baviére, on aurait vu le disque solaire s'assombrir au passage de "plusieurs objets aériens" qui allaient ça et là dans le ciel , suffisamment près du sol pour survoler les maisons, alors qu des "flammes rouges" stationnaient dans les airs.

     

    Les vingt années qui suivirent allaient être fertiles en incidents de ce genre et des croix, des lances, des tubes et des globes, furent observés en maints endroits d'Europe.... et pas seulement , le Nouveau Continent également....

     

    sources : http://dreamokwa.over-blog.com/categorie-11215513.html

    Pin It

    votre commentaire
  • Le 5 Juillet 2002 : huit lumiéres étranges éclairent une belle nuit d'été.
    ( article de la Provence du Mercredi 4 Décembre 2002 -

    signé J.M Marcoul)





    L.A les a vus. Pas les envahisseurs fiction de david Vincent mais de drôles de lumiéres dans une nuit d'été, entre Cucuron et Pertuis.


    " C'était le 5 juillet dernier vers 22H30- 23H, Je suis sorti sur la terrasse fumer une cigarette et en levant les yeux, j'ai aperçu des lumiéres blanches, trés trés vives, explique t-il en désignant la colline qui pointe le bout de ses crêtes à trois kilométres de là, juste en face de la villa. Elles étaient huit et formaient des cercles parfaits, alignésau cordeau, comme sur une aile d'avion.Elles se déplaçaient ensemble à basse altitude, juste au-dessus de la colline. Elles glissaient d'un côté à l'autre de la crête . Au milieu de leur trajet, elles formaient deux triangles et arrivées au bout de la colline, elles s'éteignaient . Elles se rallumaient doucement quelques minutes aprés, une fois revenues à leur point de départ. Et le parcours recommençait , ça a duré une heure."
    (..........)




    La déposition de L.A. a attéri sur le bureau du SEPRA , le trés officiel Service d'Expertise des Phénoménes de Rentrées dans l'Atmosphére , filiale du Centre national d'études spatiales. Le cas y est jugé interessant selon le responsable du service J.J Velasco. D'abord par la nature des témoignages, ensuite par leur nombre. Ce phénoméne à géométrie variable, ils sont plusieurs en effet à l'avoir décrit dans la région.


    Le SEPRA est en possession de dépositions similaires émanant de Beaumont-de-Pertuis , de Cavaillon, Mallemort et Aix-en-Provence...
    ( et moi !! à Carpentras ...je vous en parle au prochain article!)

    Un habitant de Grenoble en vacances dans la région début Juillet a même gravé sur CD-Rom des images de l'observation.
    Nous allons disséquer ces images avec nos experts photo et nous pencher sur les analyses météo du jour de l'observation. Nous allons aussi recontacter les gendarmeries pour recouper les informations.

    Affaire à suivre donc... Pour l'heure c'est bien d'OVNI dont il s'agit. Au sens littéral du terme.



    Cet article ( photo jointe ) est extrait du hors-série V.S.D de Octobre 2002- Numéro 5-
    Il est écrit
    :


    Eté ufologique chargé en France : cet été, en France, a été marqué par une série de cas intéressants. En Juin, un objet aplati, volant en position inclinée et en ligne droite, a été photographié par hasard prés de Tosne, en Haute-Savoie, par un témoin qui n'a rien remarqué sur le moment. Le vendredi 5 Juillet, entre 22H30 - 23H , huit lumiéres rouges (??) volant en deux formations triangulaires de quatre objets, ont été vues au-dessus de Pertuis et de la Motte d'Aigues, dans le Vaucluse. Le lundi 8 Juillet une sphére lumineuse jaune passe, en suivant une course rectiligne, au-dessus d'Argonnay, en Haute-Savoie, vers 23H45. Apparemment, elle recidive le mercredi 10 Juillet, vers 23H25.Les témoins, dont certains affirment que l'Ovni était à seulement 300métres d'eux, ont indiqué une vitesse réguliére et une augmentation de la luminosité juste avant sa disparition dans la nuit. Le dimanche 4 Août , ce sont 5 objets ovoïdes qui filent au-dessus des arbres , en direction de la centrale nucléaire en cours de démantelement de Brennilis, au mont Saint-Michel de Braspart , dans le Finistére. Enfin, un Ovni a été photographié le jeudi 8 Août au-dessus de Douai, dans le Nord, photo publiée le lendemain dans le quotidien Nord Matin.
    sources: Thierry Garnier de France Ovni / et les quotidiens L'Alsace du 6 juillet 2002 et Nord Matin du 9 Août 2002

    Sources : http://dreamokwa.over-blog.com/categorie-11215513.html

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     
     Ovni filmé en Inde 
    Voici une vidéo regroupant plusieurs séquences ayant été filmées par des cameramen amateurs. En toute honnêteté, je n'ai pas réussi à trouver des informations pertinentes et/ou intéressantes la concernant. Si vous en savez plus que moi, n'hésitez pas à nous l'indiquer en commentaire.
      
    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

                 
     


    Écrasement et récupération d’un ovni

       
      
      
     Depuis des centaines voire des milliers d’années, des gens aperçoivent dans le ciel des objets rapides et lumineux qui échappent à toutes explications. Il arrive parfois que ces objets viennent s’échouer sur la Terre.

    Selon des rapports de renseignements Mexicain, deux prétendus incident ovnis de nature très semblables ce sont produit dans des régions isolées du Mexique, à trente-trois ans d’intervalle. Les deux sites ont été immédiatement interdits d’accès, puis fouillés par les militaires qui ont par la suite niés l’existence de toute manifestation inhabituelle. Étonnamment certaines sources affirment qu’il resterait encore des preuves du passage des ovnis sur les deux sites d’écrasement.

    Y a-t-il une explication rationnelle ? Ces sites d’écrasement seraient ils la clé du mystère entourant les ovnis ?

    De la boule de feu que des témoins directs aurait vu s’écraser sur la Terre, à l’opération de recherche d’un ovni écrasé, en passant par l’analyse de vrai sites rapportés d’écrasement ; et par les expériences permettant de séparer les faits de la fiction, voici l’affaire numéro 74012 : écrasement et récupération d’un ovni.

    Le 20 Août 2007, à 4heure du matin, un bruit étrange provenant du ciel effraye les résidents de Xilitla au Mexique qui courent en tous sens dans les rues. Clairement visible contre le ciel de l’aube, un engin sphérique traverse le village dans une trainée de feu, pour terminer sa course dans un bosquet. Des témoins ont remarqué que le mystérieux objet, changeait de vitesse et de direction comme si il était dirigé par un pilote. Le grand nombre de témoignage sur cet incident, et la trajectoire étrange de l’objet ont retenu l’attention de l’équipe.

    Faits intéressant, cet évènement survenu à Xilitla, ressemble beaucoup à un autre écrasement d’ovnis qui s’était déroulé en 1974 à Coyame, autre village Mexicain. Comme l’incident de Xilitla, l’objet inconnu qui voyageait à une vitesse super sonique et qui semblait piloté par un être intelligent, est entré en collision avec un petit avion civile. Les deux appareils ce sont écrasés dans le désert. Aujourd’hui on appel ce site d’écrasement le Roswel Mexicain.

    Xilitla est un village Mexicain situé en montagne, à 220 kilomètre au nord de la ville de Mexico, et à 145 kilomètre du Golfe du Mexique. En route vers le village, l’équipe de recherche rencontre Ruben Uliarte, un spécialiste des ovnis aperçu au Mexique et dans le sud-ouest des États Unis.

    A 4 heures du matin, une boule orangé d’environ deux mètres de diamètre, traverse le ciel en provenance de l’ouest, et s’écrase dans un bosquet de citronnier et de caféier. Les témoins appel la police et à 4heure et demi, toute la zone est bouclée.

    Le 8 février 1969, une boule de feu avait déjà traversée le ciel avant de s’écraser près d’un village Mexicain. Une fois encore un mystère non résolu et bien caché par les autorités, policier et militaire qui enquête sur chaque écrasement puis affirment ensuite qu’il n’y a rien eu et que la plupart des témoignage ne sont que fabulation.

    Alors qui doit-on croire ? Écrasement d’ovni, boule de feu, objet volant et collision avec des avions civils, tous ces faits sont-ils réels ou fiction ? Pouvons-nous encore retrouver la trace de ces écrasements ? Des questions auxquelles nous tenterons de répondre dans ce reportage. 

     
      
    sources /
      
      
      
      
      
      
      
      

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique